180e anniversaire de la naissance de Maria Konopnicka

Il y a 180 ans, Maria Konopnicka est née – l’un des plus grands écrivains polonais de l’histoire de la littérature polonaise, poète, romancier de premier plan à l’ère du positivisme et auteur des mots « Rota ».

Maria Stanisława Konopnicka née Wasiłowska est née le 23 mai 1842 à Suwałki. Elle était la fille d’un avocat et avocat de la défense, Józef Wasiłowski et Scholastyka née Turska. En 1849, la famille Wasiłowski a déménagé de Suwałki à Kalisz. Cinq ans plus tard, sa femme mourut et Wasiłowski éleva seul cinq enfants dans un esprit de profond patriotisme et de fascination pour la littérature romantique polonaise. En 1855, Maria a commencé à étudier au pensionnat des Sœurs des Sacrements à Varsovie. À l’école, elle a rencontré Eliza Orzeszkowa. L’amitié avec le dernier auteur de « Nad Niemnem » a survécu aux années scolaires. Le 10 septembre 1862, Maria Stanisława née Wasiłowska à Kalisz épousa Jan J. Konopnicki. Le couple a déménagé dans le village de Bronów près de Poddębice.

En février 1863, lors du soulèvement de janvier, Jan Wasiłowski, le frère unique de l’écrivain, mourut dans une escarmouche près de Krzywosądz. Craignant les représailles des autorités tsaristes, Maria, son mari et son fils Tadeusz se rendent à Vienne puis à Dresde, d’où ils reviennent en 1864.

Les débuts littéraires de Maria Konopnicka sont considérés comme le poème « W zimowy poranek », qui a été publié dans le journal « Kaliszanin » en 1870. Deux ans plus tard, un poème est publié dans « In the Mountains ». A cette époque, la famille Konopnicki a déménagé dans une ferme à Gusin. Les relations matrimoniales se sont détériorées et en 1876, ils se sont séparés. Maria a déménagé à Varsovie et a élevé seule six enfants. Elle a décrit cet événement dans la chanson « Przed odlotem ». A Varsovie, elle donne des cours particuliers et fait des traductions. Konopnicka parlait couramment l’allemand, le français et le russe, plus tard elle a également maîtrisé l’anglais et l’italien. Elle a collaboré avec l’hebdomadaire « Bluszcz », le magazine « Świt » et « Kurier Warszawski ».

Le premier volume de « Poezyj » de Konopnicka a été publié en 1881. A cette époque, les premiers romans positivistes de l’écrivain ont été écrits, qui ont reçu une reconnaissance universelle dans les trois partitions.

Plus tard, elle se consacre à la poésie patriotique, enrichie de thèmes folkloriques et d’éléments de contes de fées.

Dans les années 90, Konopnicka a effectué une série de voyages, notamment en Italie, en Suisse et en France. De nombreuses nouvelles ont été écrites pendant cette période, dont « Mendel Gdański », « Nasza Szkapa » et « Dym ». Soulignant les problèmes sociaux, l’écrivain a décrit l’injustice et le manque de perspectives pour les habitants les plus pauvres des villes et cités des terres polonaises sous les Écossais.

Dans le recueil « Les gens et les choses » (1898), elle publie une nouvelle « La miséricorde de l’Église ». Des pièces pour enfants ont été écrites dans les années 1990, notamment « On Dwarfs and the Orphan Mary » (1896) et « On Berries » (1903). L’ouvrage, destiné aux plus jeunes lecteurs, était une nouveauté dans la littérature polonaise. La germanisation de la jeunesse polonaise dans la partition prussienne et la répression après la grève scolaire étaient le thème principal de la chanson « About Września ».

En septembre 1903, à l’occasion du 25e anniversaire de son œuvre littéraire, Konopnicka reçut en cadeau de la nation, un manoir à Żarnowiec près de Krosno.

Lorsqu’en 1908 les autorités prussiennes adoptèrent la loi d’expropriation forcée de la population polonaise du pays, Konopnicka écrivit le poème « Rota », qui devint un fleuron de la protestation contre la germanisation des étudiants polonais. Dans la première des quatre strophes de la chanson, nous lisons :

« Je ne vais pas jeter la terre d’où vient notre famille,

Nous n’enterrons pas le discours !

Nous sommes la nation polonaise, le peuple polonais,

stock de moyeu royal,

Nous ne laisserons pas l’ennemi nous allemand

Alors aide-nous Dieu

Alors aide-nous Dieu. »

Le 15 juillet 1910, lors de la cérémonie d’inauguration du monument de Grunwald financé par Ignacy Paderewski à Cracovie, à l’occasion du 500e anniversaire de la victoire des forces polono-lituaniennes à Grunwald, Rota est interprétée publiquement comme une chanson pour la première fois pour le musique de Feliks Nowowiejski.

Après avoir retrouvé son indépendance, l’idée a été envisagée de faire de « Rota » l’hymne national de la République de Pologne, mais le choix final s’est porté sur « Mazurek Dąbrowski ». En 1910, le poème épique « Pan Balcer au Brésil » est publié, consacré à la question de l’émigration économique de milliers de Polonais.

Le 8 octobre 1910, Maria Konopnicka meurt d’une pneumonie. Des dizaines de milliers de personnes ont assisté aux funérailles au cimetière de Łyczakowski à Lviv.

Le Sejm de la République de Pologne a déclaré 2022 Année de Maria Konopnicka.

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.