Bayer lève des milliards en vendant une partie de l’entreprise

Pour réduire sa dette, l’entreprise de 100 000 employés de Bayer vend une division de 800 employés. Les revenus sont étonnamment élevés.

L’entreprise agrochimique Bayer gagne beaucoup d’argent grâce à la vente d’une partie de l’entreprise qui contient certains produits de lutte contre les parasites et les mauvaises herbes.

L’investisseur financier Cinven reprend la division « Sciences de l’environnement » pour 2,6 milliards de dollars (2,4 milliards d’euros), a annoncé jeudi Bayer à Leverkusen. Le membre responsable du conseil d’administration de Bayer, Rodrigo Santos, a déclaré avoir reçu « un prix d’achat très attractif ». La vente permet de se concentrer sur les activités agricoles de base.

La division, dont le siège social s’étend de la France aux États-Unis, vend des herbicides et d’autres produits aux utilisateurs professionnels, qu’il s’agisse de propriétaires forestiers, de villes ou de groupes industriels. Les domaines d’application sont, par exemple, les terrains de golf et les espaces verts dans les parcs ou dans les installations industrielles. Il ne s’agit pas d’agriculture. « Environmental Science » n’a pas de produits contenant du glyphosate dans son portefeuille – ces produits devraient rester chez Bayer à long terme.

Fin 2021, la partie désormais vendue de l’entreprise comptait 800 employés et le chiffre d’affaires annuel en 2019 s’élevait à environ 600 millions d’euros. Bayer n’a pas annoncé de valeur de vente plus actuelle en raison du processus de vente qui a débuté il y a un an. La division agrochimique (« Crop Science »), à laquelle appartenait « Environmental Science », a réalisé un chiffre d’affaires de 20,2 milliards d’euros en 2021 – la part de la partie vendue de l’entreprise est donc faible. La transaction devrait être conclue au second semestre de l’année.

Avec le revenu net, les habitants de Leverkusen veulent réduire leurs dettes. Le groupe subit toujours les conséquences de son acquisition de la société semencière américaine Monsanto, qui a déposé des dizaines de milliers de poursuites judiciaires pour des risques de cancer présumés liés aux herbicides contenant du glyphosate. Le différend coûte plusieurs milliards.

Bien que les choses se soient améliorées ces derniers temps, le cours de l’action est sous pression depuis des années. Actuellement, les papiers coûtent environ la moitié du prix d’avant son achat par Monsanto en 2018. Il est donc important que la Cour suprême des États-Unis décide bientôt si elle acceptera une affaire historique sur le glyphosate pour examen.

Si elle venait à une audience, la décision aurait un effet de signal. Avec une éventuelle victoire, les Leverkusen promettent de mettre fin à la dispute de principe. Au cas où le tribunal n’accepterait pas l’affaire ou se prononcerait en faveur de Bayer, le groupe basé à Leverkusen a déjà réservé des fonds pour d’éventuels paiements supplémentaires aux futurs demandeurs.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.