Cinq dispositifs qui ont contribué à accroître la sécurité en Formule 1

La course moto est généralement l’un des sports les plus dangereux que l’on puisse pratiquer. Pour s’assurer que les conducteurs puissent dépasser les 300 km/h en toute sécurité dans certaines catégories, les entités qui contrôlent les principales catégories de ce sport ont travaillé sans relâche pour développer une technologie qui offre plus de protection aux conducteurs.

Certains de ces changements n’ont d’abord pas été vus de bon œil par les pilotes et parfois même par le public. Cependant, toute cette résistance est tombée au sol lorsque ces dispositifs de sécurité ont fait leur travail. Celui qui s’est avéré très efficace mais qui a été choqué lorsqu’il est entré en action était lié à l’accident de Mick Schumacher lors du dernier GP de Formule 1 de Monaco lorsque son Haas s’est séparé en deux après avoir percuté la voiture. rambarde

REGARDE AUSSI:

Aussi impressionnant que les images puissent paraître, il est possible que nous voyions des scènes similaires tout au long de la saison 2022 de Formule 1.

Dans cet esprit, le discuter automatiquement Énumérez 5 dispositifs de sécurité en Formule 1 qui ont été développés tout au long de l’histoire de la catégorie et qui sont aujourd’hui essentiels pour prévenir les accidents graves et mortels.

1- Division train arrière / monoposte

La « casse » de la voiture après une collision est une procédure appliquée pour les voitures de la saison 2022 de Formule 1

Puisque nous avons mentionné le cas de Schumacher dans l’introduction, commençons par lui. L’épisode du GP de Monaco n’a pas été le seul au cours duquel la voiture de l’Allemand s’est scindée en deux. La première fois, c’était lors des qualifications pour le GP d’Arabie saoudite.

Mais on s’attend à ce que cette fracture se produise dans des accidents à fort impact. La monoplace ne se scinde pas exactement en deux à cette occasion. Ce qui se passe, c’est que le train arrière, ou unité d’entraînement, se détache de la partie où le pilote est placé. Ce concept a été implémenté dans les règles de la série 2022 et a été développé après le grave accident de Romain Grosjean lors du GP de Bahreïn 2020.

Les études de cet accident ont conclu que le fait que la voiture se soit brisée en deux a contribué à dissiper l’énergie du choc, ce qui, parmi d’autres facteurs – qui seront également mentionnés dans ce texte – a contribué à sauver la vie du conducteur français. Désormais, la voiture de 2022 a un design qui facilite en fait sa chute.

2- Halo

La saison 2017 a été la dernière en Formule 1 à se caractériser par des voitures laissant la tête des pilotes complètement exposée pendant les courses.

La raison de cette décision était le GP du Japon de 2014, lorsque de fortes pluies à Suzuka ont aquaplané Jules Bianchi et sa Marussia sont passées sous le tracteur qui a tiré la Sauber d’Adrian Sutil hors de la zone d’évasion. L’accident a laissé Bianchi dans le coma jusqu’à sa mort en 2015.

Ainsi en 2016, la FIA, qui prévoyait déjà de mettre en place une couverture de cockpit qui couvrirait la tête des pilotes, a frappé le marteau et a déclaré que le nouveau dispositif de sécurité devrait être mis en place en F1 à partir de 2018. Après d’innombrables tests, l’entité F1 est arrivée à la conclusion que Halo serait le meilleur choix. Il a fallu du temps pour que la pièce gagne les faveurs des pilotes et du public, habitués au cockpit libre.

Fabriqué en titane grade 5, le matériau est léger, possède une résistance mécanique élevée et offre un rapport résistance/poids souhaitable. Tout cela se fait dans un cadre qui ne pèse que 7 kg. tu essais de collision Les responsables de la FIA dictent que la pièce doit supporter un poids de 12 tonnes pendant cinq secondes sans endommager la structure.

Cet équipement de protection s’est rapidement révélé indispensable en Formule 1. Sans lui, des accidents comme ceux de Grosjean et Lewis Hamilton, impliquant Max Verstappen en Italie en 2021, auraient pu être mortels.

3 – Casque

2022 max verstappen formule 1 casque
Le casque est l’une des caractéristiques de sécurité les plus importantes dans n’importe quel segment de voiture.

Lorsque vous regardez les anciennes courses de Formule 1, il est difficile de croire que les pilotes des années 1950 et 1960 ne portaient pas de casque. À l’époque, ils portaient une sorte de casquette en cuir, qui ne couvrait que le haut de leur tête, et des lunettes pour protéger leurs yeux des débris venant en sens inverse.

Le casque dans la forme que nous connaissons aujourd’hui a été utilisé par Dan Gurney, un pilote McLaren, lors du GP d’Allemagne de 1968. Gurney a souffert des pierres qui lui sont allées au visage comme s’il s’agissait de balles et quelques années plus tôt, il a développé un masque de casque en cuir. pour se protéger, mais le projet a échoué.

Le premier casque a été développé avec Bell – une marque qui fournit toujours la fonction de sécurité pour certains motards – inspirée des casques utilisés par les motocyclistes sur les pistes aux États-Unis. Et comme pour le halo, l’objet a provoqué une certaine étrangeté au début, mais bientôt tout le monde a adhéré à l’idée.

Au fil du temps, la technologie des articles a évolué, au point que la tête des concurrents doit être scannée avant d’être fabriquée. Il est fait de fibre de carbone, de nomex et de kevlar. De plus, le casque ne doit pas être trop lourd : la masse est estimée entre 1 kg et 1,5 kg.

Avant d’atteindre les pistes, ces coques subissent une série de tests, comme résister à un feu jusqu’à 800 ºC pendant 45 s, et la température interne ne doit pas dépasser 70 ºC ; Un projectile métallique de 225 g qui est lancé à 250 km/h vers le casque et dont la décélération n’excède pas 275 G. De plus, les visières doivent pouvoir résister à un impact de projectile à une vitesse de 500 km/h.

Pas assez, des casques sont encore en cours de développement pour améliorer les performances des voitures. Ils offrent peu de résistance, améliorent le flux d’air vers le moteur et peuvent fournir jusqu’à 10 chevaux supplémentaires à la voiture.

4- Combinaison et cagoule

max verstappen avec cagoule 2022
La cagoule sert également de protection contre le feu.

Au début de la Formule 1, la protection dans les voitures de course était si mauvaise que le port de la combinaison et des gants n’était pas obligatoire. Cagoule alors ? Personne n’en avait même entendu parler.

En 1975, les combinaisons ignifuges sont devenues obligatoires dans la catégorie et avec cela, la technologie appliquée aux vêtements a commencé à s’améliorer. Aujourd’hui, la pièce est fabriquée avec un tissu appelé Nomex, qui provient de la fibre d’aramide. Malgré sa légèreté et sa structure très fine, son principal mérite est la protection contre le feu. En plus de pouvoir résister à une chaleur de 427 ºC, le matériau est également utilisé dans les uniformes de pompiers.

La combinaison doit encore répondre à un certain nombre d’exigences. En plus de ne pas peser plus de 1,2 kg, la FIA exige qu’il protège le pilote du feu pendant au moins 12 secondes.

La cagoule est quant à elle portée sous le casque et est en gros une sorte de combinaison pour la tête. L’idée de ce dispositif de sécurité a vu le jour après l’accident de Niki Lauda lors du GP d’Allemagne de 1976. À l’époque, la Ferrari de l’Autrichien a pris feu et Lauda, ​​qui ne portait pas de cagoule, a subi de graves brûlures au visage. .

La cagoule est également fabriquée avec des fils Nomex et Kevlar, deux composés synthétiques super résistants, et peut supporter les mêmes 427 °C que la combinaison.

5 – Gants

La technologie améliorée des gants f1 résiste aux températures plus élevées
Après l’accident de Grosjean, le gant fait partie des équipements de sécurité sur lesquels on travaille pour sécuriser les pilotes.

En plus d’offrir un plus grand confort au conducteur lors de la manipulation du volant, les gants sont également un élément de sécurité qui protège le conducteur du feu. L’accident de Grosjean a eu un tel impact sur la Formule 1 qu’il s’agit d’une autre protection qui subit une phase de test pour la rendre encore plus sûre. C’est parce que la main gauche était la partie du corps de Grosjean la plus touchée par l’incendie.

Lors de la première séance d’essais libres du GP de Turquie l’an dernier, un prototype de gant a été mis à l’épreuve et, selon la FIA, a été développé pour « réduire encore plus le transfert de chaleur par rapport au matériau actuellement utilisé. Cela signifie que le nouveau matériau signifie que le gant est exposé aux flammes plus longtemps avant que la température de la peau n’atteigne un niveau inquiétant.

Pour cela, l’entité travaille sur un gant plus résistant, mais qui n’affectera pas la sensibilité des pilotes au toucher du guidon.

As-tu aimé? Soutenez notre travail en suivant nos réseaux sociaux et accédez Contenu exclusif† N’oubliez pas de commenter et de partager.

Oh, et si vous êtes un fan de l’audio de BorisCherchez le Chatter automatiquement sur les principales plateformes de podcast :

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.