États-Unis au Conseil de sécurité de l’ONU : « Évitez une catastrophe nucléaire à 17 heures »

La Russie a nié toute responsabilité dans l’attaque et l’incendie de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya tôt vendredi matin, cette fois par l’intermédiaire de son ambassadeur auprès des Nations unies. Lors de la réunion extraordinaire du Conseil de sécurité qui a eu lieu dans la soirée (heures grecque et chypriote), Vassily Nebenzia a déclaré que son pays n’avait aucune raison d’attaquer, car il contrôle la centrale nucléaire depuis des jours.

« Vous essayez de dépeindre une situation dans laquelle la centrale nucléaire de Zaporijia aurait été touchée par l’armée russe et, par conséquent, un incendie s’est déclaré. Ces déclarations ne sont tout simplement pas vraies.  » La ville d’Enerkhodar, la centrale nucléaire de Zaporijia et les zones voisines sont fermées depuis le 28 février occupées par l’armée russe. » dit l’ambassadeur de Russie.

De son côté, l’ambassadeur américain a réitéré les accusations de Washington contre l’armée russe, notant que la catastrophe nucléaire a été évitée à cinq heures. En particulier, Linda Thomas Greenfield a déclaré : « Nous sommes très préoccupés par le fait que les travailleurs ukrainiens de l’usine travaillent sous une pression extrême. L’attaque russe de la nuit dernière a gravement mis en danger la plus grande centrale nucléaire d’Europe. « C’était un acte incroyablement imprudent et dangereux et il menaçait la sécurité de la population russe, L’Ukraine et l’Europe. »

Bon nombre des 15 ambassadeurs actuellement au Conseil de sécurité ont exprimé leur inquiétude face à ce qui s’est passé à Zaporizhzhya, certains ont même parlé de choc et citant le danger d’un accident nucléaire comme celui de Tchernobyl en 1986, arguant que l’attaque était en violation du droit international humanitaire droit. Ils ont également appelé Moscou à s’abstenir d’opérations militaires visant des installations nucléaires.

L’ambassadeur d’Ukraine auprès des Nations Unies a appelé toutes les troupes russes à quitter la centrale électrique et a réitéré son appel à une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine pour protéger les civils des bombardements. La France a également condamné l’attaque, affirmant que : « Les effets de l’agression russe sur l’Ukraine pourraient être dévastateurs pour la santé humaine et l’environnement. »

Et l’ambassadeur britannique a déclaré que rien de tel ne devrait se reproduire, la première attaque d’un État contre une installation nucléaire. Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Grossi, a également pris la parole lors de la réunion. « L’usine fonctionne normalement, mais en réalité rien n’est normal par rapport à son fonctionnement. »

La France et le Mexique travaillent sur une résolution qui sera présentée au Conseil de sécurité la semaine prochaine pour faire face aux conséquences humanitaires de l’invasion russe de l’Ukraine. Si parallèlement le Conseil Affaires étrangères extraordinaire de l’Union européenne a discuté du renforcement des sanctions contre la Russie, il a finalement été estimé qu’il était important de mettre en œuvre les mesures déjà convenues.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.