Foule de l’élection présidentielle – Qui sont les 9 candidats à la présidentielle en France ?

Le temps de la crise approche en France, car en avril, les urnes seront alignées pour l’élection du nouveau président du pays – ou la réélection d’Emanuel Macron – dans une confrontation qui pourrait signifier un virage à droite.

Cependant, les chances d’un changement de décor – même s’il reste encore deux mois pour que beaucoup de choses se passent – semblent très limitées sur la base de ce que montrent les sondages jusqu’à présent, qui voient Macron comme le favori.

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Le dernier sondage NSPpolls et Europe Elects du 11 février, présenté par le FT, donne à l’actuel pensionnaire de l’Elysée une confortable avance (24,5%) au premier tour de la compétition – contre 17,2% à l’extrême droite Marin Le Pen, 15,6% de la candidate traditionnelle de droite, Valérie Pekres, 14,4% de la télétravailleuse d’extrême droite aux opinions incendiaires, notamment en ce qui concerne l’immigré et actuel candidat à la présidentielle, Eric Zemour, tandis que les candidats de gauche aux faibles pourcentages qui ne permettent pas qu’ils voient la participation au second tour le 24 avril. Macron y a assuré sa place, mais aussi sa victoire, quelle que soit la dominante qu’il trouve devant lui, puisqu’il mène en intention de voter 56% contre 44% pour Lepen, 54% contre 46% pour Pekres et avec 62,5% contre 37,5% de Zemour.

Emmanuel Macron

Le président sortant de la France réclame sa réélection, en partie sur la base de la forte reprise de l’économie du pays qui sort lentement de la pandémie.

Le président de la France, Emanuel Macron / Photo d’archive : AP Photo / Christophe Ena

Macron n’a pas encore annoncé officiellement sa candidature, laissant ses adversaires se manger entre eux, mais son état-major se prépare fébrilement et la campagne pour prolonger son mandat de cinq ans supplémentaires portera, entre autres, sur ses efforts de libéralisation de l’économie. La victoire, c’est ce que veut Macron pour concrétiser sa vision des réformes en France et en Europe, mais il devra convaincre les électeurs qu’il n’est pas « le président de l’élite », comme l’accusent ses adversaires, et qu’il saura gérer efficacement l’immigration, l’un des principaux points à l’ordre du jour des élections.

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Marin Lepen

Fondatrice du Front national depuis 1972, la fille de Jean-Marie Le Pen, après une carrière d’avocate, est entrée dans l’arène politique française en 1989 en tant que candidate aux élections locales près de Paris. Elle a rejoint les conseillers de confiance de son père lors de l’élection présidentielle de 2002, lorsqu’il s’est qualifié pour le second tour des élections, où il a été confortablement battu par Jacques Girag, qui a obtenu un spectaculaire 82% des voix.

Le chef de l'Alarme nationale d'extrême droite, Marin Lepen
Le patron de l’extrême droite Alarme nationale, Marin Lepen / Photo : AP Photo / Michel Euler

Aux élections régionales de 2009, Marine Le Pen a mené le Front national à de solides performances dans le nord de la France – un ancien bastion de la gauche – et a repris les rênes du parti l’année suivante après le départ de son père. Contrairement à Jean-Marie Le Pen, sa fille a peu à peu essayé de prendre des tons plus doux, mais a gardé la ligne dure sur l’immigration et contre l’OTAN et l’UE malgré son apparition désastreuse dans le débat avec lui. Le Front national a depuis été rebaptisé Alarme nationale, mais l’empressement du parti à gagner et l’impasse des élections régionales de l’an dernier ont jeté le doute sur le leadership de Le Pen et ravivé les ambitions d’Eric Zemour.

Valérie Pekres

Après des études à la célèbre Ecole des Hautes Etudes Commerciales et à l’Ecole Nationale d’Administration, le « bulldozer de la droite française » de 55 ans, comme le Guardian appelait récemment Valérie Pécres, a ensuite rejoint l’équipe de Jacques Chirac en 1998. L’UMP (Union pour un mouvement populaire) et Nicolas Sarkozy se sont successivement attribués deux ministères. Il a ensuite été (en 2015) élu président de la région le de France, qui comprend également Paris. Pekres a quitté son parti, rebaptisé depuis Les Républicains, pour dénoncer son virage à droite, mais est revenu l’an dernier pour briguer la présidence, ce qu’elle a fait en décembre dernier, alors qu’elle était une outsider d’habitude.

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

La candidate de la droite française, Valérie Pecres
La candidate de la droite française, Valérie Pecres / Photo : AP Photo / François Mori

Het aanvankelijke enthousiasme om haar kandidatuur aan te kondigen is echter afgenomen, zoals blijkt uit opiniepeilingen, en ze is de afgelopen 24 uur onder vuur komen te liggen vanwege het aannemen van de harde retoriek van extreemrechtse kandidaten in immigratie en extreemrechtse samenzweringstheorieën om blanke Fransen te verdrijven des gens.

Eric Zemour

Zemour, 63 ans, juif d’origine nord-africaine dont la famille a émigré d’Algérie en France, a commencé une carrière de journaliste en 1986 après deux tentatives infructueuses d’entrer à l’École nationale d’administration, l’une des écoles les plus importantes de France.

Le candidat d'extrême droite à la présidentielle, Eric Zemour
Le candidat d’extrême droite à la présidentielle, Eric Zemour / Photo : AP Photo / Michel Spingler

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Bien qu’étroitement associé à l’ancien socialiste Jean-Pierre Sevenemann, devenu un critique féroce de l’UE, Zemour a été embauché en 1996 par le prestigieux journal de droite Le Figaro pour devenir un chroniqueur, commentateur et écrivain provocateur. inciter à la haine. Zemour dénonce le déclin de la France sous l’influence de l’Islam et embrasse la théorie nationaliste du « Grand Remplacement » des Français par les immigrés. Après avoir longtemps flirté avec l’idée d’une candidature, il a finalement annoncé en décembre qu’il se présenterait à la présidentielle.

Jean-Luc Melanson

Le néo-communiste de 70 ans Jean-Luc Melanson, le candidat le plus âgé à la plus haute fonction de France dans cette course, est né à Tanger, au Maroc, à une époque où le pays d’Afrique du Nord était sous protectorat français. Il a d’abord rejoint un mouvement trotskyste après mai 1968 et a rejoint le Parti socialiste (PS) en 1976, où il a occupé des postes régionaux et municipaux pendant 25 ans. Il a quitté les socialistes en 2008 parce qu’il était « trop ​​centriste » à son goût et a fondé son propre parti pour devenir président de la France pour la première fois en 2012, obtenant 11,1% des voix au premier tour.

Le candidat présidentiel néo-communiste Jean-Luc Melanson
Le candidat présidentiel néo-communiste Jean-Luc Melanson / Photo : AP Photo / Jeremias Gonzalez

En 2017, il rebaptise son parti « La France désobéissante » et réclame à nouveau le vote des Français, avec un pourcentage de 19,5 %, ce qui n’a cependant pas duré assez longtemps pour joindre les deux bouts. Melanson a refusé de rejoindre le Front démocrate contre l’extrême droite Le Pen et est devenu l’un des critiques les plus féroces de Macron.

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Yannick Zando

Le candidat vert a débuté sa carrière en tant que membre militant de plusieurs ONG jusqu’en 2002, date à laquelle il a rejoint la branche française de Greenpeace.

Le candidat des Verts à la présidentielle Yannick Zando
Le candidat Vert à la présidentielle Yannick Zando / Photo : AP Photo / Michel Spingler

En 2009, il est élu eurodéputé et en 2017 les députés des Verts en France le choisissent comme candidat à la présidence, mais il se retire de la course pour faire grimper les chances d’un autre candidat de gauche, le socialiste Benoit Amon, qui remporte de justesse 6.3. Le % des suffrages est la pire performance du PS depuis sa création en 1969. Dans les derniers sondages, Zando a atteint des pourcentages inférieurs à 5 %.

Fabien Russel

Né en 1969, Fabian Roussel débute sa carrière comme journaliste au journal L’Humanité, collabore avec des élus communistes et un ministre, et devient secrétaire général du Parti communiste français en 2018.

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Le candidat présidentiel du Parti communiste français Fabian Roussell
Fabian Roussel, candidat présidentiel du Parti communiste français / Photo : AP Photo / Daniel Cole

Russell privilégie la retraite à 60 ans, la réduction du nombre de jours de travail par semaine, et a reçu des échos positifs des hédonistes de gauche, arguant qu’une augmentation du salaire de base permettrait aux Français de profiter de « bons vins, bons fromages ». viande » contribuant ainsi à dynamiser l’économie et à améliorer les habitudes alimentaires de la population.

Christian Tombira

Guyane d’origine française, Tobira a commencé sa carrière politique en tant qu’indépendante, a été élue au parlement en 1993, mais a rejoint huit ans plus tard le Parti Radical de Gauche, un parti satellite des socialistes. Il est devenu largement connu en France lorsqu’il s’est présenté à la présidence en 2002, mais a été accusé d’avoir privé le Premier ministre socialiste Lionel Jospin de votes cruciaux pour se déplacer.

Le candidat présidentiel Christian Tombira
Candidat à la présidentielle Christian Tombira / Photo : AP Photo / Rafael Yaghobzadeh

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Tombira était ministre de la Justice dans le gouvernement de François Hollande et a annoncé le mois dernier sa candidature pour unir la gauche française et se présenter contre le président Emmanuel Macron lors des élections d’avril. Mais ses sondages lui donnent moins de 4% de son vote.

comme Indalgo

Né en 1959 en Espagne, Indalgo a eu la nationalité française en 1974. Elle a rejoint le Parti socialiste 20 ans plus tard et a travaillé avec plusieurs ministres du gouvernement Jospin jusqu’à ce qu’elle soit élue adjointe au maire de Paris en 2001. Elle a dû attendre encore 13 ans pour devenir maire de la capitale française.

La candidate présidentielle du Parti socialiste Ann Indalgo
Ann Indalgo, candidate à la présidentielle du Parti socialiste / Photo : Ludovic Marin, Pole Photo via AP

Indalgo était surtout connu pour ses efforts visant à débarrasser de vastes zones de Paris des voitures, renforçant sa réputation à l’étranger mais déclenchant le mois de nombreux Parisiens et banlieues. Ses ambitions présidentielles sont écourtées, car dans les sondages, elle atteint des pourcentages stables à un chiffre et même près de 3 %.

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

suis le dans Google Actualités et soyez le premier informé de toutes les nouveautés
Découvrez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde sur

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.