Agression russe contre l’Ukraine. Comment Poutine change l’Europe | Allemagne – politique allemande actuelle. Nouvelles DW en polonais | DW

On pourrait appeler cela la loi des conséquences imprévues : le président russe Vladimir Poutine a uni l’Europe avec sa guerre contre l’Ukraine, a mis fin au cours économique et politique de l’alliance avec certains pays de l’UE, a poussé nombre de ses vieux amis à la clandestinité et a fait temporairement mettre un terme aux petites querelles.

L’enthousiasme suscité par la nouvelle unité pourrait être temporaire car le prix des sanctions sévères n’a pas encore été payé. Néanmoins, la guerre de Poutine contre l’Ukraine est comme un élixir revigorant pour l’UE – un vent nouveau a soufflé sur l’Europe.

France : Macron a raison et les populistes sont sur la ligne

Il l’a toujours répété : dès sa prise de fonction, le président français a souligné que l’Europe devait devenir plus indépendante économiquement et être capable de se défendre. Ses collègues n’ont pas écouté ses arguments. On comprend désormais à quel point Emmanuel Macron avait raison. Mais lui aussi doit admettre ses erreurs : pendant longtemps, le dirigeant français a léché Poutine et a pensé qu’il voulait dire participation et respect en Europe. Après la dernière tentative ratée de négocier au Kremlin, Macron s’est senti trompé.

Vladimir Poutine et Marine Le Pen, 2017

Cependant, ses opposants politiques ont dû tourner le dos à leur idole Poutine du jour au lendemain et ne veulent pas se faire rappeler leurs précédents tweets. Jusqu’à présent, le sentiment pro-droite du gauchiste Jean-Luc Mélenchon, de la populiste de droite Marine Le Peni de son rival d’extrême droite Eric Zemmour n’a joué aucun rôle dans la campagne électorale. Maintenant, les photos de Le Pen de 2017 sont très embarrassantes – alors sa campagne électorale a été financée par Poutine. La vidéo de Zemmour sur les réseaux sociaux louant Poutine comme un génie est devenue un succès négatif. Melenchon admet qu’il s’est trompé sur Poutine. Tous les trois parlent maintenant de pourparlers de paix.

Hongrie : changements chez Orban

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban est devenu le fléau de l’UE ces dernières années. La Hongrie, de plus en plus autoritaire, corrompue et antidémocratique, a semé la zizanie et torpillé les décisions communes. Le démantèlement de l’État de droit en Hongrie l’a mis sur une trajectoire de collision avec Bruxelles. Et son rejet total des réfugiés a rendu impossible une politique migratoire commune.

Photo du 1.2.22 : Vladimir Poutine et Viktor Orban

Photo du 1.2.22 : Vladimir Poutine et Viktor Orban

Au cours du week-end, Orban s’est rendu dans la ville frontalière de Beregsurany, où des réfugiés ukrainiens arrivent de l’autre côté de la frontière pour les accueillir et promettre l’aide hongroise. Certes, bon nombre des nouveaux arrivants appartiennent à la minorité hongroise des Carpates, mais Orban a dû faire un pas dans l’autre sens.

Le Premier ministre est maintenant coincé entre ses années de familiarité avec Poutine et l’indignation européenne face à la guerre en Ukraine. Il y a quelques semaines à peine, il a rendu visite à Poutine au Kremlin et a déclaré que sa demande de garanties de sécurité était justifiée et que les sanctions de l’UE étaient contre-productives. Samedi dernier, son porte-parole a annoncé que Budapest soutiendrait toutes les sanctions contre la Russie. Viktor Orban ne peut pas se retirer aussi rapidement que l’exigeraient les prochaines élections d’avril, car l’opinion publique hongroise est pro-ukrainienne.

Neutres : Suède et Finlande

Les Suédois considèrent leur neutralité comme le plus grand atout depuis la Seconde Guerre mondiale. Ils évitaient généralement côte à côte et se distinguaient comme des négociateurs neutres avec la communauté mondiale. Aujourd’hui, la chef du gouvernement suédois, Magdalena Andersson, a déclaré qu’elle fournirait à l’Ukraine des casques, des gilets de protection et 5 000 armes antichars. Et à la menace de Poutine que la Suède et la Finlande rejoignent l’OTAN, elles devraient payer un lourd tribut, Stockholm a froidement répondu : « Nous prenons nos propres décisions concernant notre politique de sécurité. »

La Finlande a également réagi froidement aux menaces de Poutine. À l’heure actuelle, la libéralité et l’influence politique imposées par le Kremlin après la Seconde Guerre mondiale y sont critiquées. La plupart des Finlandais, 53 %. Pour la première fois, il soutient l’adhésion du pays à l’OTAN. Le désir de protection de la part de l’alliance militaire occidentale semble plus important que la longue tradition de neutralité.

L’ancien Premier ministre Alexander Stubb, interrogé sur la possible « finlandisation » de l’Ukraine, dira : « Cette terminologie est traumatisante pour nous », ce serait un retour aux principes de la guerre froide et ce ne serait pas une bonne solution pour l’Ukraine. La « finlandisation » était la période où la Finlande a fait des concessions à l’Union soviétique dans les années 1970.

Allemagne : un rebondissement

« L’Allemagne assume le rôle de puissance mondiale », a écrit lundi l’agence Reuters, résumant les commentaires mondiaux exprimant l’admiration et la surprise face au virage à 180 degrés opéré dimanche par le chancelier Olaf Scholz au Bundestag. D’un geste de la main, il effaça toutes les convictions connues depuis des décennies dans la politique allemande : oui aux armes en Ukraine, oui à l’efficacité de la Bundeswehr, oui à des dépenses de défense plus élevées et non à la dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie, pas à ceux qui expliquent Poutine et les partisans de son régime autoritaire.

Vladimir Poutine et l'ancien chancelier allemand Gerhard Schroeder, 2018

Vladimir Poutine et l’ancien chancelier allemand Gerhard Schroeder, 2018

La traduction anglaise du discours de Scholz s’est répandue comme des petits pains parmi les observateurs anglo-saxons sur Twitter, telle fut la surprise face à cette tournure des événements à Berlin. La chancelière a saccagé une trentaine d’années de politique allemande envers la Russie, notamment celle de son propre parti. Un jour plus tard, la politique étrangère et de sécurité de l’Allemagne est méconnaissable.

Quoi d’autre:

Le président tchèque Milos Zeman, fervent partisan de longue date du président Poutine, traite désormais son vieil ami de « fou d’isoler » et menace la paix en Europe.

Le populiste italien de droite Matteo Salvini a été photographié à plusieurs reprises dans un T-shirt avec une photo de Poutine. Maintenant, il essaie d’effacer les éloges antérieurs du dirigeant du Kremlin sur les réseaux sociaux et a déposé des fleurs à l’ambassade d’Ukraine à Rome.

Matteo Salvini à Moscou, 2016

Matteo Salvini à Moscou, 2016

L’ancien ministre écossais Alex Salmond a fait l’éloge de Poutine en tant que patriote russe après l’annexion de la Crimée. Maintenant, il a abandonné son talk-show sur la chaîne de propagande russe RT – jusqu’à ce que la paix soit rétablie.

L’ancien candidat à la présidence française François Fillon, l’ancien chancelier autrichien Christian Kern et d’autres ont démissionné pour protester contre les entreprises publiques russes. Seul l’ancien chancelier allemand Gerhard Schroeder, qui conserve son poste à Gazprom, parle d' »erreurs des deux côtés ».

Aimeriez-vous faire des commentaires sur cet article? Faites-le sur Facebook ! †

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.