France : un grand journaliste tchèque se révèle être un agent tchécoslovaque – Actualités – actualités

L’un des piliers du journal satirique français Le Canard enchaîné travaillait dans les années 1960 pour les services secrets de la Tchécoslovaquie, alors partie de la sphère d’influence de l’URSS, selon le magazine français L’Obs.

Citant un dossier du StB, l’ex-agence de renseignement tchécoslovaque, le magazine affirme que Jean Clémentine, l’une des « plumes fortes » de Canard, espionnait pour ce pays satellite de Moscou. Les faits ont été révélés par l’historien tchèque et vice-chancelier de l’Université Charles de Prague, Jan Kura.

Combien la pandémie de deux ans a-t-elle coûté au NSS ?

Trois sociétés de désinformation

« De 1957 à 1969, Jean Clémentin était aussi un espion rémunéré pour les Tchécoslovaques, c’est-à-dire pour la partie soviétique », explique L’Obs dans son enquête. A l’époque, « Pippa », comme son nom de code était, a livré au moins 300 notes lors des 270 rendez-vous qu’il a eus en France et à l’étranger. Il a également activement – et consciemment – participé à trois opérations de désinformation, publiant dans Le Canard enchaîné des articles conçus par StB », poursuit la publication. « Il a même été envoyé par les services secrets à Londres et à Bonn (Allemagne de l’Ouest) envoyés pour recueillir des informations. . »

Le journaliste est aujourd’hui âgé de 98 ans et les crimes qu’il a pu commettre sont prescrits.

Selon les recherches du magazine, Clemente a développé une « sympathie » pour le bloc de l’Est lorsqu’il a rendu compte de la guerre d’Indochine (1946-54) et a été dégoûté par les méthodes utilisées par les puissances coloniales françaises. A cette occasion, il commence à travailler avec un membre de l’ambassade de Tchécoslovaquie à Paris, qui deviendra plus tard son pilote. Le journaliste s’est dit fasciné par les démocraties populaires d’Europe de l’Est « mais (il y a aussi l’as du profit », selon l’enquête). « Il aime l’argent », écrit son pilote, montrant que Clementen, qui a déjà parfois a affirmé qu’il avait « cinq maîtresses » et que ses revenus n’étaient pas suffisants pour maintenir ce train de vie.

Au total, au cours des cinq premières années de sa collaboration active, ses opérateurs lui ont versé 23.600 francs (soit environ 40.000 euros à prix courants), écrit l’Obs, évoquant également « une maison à Menton, à la périphérie de la capitale ». .

A Paris, le service de contre-espionnage de la DST (devenue DGSI, direction générale de la sécurité intérieure) a émis des doutes sur le rôle de ce cadre canard, mais n’a jamais enquêté sur l’affaire.

Clementen a pris sa retraite en 1989, l’année de la chute du mur de Berlin, et 20 ans après sa dernière rencontre avec des agents tchécoslovaques.

Alarme gaz et Ukraine

Suivre dans le Actualités de Google et soyez le premier informé de toutes les nouveautés
Découvrez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde, de

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.