choc des cultures : les Indiens vénézuéliens Warao contestent la politique d’accueil du public à Ribeirão Preto | Ribeirao Preto et la France

Dans une vieille maison de la région centrale de Ribeirão Preto (SP), 30 Indiens vénézuéliens de l’ethnie Warao ont trouvé refuge depuis au moins trois mois. Ce sont des hommes, des femmes et des enfants qui ont quitté leur pays d’origine à cause de la crise sociale et humanitaire provoquée par le régime dictatorial de Nicolas Maduro.

40 autres Indiens partagent une autre maison dans la même région. Les frais de logement sont pris en charge par l’Instituto Ampare, une institution qui soutient les réfugiés, mais les dépenses telles que la nourriture, l’eau et l’énergie doivent être supportées par les résidents eux-mêmes, explique le volontaire Carlos Alberto da Cruz.

« La société civile aide avec le loyer, l’électricité, l’énergie. La semaine dernière, nous avons fait une campagne spécifique pour la nourriture. Nous avons déjà fait campagne pour des vêtements chauds, des couvertures. Nous communiquons avec la société civile. Mais les ressources sont rares de nos jours. Nous avons la corde autour du cou.

Cependant, les conditions de vie sont précaires. Dans la maison où vit le groupe de 30 Indiens, ils sont tous entassés dans les cinq pièces. Il y a deux salles de bains, mais l’une d’elles n’a pas d’électricité. Manque d’hygiène et d’organisation.

L’argent que reçoivent les Indiens provient de la mendicité faite exclusivement par des femmes et des enfants de la région de Baixada, près de la gare routière de Ribeirão Preto. Aux intersections, ils brandissent des pots de couleur pour recevoir la monnaie des chauffeurs.

En avril, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) estimait qu’environ 7 000 Vénézuéliens autochtones se trouvaient sur le territoire brésilien, dont 819 avaient été reconnus comme réfugiés par le gouvernement fédéral.

  • Une étude diagnostique le travail des indigènes Warao à Belém

Les Indiens vénézuéliens de l’ethnie Warao vivent dans une maison surpeuplée à Ribeirão Preto, SP — Photo : Reproduction/EPTV

Lorsqu’ils ont commencé à arriver à Ribeirão Preto en 2021, en provenance du nord du pays, les Warao ont été transférés au Centre de tri et d’acheminement des migrants/résidents itinérants et sans-abri (Cetrem) et d’autres refuges de la ville.

Selon le service municipal d’aide sociale, les lieux sont des zones de transition, où les gens reçoivent de la nourriture, de l’hygiène, un endroit pour dormir et un soutien jusqu’à leur relocalisation sociale.

Mais dans le cas des Warao, le choc culturel a provoqué une impasse à l’accueil. Les Indiens ne parlent ni espagnol, ni portugais, ni anglais ; la communication se fait par un dialecte. Le régime alimentaire est à base de tapioca, de poulet, de poisson et de pâtes. Les enfants ne vont pas à l’école. Dans les refuges, les hommes et les femmes doivent, en règle générale, être séparés.

« Ils étaient là dans le refuge, mais leur culture est complètement différente. Il y a deux problèmes : premièrement, leur nourriture, qui est complètement différente de la nourriture offerte par le refuge ; deuxièmement, tout le monde dans l’abri est séparé, hommes, femmes et enfants. Selon leur culture, ils devraient tous rester ensemble. C’est une culture ancienne. Vous ne pouvez pas imposer un changement aussi radical », déclare Carlos Alberto.

Les Indiens vénézuéliens de l’ethnie Warao vivent dans une maison surpeuplée à Ribeirão Preto, SP — Photo : Reproduction/EPTV

Pour aider les réfugiés, l’Instituto Ampare, en collaboration avec la Commission des droits de l’homme de l’Ordre des avocats du Brésil (OAB), a demandé l’intervention du ministère public (MP). La principale demande est qu’ils soient logés dans une chambre avec de meilleures conditions.

Carlos Alberto comprend que les changements culturels ne se produisent pas du jour au lendemain, mais il dit que l’institution a déjà fait des progrès.

« Tout est fait pour les adapter aux lois, processus et coutumes brésiliens. Par exemple, ils subissent des soins dentaires dans un projet de l’USP qui s’occupe des enfants. Deux enfants sont nés ici, les mères ont une adaptation prénatale d’entre eux au Brésil La vaccination des enfants a été une lutte pour leur faire comprendre que c’est important. Là, dans leur région, ils n’ont pas vacciné, mais ils étaient en sécurité. Mais ici, avec la population, avec la population du Brésil, c’est très important vacciner. »

Un Indien vénézuélien de l’ethnie Warao demande l’aumône à Ribeirão Preto, SP — Photo : Reproduction/EPTV

Le secrétaire à la justice de Ribeirão Preto, Alessandro Hirata, reconnaît les difficultés de la puissance publique, mais affirme que la mairie essaie d’aider le groupe, principalement à gagner en autonomie sans perdre de vue ses racines.

« Il est très important que cette culture de l’ethnie Warao soit respectée, mais aussi de tous ceux qui viennent chez nous. Nous essayons de trouver cet équilibre entre le respect de cette culture et sa réintégration, car ils sont censés avoir cette autonomie. L’objectif est qu’ils puissent obtenir une aide de l’État, par exemple. Avec cela, certains paient déjà un loyer, ils ont déjà la possibilité de subvenir à leurs besoins.

Hirata dit que les Warao ont un comportement migratoire naturel, ce qui pourrait également entraver la progression des travaux à Ribeirão Preto.

« Ils ne parlent même pas l’espagnol, ils ont même leur propre dialecte et doivent connaître notre langue. Les écoles, par exemple. Nous avons cette éducation obligatoire pour les enfants. Cela ne fait pas partie de leur tradition, donc cela doit être équilibré, c’est-à-dire pour ceux qui resteront ici à Ribeirão afin qu’ils soient intégrés dans la société.

Quant à la demande d’un lieu pour accueillir les Amérindiens, Hirata précise que les espaces actuels du Secrétariat d’aide sociale sont ouverts au service, mais qu’il n’est pas possible pour le moment de réserver un bâtiment exclusivement pour initier.

Voir plus de nouvelles de la région sur g1 Ribeirão Preto e Franca

Vidéos: Tout sur Ribeirão Preto, Franca et sa région

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.