Berlin confiant que Gazprom « remplira ses obligations contractuelles »

sdans le même temps, le géant russe Gazprom a réitéré aujourd’hui qu’il ne peut garantir la sécurité de l’approvisionnement en carburant via le pipeline Nord Stream sans une turbine qui était en réparation au Canada et dont le retour n’a pas de trace.

« Nous sommes prêts à répondre à toute éventualité, mais il n’y a pas de raisons techniques justifiant une suspension des livraisons », a déclaré la porte-parole adjointe du gouvernement du chancelier Olaf Scholz, Christiane Hoffmann.

Gazprom a interrompu l’approvisionnement la semaine dernière en raison de travaux de maintenance à effectuer et à terminer d’ici jeudi de la semaine prochaine.

Moscou a affirmé, entre autres, qu’une turbine de la société allemande Siemens, bloquée au Canada en raison des sanctions occidentales contre la Russie pour l’invasion de l’Ukraine, devait être restituée.

Berlin ne considère cet argument que comme un « prétexte » car la pièce ne devait être rendue qu’en septembre selon le calendrier de maintenance du pipeline.

Cependant, le retour de la pièce du Canada était auparavant autorisé pour éviter qu’elle ne soit utilisée pour justifier la suspension des approvisionnements.

La porte-parole du gouvernement a refusé de commenter les informations des médias allemands selon lesquelles le gouvernement Scholz avait préparé à la hâte un plan de sauvetage pour la société gazière allemande Uniper, propriété de la Finlandaise Fortum, qui connaît des problèmes de liquidités depuis que la Russie a interrompu ses approvisionnements.

Selon le journal économique Handelsblatt, Scholz pourrait organiser une réunion avec des représentants de l’entreprise vendredi prochain afin de finaliser le plan de secours.

La chancelière allemande est actuellement en vacances en Bavière (sud de l’Allemagne), même si « il est logiquement de garde », a déclaré la porte-parole interrogée sur cette hypothétique rencontre.

Uniper a demandé un prêt de 2 000 millions d’euros à la société publique allemande Kreditanstalt für Wiederaufbau und Wirtschaftsbank (KfW) pour résoudre ses problèmes de liquidités.

Cependant, Gazprom a réitéré dans un communiqué publié aujourd’hui qu’il « rappelle l’attention sur le fait que le retour du moteur à turbine envoyé pour réparation et la maintenance future d’autres turbines pour la station de compression de Portovaya affecteront directement le fonctionnement sûr de Northern Stream ».

La compagnie gazière russe a fait ces déclarations la veille du redémarrage prévu du gazoduc après une période de maintenance « prévue » de dix jours.

Lire aussi : Berlin donne son accord à la réactivation des centrales au charbon

Soyez toujours le premier informé.
Choix du consommateur pour la sixième année consécutive et prix cinq étoiles pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.