Différend AUKUS : une question de confiance entre alliés | européenne | DW

La colère du gouvernement de Paris face au comportement de l’administration américaine avec le pacte AUKUS ne va pas s’apaiser. Au contraire : le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a jeté de l’huile sur le feu ce week-end. Dans des entretiens télévisés, il a déploré une « rupture de confiance importante » entre les partenaires transatlantiques et a appelé les Européens à ne faire qu’un. « S’ils ne se serrent pas les coudes et ne défendent pas leurs intérêts, leur destin sera très différent. » Par cela, Le Drian veut dire que les États de l’UE pourraient disparaître dans les airs et devenir le jouet des grandes puissances.

Pendant ce temps, après des jours d’attente, les dirigeants de l’UE se rangent ouvertement du côté des Français. Dans une interview accordée à la chaîne de télévision américaine CNN, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré : « L’un de nos États membres a été traité d’une manière inacceptable. Nous voulons savoir ce qui s’est passé et pourquoi. » Josep Borrell, chef de la politique étrangère de l’UE, a souligné que la consternation de Paris face à l’alliance indo-pacifique entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie n’était pas une « affaire bilatérale » mais affectait l’ensemble de l’UE. Il a déploré que la nouvelle alliance « ne conduise pas à une plus grande coopération » avec les Européens de la région.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, a qualifié les actions de Washington, Canberra et Londres d' »irritantes » et de « qui donnent à réfléchir » et a appelé à « plus de souveraineté européenne » sur les États-Unis.

annuler et geler

Le gouvernement français a immédiatement réagi vivement aux plans des partenaires en rappelant leurs ambassadeurs de Canberra et de Washington. Vient maintenant la prochaine étape de la protestation : Paris a annulé une réunion prévue des ministres de la Défense avec la Grande-Bretagne qui était prévue cette semaine. En principe, les deux pays travaillent en étroite collaboration en matière de défense, mais la colère face au traitement réservé par les États-Unis ne s’arrête pas aux Britanniques. Même si leur rôle est décrit comme secondaire dans les commentaires français et qu’ils sont décrits comme le caniche de Washington et la sellette d’attelage dans l’alliance AUKUS.

En juin, lorsque le secrétaire d’État américain Blinken (à droite) s’est rendu à Paris, les relations semblaient toujours sans problème

En outre, le ministre européen français, Clément Beaune, remet désormais en cause la poursuite des négociations commerciales de l’UE avec l’Australie « après une telle rupture de confiance ». Et il a reçu le soutien du Parlement européen du vice-président de la Trade Commission, Bernd Lange, qui voit les pourparlers en difficulté : « Outre l’orientation de la politique de sécurité de l’Australie à travers l’accord avec les États-Unis, les signaux de la politique industrielle dirigé contre l’UE. La coopération en matière de politique industrielle et le transfert de technologies, qui font également partie de la stratégie indo-pacifique de l’UE, deviennent plus complexes. Les Européens sont moins disposés à faire des compromis », explique le député européen.

Le porte-parole de l’Elysée a rappelé lundi que les négociations commerciales étaient du ressort de la Commission européenne à Bruxelles. La France représentera ses intérêts, comme elle le fait toujours dans les dossiers commerciaux européens. Aujourd’hui, cependant, « une réflexion collective plus approfondie des Européens est devenue nécessaire ». Dans l’esprit d’une telle pause de réflexion, il est possible qu’après 11 rounds de pourparlers, les négociations soient momentanément suspendues. La partie australienne avait espéré parvenir à un accord avec l’UE d’ici la fin de l’année.

Île de Nouvelle-Calédonie

A travers l’archipel de la Nouvelle-Calédonie, la France est voisine de l’Australie et revendique une importance stratégique

Il s’agit d’un abus de confiance

« C’est un coup porté à la stratégie française dans le Pacifique Sud, qu’ils ont construite au fil des années en collaboration avec l’Australie », a déclaré Frédéric Grare du think tank ECFR à Paris. Par exemple, des manœuvres maritimes conjointes ont eu lieu. La coopération va bien au-delà du volet militaire, les deux pays étant voisins via l’archipel français de Nouvelle-Calédonie. Mais le fait que Paris n’était ni au courant ni impliqué dans l’alliance AUKUS fragilise incontestablement la position française. La question se pose également de savoir ce que les États-Unis et l’Australie attendent encore de la coopération.

Les déclarations de la partie australienne selon lesquelles le commerce des armes concernant la livraison de sous-marins à moteur diesel de la France était tardive et pourtant problématique, Grare appelle une manœuvre de diversion. Les contrats d’armement ont déjà été rompus et des solutions commerciales ont été trouvées. Dans ce cas, il s’agit de l’abus de confiance par les alliés.

Frédéric Grare estime que le « manque de respect » envers les partenaires est le moins qu’il puisse juger du comportement de Washington. Il hésite entre « une attaque sournoise ou une incompétence flagrante » et n’arrive pas à décider ce qui, selon lui, est le plus probable. En tout cas, outre-Atlantique, la réponse française avait été largement sous-estimée.

Maintenant, la France veut que le gouvernement américain explique les plans de Washington pour le Pacifique Sud, car il ne s’agit pas seulement de l’armée. Après tout, la Chine a été en mesure d’accroître massivement son influence dans la région, malgré les excellentes capacités militaires des États-Unis. A cela s’ajoute la question des perspectives des relations entre les Etats-Unis et leurs alliés européens. Le coup de fil annoncé entre le président français et son homologue américain Joe Biden ne sera en tout cas « pas très amical ».

Royaume-Uni |  Sommet du G7 2021 |  Joe Biden, Emmanuel Macron et Ursula von der Leyen

Le gouvernement français affirme que l’occasion de pourparlers ouverts a été manquée lors de la réunion du G7 à Cornwall en juin

Tout tourne autour de la Chine

« Les Français réagissent de manière excessive », a déclaré Judy Dempsey de Carnegie Europe. Surtout, elle trouve excessif le rappel des ambassadeurs. Il y a beaucoup de « gros mots » échangés en ce moment. L’Australie a subi une énorme pression de la part de la Chine ces derniers temps et les Européens n’ont rien fait pour l’aider. D’un autre côté, elle admet que c’est la deuxième fois en peu de temps, après l’Afghanistan, que les États-Unis ont perdu de vue leur engagement à « des consultations décentes et fondamentales avec des alliés ».

Mais Dempsey ne voit aucune mauvaise intention au travail à Washington. « C’est de la négligence et un manque de professionnalisme », ajoute-t-elle, notant que les États-Unis et la France ont travaillé en étroite collaboration dans d’autres zones problématiques comme le Mali. Maintenant, il y a un danger que Pékin et Moscou en profitent si les alliés ne se font plus confiance.

En tout cas, la sortie de cette crise demandera beaucoup de « créativité », selon Judy Dempsey. Les Européens devraient décider comment définir leur attitude envers la Chine. Ici, l’UE avec ses poids lourds que sont la France, l’Allemagne et l’Italie manque de leadership politique. L’image européenne du « bon président » Joe Biden après la dispute de quatre ans avec Donald Trump doit également être révisée. En fin de compte, selon Dempsey, la politique n’est qu’une « sale affaire ».

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.