5 choses que vous devez savoir

Les alliés de l’OTAN, craignant une éventuelle invasion terrestre de la Russie, ont renforcé leur soutien à Kiev envoyer des troupes supplémentaires et du matériel militaire en Ukraine† L’Alliance affirme que son action est en réponse au renforcement militaire continu de la Russie le long de sa frontière avec l’Ukraine, et craint qu’elle ne finisse par envahir le pays.

Moscou, pour sa part, a fait valoir que son action était nécessaire pour protéger les intérêts vitaux de sécurité et a accusé l’OTAN de porter atteinte à la sécurité dans la région.

Pendant ce temps, le président américain Joe Biden a soulevé la question de l’imposition de sanctions personnelles au président russe. Vladimir Poutineoù la Russie a répondu verbalement à Sergueï Lavrov que Moscou répondra à toute action « agressive » des États-Unis et de ses alliés européens. Dans le même temps, l’Allemagne et la France continuer à servir de médiateur pour un règlement pacifique des tensions en Ukraine.

Cinq choses à savoir sur ce qui se passe maintenant et sur ce qui pourrait suivre :

Pourquoi y a-t-il polémique ?

LA Ukrainequi a fait partie de l’Empire russe pendant des siècles avant de devenir une république soviétique, a obtenu son indépendance avec la dissolution de l’URSS en 1991. Elle a cherché à éliminer son héritage impérial russe et à forger des liens toujours plus étroits avec l’Occident.

La décision du président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch rejeter un accord d’association avec l’Union européenne, renforcer les liens avec Moscou. La décision a immédiatement déclenché des rassemblements de protestation, qui ont abouti à un mouvement, et Ianoukovitch s’est enfui en Russie.

La Russie a réagi en annexant la péninsule ukrainienne de Crimée, profitant de l’insurrection séparatiste qui a éclaté dans l’est de l’Ukraine. L’Ukraine et l’Occident ont accusé la Russie d’envoyer des troupes et des armes pour soutenir les rebelles. Moscou nie les accusations et affirme que les Russes qui ont rejoint les séparatistes étaient des volontaires. Selon Kiev, plus de 14 000 personnes ont perdu la vie dans les combats qui ont dévasté le Donbassle cœur industriel oriental de l’Ukraine.

Moscou, pour sa part, a vivement critiqué les États-Unis et ses alliés de l’OTAN pour avoir fourni des armes à l’Ukraine et mené des exercices conjoints, affirmant que de telles mesures encouragent les Ukrainiens à tenter de reprendre les territoires tenus par les rebelles.

De plus, Vladimir Poutine a déclaré à plusieurs reprises que : Les ambitions de l’Ukraine de rejoindre l’OTAN sont la « ligne rouge » s’est dit préoccupé par les projets de certains membres de l’OTAN de créer des centres d’entraînement militaire en Ukraine. Cela, a-t-il dit, leur donnerait une base militaire dans la région, même sans que l’Ukraine ne rejoigne l’OTAN.

Que veut la Russie ?

La question est plutôt de savoir ce que la Russie ne veut pas. La Russie ne souhaite pas que l’Ukraine rejoigne l’OTAN et le mentionne dans la liste des exigences de sécurité envoyée aux États-Unis en décembre dernier. Les demandes incluent la cessation de tout exercice de l’OTAN près de la frontière russe. Moscou attend toujours une réponse écrite, mais bon nombre de ses ultimatums ont été critiqués par l’Occident comme étant inefficaces. La Russie souhaite également que l’OTAN se retire d’Europe de l’Est. Selon Poutine, la Russie cherche des garanties « qui empêcheront tout nouveau mouvement de l’OTAN vers l’est et le développement de systèmes d’armes qui nous menacent à une courte distance du territoire russe ».

Il convient de noter que l’adhésion de l’Ukraine à l’Alliance nécessite l’approbation unanime des 30 États membres de l’Alliance.

L’Ukraine rejoindra-t-elle l’OTAN ?

L’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN, mais souhaite le devenir. Il est considéré comme un partenaire de l’Alliance. Avant d’envisager l’adhésion, dit l’OTAN, Kiev doit éradiquer les « blessures » telles que la corruption. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a rejeté en décembre les demandes russes d’annuler l’engagement de 2008 envers l’Ukraine que le pays rejoindrait un jour. Stoltenberg soutient que lorsque viendra le temps de réfléchir à la question, la Russie ne pourra pas opposer son veto à l’adhésion de l’Ukraine.

Cependant, les analystes affirment que les alliés de l’OTAN, y compris le chef des États-Unis, ne sont pas disposés à étendre leur présence militaire dans la région et à compromettre davantage leurs relations avec Moscou. Alors que le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken a exprimé son soutien à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, le président Joe Biden a été beaucoup plus vague dans sa position.

Y aura-t-il un conflit total ?

L’Occident accuse la Russie, qui a rassemblé 100 000 soldats à la frontière ukrainienne, de se préparer à envahir son voisin pro-occidental. Biden affirme qu’il existe une « unanimité absolue » sur la manière de traiter avec la Russie. le Pentagone ea déployé 8 500 soldats américains pour un déploiement en Europe de l’Est et l’OTAN envoie des navires et des avions à réaction pour renforcer les défenses de la région.

Le porte-parole de Poutine, Dmitri Peshkov, a déclaré que cette décision n’avait fait « qu’augmenter les tensions dans une atmosphère déjà tendue ». « Les tensions montent aux États-Unis », a-t-il déclaré aux journalistes. « Nous suivons ces actions américaines avec une grande inquiétude », a-t-il dit, alors que la Russie nie tout projet d’envahir l’Ukraine et accuse l’Occident d’aggraver la situation.

Il n’est pas certain qu’une guerre éclate entre les deux pays, mais certains analystes estiment que la Russie pourrait se rendre en Ukraine pour revendiquer une victoire rapide et décisive et accroître son pouvoir de négociation lors de futures discussions sur l’expansion et les sphères d’influence de l’OTAN. .

« Je pense que la Russie et Vladimir Poutine vont vraiment essayer de vaincre les forces armées ukrainiennes sur le terrain, d’infliger une défaite militaire massive qui humilie les Ukrainiens et, par conséquent, d’exprimer des inquiétudes quant au soutien de l’Ukraine par les Alliés en Occident ». au Royaume-Uni sont inadéquates », a déclaré Samir Puri, chercheur principal à l’Institut international d’études stratégiques.

Et s’il finissait par entrer ?

Les pays occidentaux se sont rangés du côté de l’Ukraine, mais certaines réponses ne sont pas si faciles à répondre. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont fourni des armes, tandis que l’Allemagne prévoit d’envoyer une unité médicale sur le site le mois prochain, même si elle ne transportera pas de matériel militaire.

On a aussi beaucoup parlé d’éventuelles sanctions pour punir Moscou. Publiquement, les États-Unis et leurs alliés européens ont juré de frapper la Russie plus financièrement que jamais si Poutine lâche son armée sur l’Ukraine. Cependant, les dirigeants ont fourni peu de détails sur la manière dont ils agiront dans cette affaire. L’exclusion de la Russie du système financier SWIFTTransférer de l’argent d’une banque à l’autre dans le monde serait l’une des mesures économiques les plus difficiles à prendre, endommageant l’économie russe immédiatement et à long terme. Cette décision pourrait couper la Russie de la plupart des transactions économiques internationales, y compris les bénéfices internationaux de la production de pétrole et de gaz, qui représentent plus de 40 % des revenus du pays.

Les États-Unis disposent également de l’une des armes économiques les plus puissantes contre Poutine s’il envahit l’Ukraine, privant la Russie de l’accès au dollar. Les dollars continuent de dominer les transactions financières dans le monde, avec des billions de dollars « en jeu » chaque jour. Enfin, les États-Unis envisagent des contrôles à l’exportation, coupant potentiellement la Russie de la haute technologie, qui aide, entre autres, les avions de chasse et les avions de ligne à voler et recharger les smartphones.

Avec des informations d’Al Jazeera

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.