Albanais et Lonardi les plus attendus à Valence


C’est déjà le il est temps de devenir sérieux pour Aeolus-Kometa et pour les autres formations cyclistes professionnelles : l’époque où le calendrier des courses démarrait fin février est désormais révolue et, même en Europe, à partir de janvier il est temps de se chausser et défiez-vous les uns les autres pour les premiers buts officiels de Valence.

Et ainsi, dimanche 23, l’équipe de la région de Varèse doit être prête à se battre rues de Clàssica Valencia 1969, course en ligne de 175 kilomètres partant de La Nucia dans la province d’Alicante (près de Benidorm, où Bugno est devenu champion du monde) et arrivant dans la ville espagnole, à deux pas de la côte où les coureurs emmenés par Ivan Basso se sont entraînés dans la dernière période.

Le test d’espagnol sera essentiellement destiné à une arrivée au sprint, même si dans la première moitié de la course il y a deux aspérités (la Tarbena-Coll de Rates et l’Alto de Barx) qui fatigueront les coureurs qui ne sont pas au top de leur forme à cette période de l’année. Mais alors la route est presque plat dans les 75-8o derniers kilomètres et à ce stade, l’état des roues les plus rapides devra être évalué, en vue d’un sprint final probable.

giovanni lonardi cyclisme eolo cometa 2022

Pour cette raison, dans la maison Eolo le prénom à retenir c’est sûr celui de Giovanni Lonardic (sur la photo), l’un des nouveaux ajouts de 2022 : le coureur de Vérone, 25 ans et trois victoires chez les « pros », est le sprinteur désigné de l’équipe au maillot bleu. Et à ses côtés ce sera aussi l’expert Mirco Maestri. avoir, un autre nouveau visage et ancien partenaire de Lonardi à Bardiani, qui a su ouvrir la voie à l’arrivée.

Parmi les convoqués à l’Eole-Kometa Cependant, Vincenzo Albanese se démarque également, l’un des points clés de l’équipe. Le coureur de Salerne peut également avoir son mot à dire dans le sprint et est l’homme le plus représentatif (au vu des résultats de 2021) parmi les participants de l’équipe italienne. « EST important de bien commencer, pour tout ce que cela signifie après un travail acharné en hiver – explique « Alba » – Nous sommes prêts à bien faire et je suis sûr que l’équipe donnera tout. je crois que j’ai l’expérience de mener la course dans les moments les plus délicats, attendre le moment et jouer nos cartes gagnantes quand l’occasion se présente ».

Parmi les huit participants de l’Aeolus au Classic Valencia 1969 se trouvent les Espagnols Sergio García e Diego Pablo Séville, hongrois Marton Dina, Portugais Daniel Viegas et italien David Bais, spécialiste de la saisie des évasions à distance. L’année dernière, l’Eolo-Kometa a maintenu le niveau de course avec les autres équipes, prenant une sixième place décente avec Pacioni (vainqueur du Français Manzin de Total Direct) dans ce qui était la première course absolue de l’équipe de Varese.

Sur les routes valenciennes il n’y a pas de formations pour le World Tour, et c’est une bonne nouvelle tant pour Aeolus que pour ses concurrents, mais cette situation pourrait ouvrir la course à de nombreuses solutions. Avec l’Albanais et ses partenaires, une autre équipe italienne attend, Bardiani-Csf-Faizane avec Visconti, Modolo et Fiorelli. Et puis les équipes Professionnels espagnols (Euskaltel, Kern Pharma, Caja Rural, Burgos-BH) et français (Total Energies, Arkea-Samsic) pour relever la barre. Le challenge est lancé, et attention aussi à une météo qui ça promet d’être nuageux et avec un peu de pluie, une autre variable à considérer.


Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.