Éléonore Laloux aide la France à regarder autrement le handicap

S’il y a un mot qui définit bien la conseillère française Éléonore Laloux, c’est détermination. Elue en 2020 par la ville d’Arras, dans le nord du pays, elle s’est présentée d’emblée comme une personnalité politique qui défendrait les droits des personnes handicapées.

Et il l’a fait de la manière la plus excellente possible. Son travail lui a valu une belle récompense en cette fin d’année : Éléonore a reçu le titre de l’Ordre National du Mérite en tant que premier échevin trisomique.

Éléonore dit que le plus grand souhait est que les personnes atteintes du syndrome de Down se considèrent comme normales, car elles le sont, mais malheureusement la société ne le permet pas.

« J’avais aussi de la colère, de la haine, de la tristesse. J’ai eu du mal à changer de look. Je me suis dit : ‘Je les ignore’. Je vis ma vie, ils peuvent aller ailleurs », a-t-il déclaré.

Premier conseiller trisomique en France

Éléonore a commencé sa carrière politique en brisant la barrière de devenir la première conseillère trisomique à être élue au pays à l’âge de 34 ans.

Cependant, son travail a commencé 10 ans plus tôt en dirigeant un hôpital privé à Arras. Au sein de l’établissement, elle mettait déjà en place des actions pour améliorer l’accessibilité pour les patients.

Et c’est l’excellent travail qui a fait d’Éléonore une référence dans la ville. « Je suis une personne très impliquée et dynamique et j’aime travailler avec les gens », déclare l’échevin.

Elle est devenue un nom familier à Arras et reçoit régulièrement des félicitations de la part des habitants pour son dévouement au travail accompli. « Je veux remplir mon mandat, être heureux et rendre les autres heureux. … J’aime ce que je fais. »

Ordre national du mérite

Et à la fin de cette année-là, Éléonore était légitimement connue pour les projets menés et pour faire de la France un pays qui porte aujourd’hui un tout autre regard sur le handicap.

Elle a été honorée par Sophie Cluzel, secrétaire d’État aux personnes handicapées. Le titre est considéré comme le deuxième ordre national le plus élevé en France après la Légion d’honneur.

L’un des projets qui a motivé le titre est la signalétique qu’Éléonore a mise en place à Arras, qui est aujourd’hui projet de loi national. Le conseiller a réussi à installer un éclairage de compte à rebours et des panneaux de rue inclusifs.

« L’inclusion n’est pas une chose à laquelle nous pensons simplement ; ce n’est pas un acte généreux. C’est notre devoir », a déclaré la secrétaire Sophie. « Eléonore a permis à toute la ville de progresser dans notre regard sur le handicap.

L’échevin a réalisé des projets qui assurent une plus grande accessibilité dans la ville – Photo : publicité

avec des informations de NOUVELLES e CSMonitor

Louvel Lucas

"Praticien de la bière primé. Étudiant sympathique. Communicateur passionné. Fanatique de l'alcool."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.