Comprendre comment la nouvelle politique d’immigration de la France affecte les Brésiliens | Monde

Au lendemain de l’annonce de la nouvelle politique française d’immigration, dont les polémiques quota pour les travailleurs invités et restrictions d’accès à la sécurité socialeRFI a interrogé ce jeudi (7) l’avocate Daniella Moreira de Carvalho, qui détaille les conséquences des mesures pour la communauté brésilienne en France, ainsi que pour les Brésiliens qui souhaitent s’installer dans le pays.

« Avec la nouvelle fixation des quotas pour les travailleurs, il sera peut-être plus difficile pour les Brésiliens qui sont ici de se régulariser, mais aussi pour les Brésiliens qui sont au Brésil et veulent venir en France. Peut-être auront-ils plus de mal à obtenir ce titre de séjour (titre de séjour, en français), car il y aura un quota annuel », analyse l’avocat, qui fournit des services juridiques gratuits au consulat du Brésil à Paris.

Pourtant, Daniella rappelle qu’en France, sur les 260 000 titres de séjour délivrés par le gouvernement aux étrangers en 2018, seuls 33 000 l’ont été pour motif professionnel. «Il n’y a que 13% de tous les immigrants légaux dans cette situation», dit-il.

« La liste des zones dites ‘sous tension’, c’est-à-dire des zones où il y a une pénurie de main-d’œuvre ici en France, n’a pas été mise à jour depuis 2008. Donc, aucun quota n’a encore été annoncé ; on ne sait pas combien de personnes pourront entrer ou pour quelles professions. qu’il y a un manque de médecins généralistes, de vétérinaires, de personnes pour travailler dans les travaux (construction civile), dans la restauration, etc. », rapporte-t-il.

« Je suggère qu’une fois cette liste mise à jour publiée, les Brésiliens qui souhaitent venir en France ou les personnes qui se trouvent ici en situation irrégulière puissent chercher du travail dans ces zones car il leur sera plus facile d’obtenir des titres de séjour. »

Un bateau électrique, également connu sous le nom de « taxi volant », traverse la Seine avec la Tour Eiffel en arrière-plan lors d’un essai à Paris, en France.

Daniella raconte que, d’après son expérience au service de la communauté brésilienne en France, par l’intermédiaire du consulat, 70% des personnes qui la recherchent se retrouvent en situation irrégulière en France, cherchant des informations sur la manière de se régulariser.

« Pour être régularisé ici, il faut avoir un justificatif de vie en France depuis au moins trois ans et 24 attestations de salaire prouvant que la personne gagne au moins un salaire minimum. L’employeur doit signer ce formulaire », prévient-il.

Selon elle, la plupart des personnes qui la recherchent ont des professions liées à des zones où la France manque de main-d’œuvre. « La plupart des femmes font du ménage ou du baby-sitting. Les hommes travaillent comme maçons, dans le bâtiment. Malgré un taux de chômage élevé en France [8,5% da população economicamente ativa, em agosto de 2019] »Ce sont des quartiers où les Français ne veulent pas travailler, donc il y a de la place pour les immigrés », explique-t-il.

Cependant, l’avocat dit qu’en principe, il n’est pas possible de mesurer l’impact direct sur les Brésiliens sans papiers. « Pour l’instant, seules les principales caractéristiques des mesures ont été annoncées, mais pas encore les mesures concrètes, nous n’avons aucun moyen d’évaluer l’impact au quotidien », révèle-t-il.

Selon l’Agence française pour l’emploi, 150 000 emplois sont actuellement vacants en France faute de candidats, et 50 % des entreprises peinent à embaucher.

Les pénuries de main-d’œuvre touchent principalement deux types d’emplois : les emplois peu qualifiés comme la construction ou l’hôtellerie, et les emplois hautement qualifiés ou spécialisés comme les ingénieurs informaticiens ou les vétérinaires.

Aujourd’hui, pour embaucher des professionnels étrangers hors Union européenne, les entreprises doivent suivre un processus complexe, dans lequel elles doivent justifier pourquoi elles ne peuvent pas embaucher un résident français ou de bloc.

De plus, les étrangers sans papiers et ceux qui n’ont pas obtenu le statut de réfugié ne bénéficieront d’une couverture sociale complète que pendant six mois, contre 12 actuellement.

Accès difficile au terrain

Aéroport Charles de Gaulle, en région parisienne, en image d’archive — Photo : Véronique Paul/ Reuters

Pour Daniella, ces mesures s’inscrivent dans la continuité d’un processus déjà engagé en France pour rendre difficile l’entrée dans le pays.

L’avocat rappelle qu’à partir de 2021 les Brésiliens devront remplir un formulaire en ligne et s’acquitter d’une redevance pour venir en France (et dans les pays de l’espace Schengen). « Ce n’est pas un visa, c’est une autorisation, mais cela augmentera le contrôle. »

« Cela va rendre l’accès un peu plus difficile, ainsi que le renouvellement de cette autorisation pour ceux qui dépassent le délai de 90 jours dans les 180 jours sur le territoire européen. Auparavant, parce que l’inscription à l’entrée se faisait avec des tampons, il suffisait de changer passeports. Maintenant, tout sera automatisé, il y aura plus de contrôle », ajoute-t-il.

« C’est une voie prise pour améliorer le contrôle de l’immigration et arrêter les dépassements de séjour, c’est-à-dire ceux qui restent au-delà des 90 jours autorisés », explique-t-il.

Expulsion du territoire français

Un groupe de migrants se promène près d’un parking à Calais, France, en 2018 — Photo : PHILIPPE HUGUEN / AFP

Un autre point important, dit-elle, est la volonté du gouvernement de mettre en pratique l’obligation de quitter le territoire français (OQTF), qui, bien que délivrée dans certains cas, est rarement mise en pratique.

« Aujourd’hui, dans la pratique, les gens ne sont pas éloignés du territoire français. Au bout d’un an, cette décision perd sa validité. Et beaucoup restent en France », révèle-t-il.

« Aujourd’hui, les personnes prises en situation irrégulière et expulsées de France, si elles ne sont pas détenues, restent sur le territoire français en attendant l’expiration de leur obligation. C’est le moyen de contrôle le plus simple », explique l’avocat.

Sur le site du gouvernement français, on trouve une explication du fonctionnement de cette obligation aujourd’hui : « La décision [de emissão da OQTF] est prise par le ministre de la sécurité publique, notamment en cas de refus de titre de séjour ou de séjour irrégulier en France ».

Le consulat du Brésil à Paris ne peut pas préciser combien de Brésiliens vivent actuellement en France, car beaucoup ont la double nationalité, et les chiffres officiels n’incluent pas non plus les citoyens brésiliens en situation d’immigration illégale. « Le ministère des Affaires étrangères estime que sur plus de 2 millions de Brésiliens résidant actuellement à l’étranger, environ 60 000 vivraient en France », indique le site internet du consulat.

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.