100% des Brésiliens au Championnat du monde paralympique de natation sont membres de la Bolsa Atleta – Portugais (Brésil)

Les meilleurs nageurs paralympiques du monde ont temporairement changé leur CEP. Ils sont tous sur l’île de Madère, au Portugal, pour la principale compétition du sport paralympique international en 2022. La Coupe du monde de natation se déroulera du 12 au 18 juin et réunira plus de 600 athlètes de 70 pays. Il s’agit du premier événement majeur de la modalité dans le cycle des Jeux paralympiques de Paris, en France, en 2024.

Le Brésil a envoyé une délégation de 29 athlètes au Portugal, dont 100 % sont membres de la Bolsa Atleta, un programme de parrainage direct du Secrétariat spécial aux sports du ministère de la Citoyenneté. Sur les 29 convoqués, 26 appartiennent à la catégorie Podium, la plus importante du programme, destinée aux athlètes qui se qualifient parmi les 20 premiers au classement mondial.

Bolsa Pódio propose des transferts mensuels de 5 000 R$ à 15 000 R$, en fonction des résultats des athlètes.

En 2022, la liste de premier plan du programme du gouvernement fédéral comprend 353 noms, avec une contribution annuelle de 45,6 millions de reais. En prenant en compte toutes les catégories (Base, Étudiant, National, International et Olympique/Paralympique), la Bolsa Atleta compte 6 374 autres noms. L’investissement pour le paiement annuel du programme dans son ensemble dépasse 128 millions de reais.

« On respire l’entraînement 24h/24 et le côté financier est tout aussi important. Sans un esprit calme, nous ne nous rendons pas. L’investissement du gouvernement fédéral nous donne l’assurance que nous pouvons nous concentrer exclusivement sur le sport », a déclaré Phelipe Rodrigues, propriétaire de 15 podiums de championnats du monde. Il fait partie du programme depuis 2007, passant par différentes catégories jusqu’à ce qu’il atteigne la Bolsa Pódio. « Le résultat de cet investissement est plusieurs médailles tout au long de ma carrière, une qualité de vie pour moi et ma famille », a-t-il noté.

Un autre point fort de la délégation, Wendell Belarmino, champion paralympique du 50 m libre de classe 11, souligne que les commandites fédérales aident les athlètes à créer un environnement propice aux exigences d’un athlète de haut niveau. « Cette ressource a un impact positif sur notre routine. Cela se traduit par de la confiance et du soulagement, car cela nous permet d’acheter du matériel comme des costumes et des lunettes, en plus d’aider aux déplacements, à bien manger, à bien vivre », a déclaré le sprinteur.

d’abord sans Daniel

La Coupe du monde au Portugal est la première de l’histoire récente dans laquelle le pays n’aura pas dans les groupes l’athlète qui était la principale référence nationale de la modalité: Daniel Dias s’est retiré des Jeux paralympiques de Tokyo, laissant dans l’histoire un programme de 40 podiums aux championnats du monde (31 médailles d’or) et 27 aux Jeux paralympiques, 14 médailles d’or.

Si vous n’avez pas Daniel Dias, le pays arrive avec un nouveau profil à la plus grande compétition paralympique jamais organisée sur le sol portugais. Ces dernières années, la natation nationale a évolué, révélant une diversité d’athlètes masculins et féminins et dans différentes classes de handicaps.

L’un des exemples récents est Gabriel Araújo, 20 ans, identifié par les organisateurs de l’événement comme l’une des stars potentielles de la compétition. Avec deux médailles d’or (50m et 200m nage libre) et une médaille d’argent pour ses débuts aux Jeux Paralympiques, à Tokyo 2021, Gabriel est considéré comme l’un des favoris de la classe S2, tant pour ses prouesses techniques que pour son charisme, une des caractéristiques .

Selon le Comité paralympique brésilien (CPB), 35% des athlètes de la délégation nationale ont moins de 23 ans, indiquant un renouvellement qualifié et cohérent, car les indices nécessaires pour garantir une place dans la sélection tiennent compte de la possibilité réelle des athlètes atteignant la finale dans leurs tests.

Référence et attente

Pour Phelipe Rodrigues, le changement le plus important est que le Brésil n’est plus un pays de quelques multi-médaillés pour un multi-médaillé. « Les Jeux paralympiques de Rio 2016 ont été une étape importante pour le sport adapté. Depuis, nous avons eu plus de visibilité et avons ainsi pu améliorer les conditions d’entraînement et les résultats. Aujourd’hui, on vit de près le passage de ‘multi-médaillé’ à ‘multi-médaillé' », a-t-il comparé.

Phelipe arrive au Portugal avec un nouveau rôle, une référence. Il disputera au Portugal le 50m et le 100m nage libre dans la catégorie S10, qui regroupe des athlètes moins handicapés moteurs. « Ça fait presque 14 ans dans la haute performance, depuis 2008. Beaucoup de jeunes me consultent, me demandent comment ça va et ce qu’ils peuvent améliorer. Cela me rend heureux et me rappelle l’époque où j’étais nouveau dans l’équipe. Ça va passer vite », a-t-il plaisanté.

Selon l’entraîneur-chef de l’équipe brésilienne de natation paralympique, Leonardo Tomasello, les attentes sont élevées grâce au travail des catégories de base aux athlètes ayant une expérience internationale. « Peu de pays ont cette diversification de classe que le Brésil a. Cela fait partie d’un travail. C’est encouragé par la base et cela se reflète dans l’équipe adulte », évalue l’entraîneur.

Lors de la dernière Coupe du monde, à Londres en 2019, l’équipe a remporté 17 médailles : cinq d’or, six d’argent et six de bronze. L’une des stars de l’entreprise qui dépasse ce chiffre est Maria Carolina Santiago. Le joueur de 36 ans originaire de Pernambuco est revenu de Tokyo avec cinq médailles en six matchs. Il y a eu trois médailles d’or (100 m brasse, 100 m et 50 m nage libre, avec deux records paralympiques), une d’argent (relais 4×100 m) et une de bronze (100 m dos).

série de changements

Wendell Belarmino s’est imposé comme l’un des noms les plus compétitifs de la délégation nationale. Un point culminant dans les tests de vitesse de classe 11, pour les athlètes malvoyants, il a remporté le titre mondial et l’or paralympique au 50 m nage libre dans le cycle final. En revanche, il repart de Tokyo avec le bronze au 100 m papillon et l’argent au 4×100 m.

Pour la Coupe du monde sur l’île de Madère, cependant, Wendell arrive avec moins d’attentes, en grande partie à cause d’une série de changements. Il a changé de ville, de Brasília à Uberlândia, a changé d’entraîneur et a traversé une longue période de récupération après une blessure à l’épaule.

« Ce sont des changements importants, mais ils me donnent une bonne perspective à moyen et long terme. La blessure a ralenti la préparation, alors j’essaie de garder la tête la plus droite possible. Ne me mets pas autant la pression avec les résultats, car il est maintenant temps de voir ce que je peux faire », a déclaré l’athlète.

Avec des informations de Ministère de la Citoyenneté

Julienne Rose

"Défenseur indépendant d'Internet. Passionné de café extrême. Passionné de culture pop. Gourou de la cuisine générale."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.