″″Je n’ai vraiment aucune idée de jusqu’où je peux aller dans le Tour

Le Portugais a remporté le Mont Ventoux Dénivelé Challenge il y a deux semaines et était neuvième des Critères du Dauphiné quelques jours plus tôt.

Ruben Guerreiro n’a aucune idée de jusqu’où il peut aller lors de sa deuxième apparition sur le Tour de France, mais il promet « d’improviser » avec ce que la course lui réserve, visant une victoire d’étape et, qui sait, le top 10.

« Je n’ai vraiment aucune idée jusqu’où je peux aller dans ce, ma deuxième apparition sur le Tour, mais l’ambition est de gagner et je me sens mieux physiquement que l’an dernier, donc je vais me battre pour mes objectifs et ceux de l’équipe », a commencé à raconter l’agence Lusa, après avoir atterri à Copenhague, la capitale danoise où la 109e édition débutera vendredi.

Après avoir terminé 18e lors de ses débuts en Grande Boucle l’année dernière, le cycliste portugais EF Education-EasyPost semble prêt à monter cette édition, après avoir remporté le Mont Ventoux Dénivelé Challenge il y a deux semaines et terminé neuvième dans les critères du Dauphiné, quelques jours auparavant.

« Un top 10 est toujours quelque chose qu’un cycliste professionnel recherche lorsqu’il vient sur le Tour – un top 10 sur le Tour de France ou un Grand Tour est l’une des meilleures choses que l’on puisse faire dans le cyclisme. « Respecter les objectifs de l’équipe, qui est de participer à une étape. C’est là-dessus que je vais me concentrer. L’étape est déjà assez difficile, je pense que si je gagnais une étape, ce serait déjà un énorme exploit », a-t-il souligné dans un entretien avec Lusa.

Cependant, « aussi ambitieux » qu’il soit, le coureur de Pegões « cherchera toujours une opportunité et, pourquoi pas, rêvera de ces top 10, toujours avec un grand respect pour ses adversaires et ses collègues », à savoir Rigoberto Urán et Neilson Powless, qui « avoir aussi la capacité de faire des top 10 ou des top 5, qui sait, un podium ».

« Nous verrons ce que la course elle-même a à m’offrir et j’improviserai avec ça », a-t-il ajouté, avant de préciser : « Je ne vais travailler pour personne, personne ne va travailler pour moi. Je suis , disons, un freerunner . Ici au Danemark et pavé, tout peut arriver ».

La barre a été relevée pour le « roi de la montagne » du Giro’2020 après son triomphe dans l’une des ascensions françaises les plus mythiques, et Guerreiro garantit qu’il fera bien ce qu’on attend de lui dans ce Tour.

« J’aime la pression. S’ils ne me mettent pas la pression, je perds un peu de la flamme. Je me mets beaucoup de pression et c’est pour ça que je veux gagner plus. Avec la victoire au Mont Ventoux j’ai j’attends jusqu’à ce que j’aie 27 ans, j’en ai 28, mais je pense que je suis un cycliste en développement, je travaille tous les jours pour m’améliorer, et cette année je me suis retrouvé cycliste et une personne aussi, in and out de courses », a révélé.

Le Portugais d’EF Education-EasyPost estime qu’il a trouvé sa voie dans le sport « sans aucun doute » et reconnaît donc catégoriquement que remporter le maillot de la montagne à la Grande Boucle ne fait pas partie de ses ambitions.

« Honnêtement, ce n’est pas mon objectif principal. Bien sûr, si vous venez, c’est avec plaisir [que a visto]mais mon objectif était vraiment de gagner une étape et de montrer cette régularité en montagne », a déclaré le cycliste qui sait déjà ce que c’est que de triompher dans un grand Tour (il a remporté la neuvième manche du Giro dans laquelle il a pris le maillot de la montagne a pris domicile).

Dans un discours ponctué en permanence du mot « gagner » – qui, assure-t-il, est son seul objectif -, Guerreiro a également prédit « un Tour de France très dur, l’un des plus durs de ces dernières années, et avec beaucoup de stress, avec ces premiers jours de vent au Danemark et le pavé », réservé à la cinquième étape.

« Les principaux favoris sont les [Tadej] Pogacar puis les deux hommes de Jumbo, le [Primoz] Roglic et les [Jonas] Vingarard. Et il y a de nombreux prétendants au podium et au top 5, comme Aleksandr Vlasov, le [Enric] Mais le [Ben] O « Y compris Connor, et j’espère que nous pourrons mettre quelqu’un parmi ces candidats », a-t-il poursuivi.

De plus en plus populaire parmi les fans du sport, le cow-boy de Pegões aura l’opportunité d’étendre sa légion d’adeptes à d’autres parties du monde car son équipe sera l’une de celles qui joueront dans le documentaire de la plateforme Netflix sur Volta a France.

« Je pense que ce sera une nouvelle étape pour le cyclisme, car les enjeux entre le grand public et le sport ne sont pas encore résolus. [de Lance] Armstrong, rien n’a jamais été comme avant, à cause de la dimension qu’il a apporté à ce sport et avec l’arrivée de Netflix je pense qu’il a tout pour que tout le monde en sache un peu plus sur les coulisses, les personnages, le sport lui-même, que est magnifique. Il y aura plus de fans dans peu de temps. »

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.