Bolsonaro appelle les ambassadeurs étrangers à dénoncer lundi les machines à voter électroniques

BRASÍLIA – Le président Jair Bolsonaro prévu pour l’après-midi du lundi 18 prochain, rencontre avec ambassadeurs étrangers à soulever des doutes sur la sécurité du processus électoral brésilien. Les principaux noms du corps diplomatique accrédité à Brasilia ont commencé à être invités ce jeudi 14.

L’initiative est venue du Palácio do Planalto et non d’Itamaraty. Sur l’invitation de Bolsonaro, signée par la cérémonie de la présidence de la république, le sujet de la rencontre est omis. « J’ai été chargé d’inviter Votre Excellence à une réunion entre le président de la République et les chefs des missions diplomatiques qui se tiendra au Palácio da Alvorada le 18 juillet 2022 à 16 heures », indique l’invitation. Le chancelier Carlos Franca devrait y participer.

Lors d’une audience au Sénat, le ministre de la Défense, le général Paulo Sergio Nogueira (au centre), a de nouveau parlé de la nécessité d’accroître la sécurité dans le processus de vote. Photo : Disclosure/Senate

Cependant, les ambassadeurs connaissent déjà les intentions de Bolsonaro. La semaine dernière, le président a annoncé qu’il ferait appel à des ambassadeurs pour tenter de les convaincre de ses déclarations sur le… machines à voter électroniques. Il veut parler de fraude présumée en 2014 et 2018. La réunion servira également de contrepoint pour le président à la décision du secrétaire Edson Fachin, président du tribunal électoral, d’augmenter la présence de missions étrangères en tant qu’observateurs de l’élection générale. .contre le mécontentement du Planalto. Et des conférences de Fachin lui-même et du ministre Luís Roberto Barroso à l’étranger, dans lesquelles ils ont mis en garde contre les risques d’une rupture démocratique au Brésil.

Des représentants de pays européens ont confirmé leur présence, dont des ambassadeurs de France, du Portugal et de Suisse. La Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis doivent également envoyer leurs représentants à Alvorada. Les ambassadeurs ne sont pas autorisés à prendre la parole pendant la réunion ou après.

Proposition de test avec un vote imprimé à faire comme test le jour du vote, présentée par le ministère de la Défense aux sénateurs lors d’une audience le jeudi 14 Photo : Reproduction/Estadão

Des pays d’Amérique du Sud ont également été invités, comme la Colombie et l’Équateur, dont les gouvernements de droite s’alignent sur Bolsonaro. Des diplomates de pays voisins comme le Chili et l’Argentine, gouvernés par la gauche, ont déclaré qu’ils n’avaient pas encore reçu d’invitation.

En privé, les ambassadeurs admettent être étrangers au projet du président de dénoncer des fraudes présumées lors d’élections précédentes, qui n’ont jamais été prouvées, et critiquent l’utilisation d’un système de vote par lequel il a été élu et qui dispose de mécanismes de sécurité internationalement reconnus.

Cependant, ils disent qu’il était tout aussi inhabituel pour eux d’être convoqués par le Tribunal électoral supérieur (TSE) à une audience sur l’élection en mai. Depuis qu’ils sont allés rencontrer Fachin, les membres de l’Union européenne disent qu’ils se sentent désormais obligés de répondre à l’appel de Bolsonaro.

Le président du TSE, le ministre Edson Fachin, a mis en garde contre le danger pour la démocratie par des discours qui remettent en cause les machines à voter électroniques Photo : Rosinei Coutinho/STF

À cette occasion, 68 diplomates ont comparu devant le tribunal électoral et ont entendu de Fachin que les « arguments populistes » de dirigeants politiques d’Amérique latine donnent lieu à « des accusations rapides de fraude, entraînant des semaines d’instabilité politique dans la période post-électorale ». Bolsonaro a accusé le ministre d’usurper les fonctions exécutives et de se mêler des relations internationales. Le président a accusé Fachin de « violer la démocratie ».

Power Point

Les diplomates s’attendent à assister à une présentation PowerPoint, comme d’autres que la présidence et le ministère de la Défense ont déjà présentées, détaillant les menaces présumées au système de vote électronique et les vulnérabilités. L’offensive de politique étrangère du Planalto a coïncidé avec l’augmentation de la pression publique des forces armées pour des changements dans le processus de surveillance des élections, avec l’inclusion d’un test d’intégrité dans les bureaux de vote, le 2 octobre, qui utilise un deuxième test et des bulletins de vote papier, défini par l’armée comme un « processus de vote parallèle ».

Selon deux ambassadeurs européens, la rencontre servira à écouter les arguments du président, notamment à informer leurs capitales respectives de ses projets. « Nous avons entendu les arguments d’un côté et maintenant nous allons entendre les arguments de l’autre », a justifié un ambassadeur sous couvert d’anonymat.

L’idée qu’il pourrait y avoir une tentative de coup d’État au Brésil a commencé à être rapportée dans les télégrammes et les rapports des missions diplomatiques à l’étranger l’année dernière, comme en témoigne le Estadão. L’insistance du président à discréditer les sondages a mis les diplomates en état d’alerte.

Le président Bolsonaro a exhorté à exprimer des doutes sur le processus électoral dans un discours qui a été interprété comme une tentative de ne pas reconnaître les résultats des élections s’il perdait la course face au PT Luiz Inácio Lula da Silva. Lula apparaît comme virtuellement élu selon les sondages d’intention de vote.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.