France : 330 000 enfants ont été abusés sexuellement dans l’Église catholique au cours des 70 dernières années

Un important rapport français publié aujourd’hui montre que quelque 330 000 enfants ont été abusés sexuellement dans l’Église catholique française au cours des 70 dernières années.

Jean-Marc Sauvé, président de la Commission indépendante sur les abus sexuels, qui a publié le rapport, a déclaré que l’évaluation, basée sur des recherches scientifiques, comprenait des abus contre des prêtres et d’autres membres du clergé, ainsi que des personnes non religieuses impliquées dans l’église. Il a noté qu’environ 80% des victimes sont des hommes.

« Les conséquences sont très graves », a déclaré Sauvé. « Environ 60% des hommes et des femmes qui ont été abusés sexuellement ont des problèmes majeurs dans leur vie émotionnelle ou sexuelle. »

Le document de 2 500 pages, préparé par une commission indépendante, suit l’Église catholique en France et dans d’autres pays alors qu’elle tente de s’attaquer à des secrets de longue date.

Le rapport indique qu’environ 3 000 agresseurs d’enfants, dont les deux tiers étaient des prêtres, travaillaient dans l’église à l’époque.

Sauvé a déclaré que 216 000 victimes sur un total de 330 000 ont été maltraitées par des prêtres et des membres du clergé.

Olivier Savignac, responsable de l’Association des victimes Parler et revivre (Speak and Live Again), qui a contribué à l’enquête, a déclaré à l’Associated Press que le ratio élevé victimes/agresseurs était particulièrement « effrayant pour la société française, pour l’Église catholique . » « . ».

Pendant deux ans et demi, le comité a écouté victimes et témoins, étudié des dossiers religieux, judiciaires, policiers et médiatiques des années 1950.

Il a ouvert une hotline au début de l’enquête et a reçu 6 500 appels de victimes présumées ou de personnes déclarant connaître une victime.

Sauvé a dénoncé l’attitude de l’Église jusqu’au début des années 2000 comme « une indifférence profonde et cruelle envers les victimes ». « Ils ne les ont pas crus ni écoutés » et ont parfois soupçonné qu’ils étaient « co-responsables des victimes » de ce qui s’était passé », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que 22 crimes présumés qui peuvent encore faire l’objet de poursuites ont été transmis aux procureurs.

Plus de 40 affaires trop anciennes pour être poursuivies mais dans lesquelles les auteurs présumés sont toujours en vie ont été confiées à des responsables religieux.

Le comité a formulé 45 recommandations pour prévenir ces abus. Celles-ci incluent l’éducation des prêtres et d’autres membres du clergé, la révision du droit canonique, le code juridique utilisé par le Vatican pour gérer l’église et la promotion de politiques visant à reconnaître et à indemniser les victimes, a déclaré Sauvé.

L’article fait suite à un scandale impliquant Bernard Preynat qui a choqué l’Église catholique française.

L’année dernière, Preynat a été reconnu coupable d’abus sexuels sur mineurs et condamné à cinq ans de prison. Il a admis avoir agressé plus de 75 garçons pendant des décennies.

L’une de ses victimes, François Devaux, chef du groupe de victimes La Parole Libérée, a déclaré à l’Associated Press qu’« avec ce rapport, l’Église française est à la racine de ce problème systémique pour la première fois. » Ce comportement déviant doit changer . »

Il a également noté que le nombre de victimes recensées par le rapport est « minime ».

« Certaines victimes n’osent pas s’exprimer ou faire confiance à la commission », a-t-il dit, exprimant sa préoccupation que l’église en France ne comprenne toujours pas et tente de minimiser ses responsabilités.

L’église doit non seulement reconnaître les faits, mais aussi indemniser les victimes, a-t-il ajouté. « Il est impératif que l’église répare les dommages de tous ces crimes et une compensation (financière) est la première étape. »

L’affaire Preynat l’an dernier a entraîné la démission de l’ancien archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, accusé de ne pas avoir signalé l’incident aux autorités lorsqu’il en a eu connaissance en 2010. ne couvrez pas l’affaire.

Les archevêques français ont déclaré dans un message aux paroissiens lu lors des services dominicaux à travers le pays que la publication du rapport était « un test de vérité et un moment dur et sérieux ».

« Nous prendrons et étudierons ces conclusions pour ajuster nos actions », indique le message.

« La lutte contre la pédophilie nous concerne tous. Notre soutien et nos prières continueront pour tous ceux qui ont été abusés dans l’Église. »

Le pape François a publié une nouvelle loi ecclésiastique historique en mai 2019, exigeant que tous les prêtres et religieuses catholiques du monde entier signalent les incidents d’abus sexuels et la dissimulation du clergé par leurs supérieurs aux autorités ecclésiastiques.

En juin, il a rejeté la démission du cardinal Reinhard Marx, l’un des principaux religieux allemands, pour mauvaise gestion des cas d’abus.

Cependant, il a déclaré qu’un processus de réforme était nécessaire et que chaque évêque devrait assumer la responsabilité de ce « désastre ».

Avec les informations de l’AP

suis le LiFO.gr sur Google Actualités et soyez le premier informé de toutes les nouveautés

Découvrez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde sur LiFO.gr

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.