Avis Au rythme du coeur | L’amour sous toutes ses formes et sons

est le premier dîner Au rythme du coeur est long et lointain : le spectateur passe beaucoup de temps à contempler le bateau de la famille Rossi en mer, jusqu’à ce qu’il commence enfin à entendre la voix d’Emilia Jones fredonnant Something’s Got A Hold On Me d’Etta James. L’actrice révélée à travers la série originale de Netflix Clé de verouillage, dont la voix n’a pas été explorée dans l’intrigue fantastique et mystérieuse pour des raisons évidentes, a un talent naturel, mais étonnamment, il n’y a même pas la moindre trace d’émotion de la part de son frère et de son père alors que sa fille chante.

Bien sûr, dans les scènes suivantes, on découvre que Ruby (Jones), 17 ans, est le seul membre de la famille qui n’est pas malentendant. L’adolescente mène une vie relativement paisible, partagée entre l’école et le travail de pêcheur de son père, et est l’interprète officielle des autres Rossi, pratiquement son seul lien avec le monde extérieur.

Le premier tournant du scénario survient lorsque Ruby décide de s’inscrire au Glee Club de son lycée. Alliant l’utile à l’agréable, l’activité est un moyen d’être proche du garçon qu’elle aime, en plus de faire une activité qu’elle a toujours aimée : chanter. Aussi ironique que cela puisse paraître, c’est là que le film commence à accélérer le rythme et à placer la puce derrière l’oreille de chaque spectateur sur le malheur d’une fille du coin qui ne peut pas partager son talent avec sa famille.

Vous voulez rester au courant des meilleures nouvelles technologiques du jour? Accédez et abonnez-vous à notre nouvelle chaîne YouTube, Canaltech News. Chaque jour un résumé des actualités les plus importantes du monde tech pour vous !

« Si j’étais aveugle, est-ce que tu aimerais faire des peintures ? » demande sa mère dans l’une des scènes.

Au rythme du cœur : le film a été acquis par Apple TV mais arrive au Brésil via Amazon Prime Video (Image : Disclosure / Apple TV+)

Suivant cette prémisse simple mais curieuse, la réalisatrice et scénariste Sian Heder transforme la routine sans intérêt d’une jeune fille en une histoire fascinante sur l’indépendance et le passage à l’âge adulte. adaptation du français La famille Bélier (2014), le cinéaste rejette tout paradigme qui pourrait rendre le film inutile et emmène le spectateur dans un voyage palpitant et époustouflant.

Il existe plusieurs clichés qui assurent que Au rythme du coeur une caractéristique qui peut facilement captiver les fans d’intrigues adolescentes : l’engouement platonique pour le plus beau garçon de l’école, la confidente du meilleur ami, la figure de l’enseignant-mentor, et même le stéréotype de la fille invisible qui découvre qu’elle est une créature brillante. Tous ces éléments sont introduits avec beaucoup de soin et parsemés tout au long du scénario, mais grâce à Heder, ils ajoutent à l’intrigue plutôt qu’ils ne l’appauvrissent.

Cependant, le réalisateur enregistre exactement les erreurs et les défauts du long métrage français original et en tire les leçons au lieu de livrer une simple copie nord-américaine dont nous nous sommes lassés au fil des ans. L’idée du remake est en fait venue de Marlee Matlin (actrice dans La famille Bélier qui incarne ici Jackie, la mère de Ruby), dont la seule exigence est que tous les personnages sourds de la nouvelle version soient effectivement joués par des acteurs malentendants – et c’est justement dans la simplicité du rendu que Au rythme du coeur remporte la livraison et toute l’attention du public.

Dans Rhythm of the Heart : « Si j’étais aveugle, aimerais-tu faire des peintures ? » (Image : Divulgation / Apple TV+)

Emilia Jones a ici une exécution irréprochable, d’une sensibilité exemplaire. Cependant, il est très injuste de ne pas souligner les performances de Matlin, Troy Kotsur (Père Frank) et Daniel Durant (Frère Leo), qui apportent une réelle richesse et spontanéité à des scènes qui, si elles étaient jouées par de grands acteurs hollywoodiens, tomberaient dans une situation inutile. et mélodrame exagéré pour les situations présentées ici.

C’est dans la simplicité que Heder veut raconter cette histoire, et cela se voit dans chaque détail montré à l’écran : que ce soit devant la caméra alors qu’elle est assise à table avec la famille, Ruby raccompagne chez elle sur son vélo ou le matin quand la fille sort avec son père et son frère pour pêcher. Le cinéaste ici ne veut pas utiliser la surdité comme un problème, quelque chose de péjoratif ; mais un handicap qui fait partie du quotidien et de la réalité de nombreuses personnes.

Tout cela se passe d’une manière tellement spontanée et naturelle qu’il ne faut pas longtemps pour que le spectateur s’habitue au fait que plus de la moitié des dialogues du film passent par des personnages.

Au rythme du cœur : l’actrice du film original français a demandé à des acteurs sourds de jouer les personnages (Image : Divulgation / Apple TV+)

Parlant toujours de cette simplicité, Heder parvient à poser une histoire captivante de près de deux heures, précisément à cause de la sensibilité et de l’intelligence dans l’approche de ces éléments. Il n’y a pas d’histoire ici sur le chanteur le plus brillant de l’école, ou sur une famille qui a découvert le secret du succès de la pêche ; Heder décompose la vie quotidienne des Rossi comme une unité, tout en traitant simultanément leurs personnages individuellement sans faire ressortir aucun voyage flamboyant particulier.

C’est tellement naturel qu’oublier la durée, le temps ou les heures est inévitable, tout comme il est difficile de retenir les larmes lorsque le film atteint son paroxysme. Au rythme du coeur est capable de résonner de près, même après une histoire avec autant de détails.

Au rythme du cœur : sur le lâcher-prise (Image : Divulgation / Apple TV+)

Prendre soin du travail sonore

Étant une conspiration contre la surdité, on s’attendait à ce qu’un travail minutieux soit fait pour capturer et mélanger le son avec Au rythme du coeur. Et à cet égard, le film ne déçoit pas.

Le directeur du son Paul Lucien Col est en grande partie responsable de ce rôle, laissant sa marque sur des moments cruciaux qui contribuent à l’histoire : si le public ressent ce que c’est que d’être à la place de Frank, Jackie et Leo dans la performance musicale de Ruby ; quand le frère accepte l’invitation à prendre une simple bière au bar et échoue lamentablement à lire sur les lèvres ses collègues pour s’intégrer ou même quand, assez curieusement, la famille fait accidentellement beaucoup de bruit, mais Ruby l’empêche d’étudier.

In the Beat of the Heart : Une histoire fascinante de passage à l’âge adulte (Image : Handout / Apple TV+)

Dans ces petits moments, le duo Lucien Col et le réalisateur Heder proposent une réflexion discrète sans glisser dans la morale superficielle de l’histoire nord-américaine. Au rythme du coeur (Vrai CODA, dans la langue d’origine, abréviation de enfants d’adultes sourds) est un film sur la croissance, l’appartenance et l’indépendance raconté d’une manière captivante qui se termine avec beaucoup d’émotion.

Au rythme du coeur est disponible sur Vidéo Amazon Prime.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.