À Rio Branco, une famille vénézuélienne cherche des soins à l’UPA avec une suspicion de variole du singe | Acre

Une famille vénézuélienne a recherché l’UPA à Sobral, à Rio Branco, ce vendredi (29) avec suspicion de variole du singe. Le père, la mère et un enfant se sont rendus au service de santé où ils ont subi des tests qui ont révélé la maladie.

À g1, l’agence de presse d’État a confirmé que la famille était avec l’UPA et faisait l’objet d’enquêtes, mais a souligné que seul l’enfant avait une sorte de blessure. L’agence a également déclaré que les trois cas n’ont pas encore été officialisés en tant que suspects, ni par l’État ni par la municipalité, qui fait le rapport.

L’analyse prouvant la suspicion devrait sortir dans les 20 jours. Après avoir été soignée, la famille a été libérée, car les trois se portaient bien sur le plan clinique, et est retournée au refuge pour immigrants de la capitale Akko, où elle continue d’être suivie.

A Acre, les échantillons collectés sont envoyés à la Fondation Ezequiel Dias (Funed) à Minas Gerais.

Le dernier cas officialisé par Sesacre a eu lieu vendredi (29). L’enquête est menée sur une femme de 54 ans, résidente de Cruzeiro do Sul, à l’intérieur de l’État.

Elle a été admise à l’hôpital régional de Juruá avec des lésions cutanées apparues il y a trois mois lorsqu’elle a quitté la France pour la ville d’Acre.

Le cas a été signalé vendredi par le Centre d’information stratégique sur la surveillance de la santé (CIEV) de la région de l’Alto Juruá. La surveillance épidémiologique municipale suit également le cas. La femme est la septième résidente présentant des symptômes de la maladie dans l’État.

Le dernier jour 25, le premier cas de la maladie dans l’État a été confirmé. Les résultats de deux enquêtes sur des cas suspects, qui font toujours l’objet d’une enquête, sont sortis lundi de Funed et se sont révélés positifs.

Le patient de 27 ans a voyagé à l’étranger et à son retour présentait de la fièvre, de la fatigue physique et des papules éparpillées sur les bras et l’abdomen, rapportées par Unimed le 11. C’était le cinquième rapport, le 12 juillet.

Sur les six cas suspects précédemment enquêtés, un a été confirmé et les cinq autres ont été écartés.

Le 14 juin, Sesacre a confirmé qu’il enquêtait sur le premier cas de la maladie dans l’État. Le patient était un homme de 30 ans qui avait été admis dans un centre de santé et présentait des symptômes bénins. Cependant, le 6 juillet, il a été confirmé que ses échantillons, qui avaient été examinés dans un laboratoire du Minas Gerais, étaient négatifs pour la maladie.

Fin juin, le service de santé municipal de Cruzeiro do Sul a confirmé qu’il enquêtait sur deux cas. La ministre de la Santé de la ville, Valéria Lima, a expliqué qu’il s’agissait de deux femmes qui n’avaient pas voyagé ou qui avaient eu des contacts étroits avec des personnes qui étaient allées à l’étranger. Cependant, pour des raisons de protocole, il a été nécessaire de prélever les échantillons, qui se sont également révélés négatifs.

Le jour même où le premier cas a été exclu, le département de la santé a annoncé qu’un autre cas était en cours d’investigation, à savoir un patient de Boca do Acre en Amazonas. Même avec un résultat négatif.

La cinquième notification a été faite le 12 juillet. Le patient est un jeune homme qui a été admis dans un hôpital privé de Rio Branco avec de la fièvre, de la fatigue physique, des lésions cutanées et des cloques éparpillées sur les bras, l’abdomen et le cou. Le garçon a confirmé qu’il avait voyagé à l’étranger. C’était le cas confirmé de la maladie.

Le 13 juillet, il y avait aussi un rapport à Cruzeiro do Sul. Le patient, selon les informations de Sesacre, travaille dans un commerce dans une zone indigène de la municipalité de Feijó, et a déclaré avoir eu des contacts avec des personnes d’autres pays et cinq autres personnes de l’État de Minas Gerais pendant trois mois, mais non contact physique direct avec eux.

Les symptômes présentés étaient des cloques, une forte fièvre, des maux de tête, une faiblesse et une hypertrophie des ganglions lymphatiques du cou le premier jour des symptômes. Il était en isolement à domicile depuis l’apparition des symptômes et le résultat était négatif.

Le singe n’est pas un émetteur

Malgré le nom de la maladie, le chef du ministère de la Santé publique de l’État, Gabriel Mesquita, souligne que la maladie n’est pas liée au singe et est considérée comme bénigne. Il avertit les gens de ne pas venir blesser l’animal.

« En fait, il y avait un consensus pour définir le nom de Monkeypox précisément parce que les singes ne sont pas impliqués dans ce processus de transfert et pour empêcher les humains de nuire au singe. Ils ne sont pas des réservoirs de la maladie, ils n’effectuent pas cette transmission directe, c’est pourquoi la communauté scientifique a décidé que le nom Monkeypox serait pour éviter cette stigmatisation pour les animaux qui n’y sont pour rien », souligne-t-il.

Il souligne également que la transmission de la maladie se fait de manière très directe, avec des contacts très étroits.

« C’est une maladie de transmission faible et lente, et il est nécessaire d’avoir un contact très étroit, touchant la peau, avec des sécrétions provenant des fistules, des sécrétions orales, c’est donc une maladie qui peut être facilement évitée avec l’utilisation d’un masque, évitez de trop près les personnes qui se trouvaient dans une région avec cette circulation de cas », accompagne-t-il.

Les premiers symptômes de la variole du singe sont généralement de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des maux de dos, des ganglions lymphatiques enflés, des frissons et de l’épuisement.

Dans les 1 à 3 jours (parfois plus longs) après l’installation de la fièvre, le patient développe une éruption cutanée, qui commence généralement sur le visage et se propage à d’autres parties du corps.

La variole du singe est-elle une pandémie ?

Les lésions passent par cinq étapes avant de tomber, selon les Centers for Disease Control (CDC) des États-Unis. La maladie dure généralement de 2 à 4 semaines.

Qu’est-ce qu’une différence indicative: le développement de lésions – lésions dans la cavité buccale et sur la peau. Ils commencent à se manifester d’abord sur le visage et se propagent au tronc, à la poitrine, aux paumes, à la plante des pieds », a ajouté Trindade, qui est conseiller du groupe mis en place par le ministère de la Science, de la Technologie et de l’Innovation pour enquêter sur les cas de variole chez les singes.

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.