Crise en Ukraine: qu’est-ce que l’accord de Minsk et que dit-il

L’accord de paix avec les séparatistes dans l’est de l’Ukraine, qui n’a jamais vraiment cessé, est revenu sur le devant de la scène au milieu d’une concentration de troupes russes près des frontières nationales et de tensions croissantes concernant une éventuelle invasion russe.

De hauts responsables russes, ukrainiens, français et allemands se réuniront jeudi à Berlin pour discuter de la mise en œuvre de l’accord signé en 2015 dans la capitale biélorusse, Minsk.

Voici les points principaux de l’ensemble.

Conflit à l’Est

La Russie a réagi au renversement en février 2014 d’un gouvernement favorable au Kremlin à Kiev en annexant la Crimée, une partie de l’Ukraine, et en soutenant l’insurrection séparatiste dans la partie orientale industrialisée à prédominance russophone connue sous le nom de donbas.

Les troupes ukrainiennes et les unités de volontaires se sont affrontées avec de l’artillerie lourde, des blindés et des combattants dans des combats féroces et destructeurs avec les séparatistes. L’Ukraine et l’Occident ont accusé la Russie de soutenir les séparatistes avec des troupes et des armes. Moscou nie les accusations et affirme que tous les Russes combattant à l’Est sont des volontaires.

Au milieu du conflit, les Vol 17 de Malaysia Airlines s’est écrasé au-dessus de l’est de l’Ukraine le 17 juillet 2014, tuant 298 personnes à bord. Une enquête internationale a révélé que l’avion avait été abattu par un missile tiré depuis le territoire tenu par les rebelles. L’arme aurait été transportée en Ukraine depuis une base militaire en Russie, mais Moscou a catégoriquement nié toute implication. Les dirigeants de la France et de l’Allemagne ont commencé à négocier un cessez-le-feu lors de pourparlers avec la Russie et l’Ukraine lorsqu’ils se sont rencontrés en Normandie, en France, en juin 2014 dans ce qui est devenu connu sous le nom de « format La Normandie ».

Batailles et négociations

Après une défaite majeure des forces ukrainiennes en août 2014, les représentants de Kiev et les séparatistes ont signé un cessez-le-feu à Minsk en septembre 2014.

Le document, appelé Moscou 1prévoir un cessez-le-feu de l’OSCE, le retrait des combattants étrangers, l’échange de prisonniers et d’otages, une amnistie pour les séparatistes et la promesse que les zones séparatistes pourraient acquérir une certaine autonomie.

L’accord s’est rapidement effondré et des combats à grande échelle ont suivi. En janvier et février 2015, les troupes ukrainiennes ont subi une autre défaite majeure lors de la bataille de Debaltseve.

La France et l’Allemagne ont agi rapidement pour aider à négocier un nouvel accord de paix, et le 12 février 2015, des représentants de l’Ukraine, de la Russie et des séparatistes ont signé un accord prévoyant un nouveau cessez-le-feu, le retrait des armes lourdes de la ligne de contact entre les militaires . et séparatistes et parvenir à un règlement politique. Une déclaration de soutien à l’accord a été signée par les dirigeants de la Russie, de l’Ukraine, de la France et de l’Allemagne.

Que prévoyait l’accord de Minsk ?

L’accord, appelé Minsk 2y compris un cessez-le-feu supervisé par l’OSCE, le retrait des armes lourdes et des combattants étrangers de la ligne de contact et l’échange de prisonniers.

Dans un grand succès diplomatique pour la Russie, le document liait l’Ukraine spécialiste de l’approvisionnement statut dans les zones séparatistes, leur permettant de créer leur propre force de police et d’avoir leur mot à dire dans la nomination des procureurs et des juges locaux. Il a également prédit que Kiev accorderait une amnistie générale aux séparatistes et négocierait les détails des élections locales avec les dirigeants locaux.

Il a également déclaré que l’Ukraine ne pourra reprendre le contrôle de la frontière avec la Russie dans les régions séparatistes qu’après avoir obtenu le droit à l’autonomie et la tenue d’élections locales – ce qui amènerait presque certainement au pouvoir les guérilleros pro-russes de ces régions.

Une autre victoire du Kremlin a été le document ne contenait aucune obligation pour la Russiequi a insisté pour qu’elle ne participe pas au conflit et a présenté la question comme une affaire interne à l’Ukraine.

Beaucoup en Ukraine ont dénoncé l’accord, le qualifiant de trahison des intérêts nationaux et de coup porté à l’intégrité du pays. Le mécontentement généralisé du public a en pratique bloqué la mise en œuvre de l’accord.

Accusations mutuelles entre Moscou et Kiev

Alors que l’accord de Minsk a contribué à mettre fin aux combats à grande échelle, les combats se sont poursuivis, les deux parties se rejetant la faute et négociant une longue série de cessez-le-feu renouvelés mais rapidement rompus.

L’Ukraine accuse la Russie de ne pas retirer ses troupes des zones de conflit. Moscou a catégoriquement démenti leur présence sur place et suggéré le déploiement de conseillers militaires occidentaux en Ukraine.

Bien que la Russie nie toute implication militaire dans l’est de l’Ukraine, elle a fourni un soutien politique et financier aux séparatistes et a accordé la citoyenneté à plus de 700 000 habitants de la région.

Les dirigeants de la Russie, de l’Ukraine, de la France et de l’Allemagne se sont engagés à respecter l’accord de Minsk lors de leur dernière réunion à Paris en décembre 2019, mais n’ont fait aucun progrès visible.

Autres conversations

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskia fait pression pour une nouvelle réunion quadripartite, mais le Kremlin a déclaré qu’elle ne serait d’aucune utilité tant que l’Ukraine n’accepterait pas de remplir ses obligations en vertu de l’accord.

Au milieu des tensions croissantes concernant les forces russes près de l’Ukraine, la France et l’Allemagne ont intensifié leurs efforts pour de nouvelles discussions à quatre sur le conflit dans l’est, car elles y voient un moyen possible d’aggraver les tensions dans une crise plus large.

Les représentants des quatre pays se sont réunis à Paris le 26 janvier, sans faire de progrès, mais ont convenu de se réunir à Berlin dans le but de s’accorder sur une interprétation commune des accords de Minsk.

Le président français Emmanuel Macron Lors de ses visites à Moscou et à Kiev cette semaine, il a tenté de faire revivre l’accord de Minsk, le décrivant comme « le seul moyen de rendre la paix possible… et de trouver une solution politique durable ».

La pression sur l’Ukraine

Face aux appels de l’Occident à mettre en œuvre l’accord de Minsk, les responsables ukrainiens ont de plus en plus critiqué le document.
LA Olexi Danilov, Le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense de l’Ukraine a déclaré : Presse associée signé la semaine dernière « sous la menace des armes russes » et averti que « la mise en œuvre de l’accord de Minsk signifie la destruction du pays ».

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitry Kuleba, a déclaré que Moscou prévoyait d’utiliser l’accord pour réintégrer les zones séparatistes en Ukraine et l’utiliser pour bloquer les ambitions pro-occidentales du pays, soulignant que « cela n’arrivera pas ».

Zelensky a eu un ton plus diplomatique, mais a noté qu’il n’aimait aucune partie du document de Minsk, une déclaration qui a provoqué un commentaire provocateur et inélégant du président russe Poutine. « Qu’on le veuille ou non, tu dois le supporter, ma beauté », disait Poutine dans un commentaire vulgaire de la tradition populaire russe. « Vous devez être à la hauteur. « Sinon ça ne marchera pas. »

Avec des informations de l’Associated Press

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.