France: l’élection est une course pour un

Il y a un an, la course à la présidence de la France était une course aux nerfs solides : Marine Le Pen a approché Emanuel Macron et menacé sa réélection. Avec la prédominance de la question de l’immigration dans le discours politique et l’entrée dynamique de l’extrême droite Eric Zemour dans l’arène électorale, il semblait que tout allait être jugé dans les moindres détails. Aujourd’hui, cependant, ce n’est pas le cas. Macron compte douze points d’avance sur le second Lepen et semble avoir une réélection en poche. C’est la plus grande avance qu’un candidat ait jamais eue depuis les élections de 1988, lorsque François Mitterrand affrontait Jacques Chirac.

récupération

Emanuel Macron semble sans aucun doute être l’un des vainqueurs de la guerre en Ukraine. Son implication active dans les premières négociations avec le président Vladimir Poutine pour éviter les conflits et pendant la guerre avec les deux seigneurs de la guerre a attiré l’attention des citoyens français.

Que ce regain de popularité du président français soit fondé sur ses prouesses diplomatiques ou sur un produit de communication politique, le fait est que les sondages d’opinion en France montrent que Macron a gagné cinq points de pourcentage depuis le début de l’intervention russe en Ukraine, au cours de laquelle il 30% de la préférence des électeurs. Il a « cannibalisé »

les candidats de droite, puisque Eric Zemour et Valérie Pekres ont vu leurs pourcentages chuter et d’où ils ont revendiqué la deuxième place et la présence au second tour des élections, ils restent dans des pourcentages légèrement supérieurs à 10 %. Les électeurs de droite semblent apprécier la position de Macron sur l’autonomie de défense stratégique de l’Europe et sa réponse à la menace russe.

devant intérieur

Macron est la personne réelle qui informera les citoyens des démarches de son pays en réponse à la Russie, ayant un espace privilégié de communication avec l’électorat concernant les autres candidats. De plus, il n’acceptera pas de débat politique pour le premier tour des élections du 10 avril. Même lorsqu’il a affronté les autres candidats, cela s’est fait dans des conditions qui lui étaient favorables. Dix jours après avoir annoncé tardivement qu’il se présenterait aux élections, Macron est apparu avec les autres candidats le 14 mars dans une émission télévisée sur la guerre en Ukraine, où il a exposé ses arguments sur son mandat dans des domaines tels que la diplomatie, l’Europe, l’énergie et le pouvoir d’achat des citoyens. Que ce débat se déroule avec des monologues parallèles, sans arguments et programmes politiques, a fait mauvaise impression dans la presse française.

Dans ce contexte de dialogue politique diminué, comme ils ne peuvent pas critiquer le président pour ses actions de peur de paraître moins patriotes, tout ce que les autres candidats peuvent faire est d’essayer de blesser Macron en choisissant des parties individuelles de la politique critique. † Valérie Pekres critique le virage à 180 degrés du président sur le nucléaire, car il a promis de mettre fin à l’exploitation des anciens réacteurs et de commencer à en construire de nouveaux. C’est pourquoi l’écologiste Yannick Zando a déploré l’association de Macron avec les grandes entreprises et leurs lobbies qui « sacrifient la santé et la biodiversité », tandis que la socialiste Ann Indalgo a ajouté que « Macron tourne le dos au changement climatique ».

Le candidat français rebelle Jean-Luc Melanson, qui a le taux de participation le plus élevé des électeurs de gauche, a critiqué la décision de Macron de relever son âge de la retraite à 65 ans.

Mentalité cynique

Dans le même temps, à l’approche des élections, Macron n’épargne aucune fausse promesse pour faciliter sa réélection. La ministre Amélie de Monsalen a annoncé dans une interview au Parisien lundi dernier que les salaires des fonctionnaires sont ajustés à la hausse en raison de l’inflation. Il est à noter que la dernière fois que cela s’est produit, c’était avant les élections de 2017. Selon un article du journal « Le Canard enchainé », le gouvernement français négociait également avec le gouvernement local de Corse pour aider à la réélection de Macron. au second tour en échange de la reconnaissance de l’autonomie de l’île. Le ministre de l’Intérieur Geral Darmanen a précisé l’autonomie de l’île lors d’une visite dans la région mercredi. Ainsi, le centriste Macron semble n’avoir aucun problème à utiliser sa position pour négocier avec les nationalistes extrémistes à son avantage. A l’annonce de la nouvelle, les autres candidats parlaient de « mentalités clients cyniques » et d’un président cédant à de violentes pressions.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.