Des professionnels du GHC forment le créole et le français à Porto Alegre

Les employés du Grupo Hospitalar Conceição (GHC) ont commencé ce vendredi dans l’auditorium de l’hôpital Fêmina, à Porto Alegre, formation dans les langues créole et français de base parlées par le peuple haïtien. Le but des cours, dispensés par le professeur Salomon Desir, 34 ans, est de renforcer la communication avec les immigrés sollicitant les locaux du GHC pour effectuer diverses démarches. Il y aura un total de neuf cours, répétés chaque semestre pour différents groupes de professionnels.

Les employés ont également reçu un livret avec la traduction de certains mots du portugais vers ces langues, ainsi que vers l’anglais et l’espagnol, le créole étant expliqué par Salomon comme une langue basée sur ces autres langues. Il dit qu’il a étudié les arts dans son pays et qu’il est au Brésil depuis neuf ans. À proximité, il est professeur à la Fondation maçonnique éducative (FME) de Porto Alegre, qui l’a envoyé donner des cours au GHC. Il travaille actuellement comme fournisseur dans un supermarché. Les deux entités ont un accord de coopération technique.

La coordinatrice de la gestion de soutien du groupe hospitalier, Vera Beatriz Rodrigues Soares, rapporte que le caractère social est très important pour la réussite du projet. « Ces personnes ont eu accès aux portes d’entrée de l’établissement et nous sommes préoccupés par cet accueil ici. Il était nécessaire de faciliter la communication pour tous, et nous avons cherché des partenariats qui pourraient nous fournir cette éducation », a-t-il déclaré. Marli Silveira, assistante sociale au GHC, a participé au premier groupe et a classé le cours comme un cours d’élimination des barrières.

« Avec un peu de cette appropriation de cette culture et de cette langue, je crois que nous pourrons être à la hauteur des principes du Système de Santé Unifié (SUS) tels que la justice, les soins humanisés, le bon accueil et le respect des individualités. » c’est noté. † Jusque-là, a-t-elle déclaré, le personnel du GHC avait utilisé des outils de traduction instantanée externes, tels que des applications, pour comprendre ce que disaient les patients d’Haïti. « Cela nous aidera certainement à mieux comprendre et à mieux fonctionner, ainsi qu’à fournir un meilleur service. »


Regarde aussi

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.