Guerre en Ukraine, dernière minute en direct | Un nouveau corridor humanitaire échoue à Marioupol au milieu des bombardements | International

Lavrov : « Ceux qui envoient des armes en Ukraine doivent comprendre le danger de ce qu’ils font »

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en conférence de presse ce jeudi après avoir rencontré son homologue Dmitro Kuleba avec la médiation du ministre turc des Affaires étrangères à Antalia : « Ils nous ont proposé de parler avec la médiation du président [de Turquía, Recep Tayyip] Erdoğan. Nous aimerions être en contact pour essayer de résoudre les problèmes. Nous voulons sortir de cette situation », commence Lavrov. « Nous avons expliqué le problème humanitaire auquel sont confrontées les villes de l’est de l’Ukraine », a ajouté le ministre des Affaires étrangères, qui a accusé l’Ukraine de saboter les couloirs humanitaires. « Chaque jour, nous essayons d’ouvrir les couloirs humanitaires, mais ils ne laissent pas les gens évacuer », ajoute-t-il. « Nous avons dit à l’Ukraine ce que nous voulons réaliser et ils nous ont dit qu’ils penseraient à nous donner une réponse en Biélorussie », dit-il, faisant référence aux négociations à la frontière de ce pays qui ont eu lieu entre les autorités russes et russes. délégations ukrainiennes depuis la semaine dernière.

Les demandes que la Russie a faites à l’Ukraine pour faire avancer ces négociations sont la reconnaissance des républiques séparatistes du Donbass (Donetsk et Lougansk), l’annexion de la Crimée par la Russie (péninsule annexée par Moscou en 2014 après un référendum illégal que la communauté internationale communauté ne reconnaît pas), la création d’une nouvelle constitution qui reconnaît le statut de neutralité de l’Ukraine et la démilitarisation du pays.

Lavrov a également affirmé que l’Occident envoyait des armes meurtrières à l’Ukraine et causait des dégâts dans la région qui dureront de nombreuses années. Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que l’Occident se comportait dangereusement : « Ceux qui envoient des armes en Ukraine et à des mercenaires doivent comprendre le danger de ce qu’ils font ». Et il a ajouté : « Nous voyons le danger auquel sont confrontés d’autres pays, dont l’UE qui, contrairement à tous ses principes, s’est engagée à exporter des armes meurtrières vers l’Ukraine, dont des milliers d’armes qui peuvent être placées sur l’épaule et tirer. avion en descente ».

« Nous n’avons pas l’intention d’attaquer d’autres pays et nous n’attaquons pas l’Ukraine. Nous l’avons expliqué à maintes reprises : nous avions prévenu que nous étions dans une situation qui constituait une menace pour la sécurité de la Russie. Nous le désapprouvons depuis des années, mais personne ne nous prêtait attention. Mais les nouveaux faits que nous découvrons dans la zone libérée, y compris la région de Donetsk, montrent qu’une attaque contre les Républiques populaires était prévue dans les mois à venir. Et nous craignons que le Pentagone ne finance des laboratoires qui utilisent le territoire ukrainien pour expérimenter des agents pathogènes qui pourraient devenir des armes biologiques », a déclaré Lavrov, qui n’a fourni aucune preuve.

Le ministre russe a également assuré que le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, était disposé à rencontrer le président ukrainien Volodímir Zelensky au cas où la réunion servirait à parvenir à un accord et que la réunion aurait une sorte d’offres à « valeur ajoutée ». †

Parlant de la maternité et de l’hôpital pédiatrique bombardé hier à Marioupol, Lavrov a déclaré : « Lors de la réunion de l’ONU du 7 ou 8 mars, nous avons déjà dit que cette maternité avait été détournée par le bataillon Azov et d’autres radicaux qui avaient expulsé toutes les femmes enceintes. et les infirmières et était devenu une base pour les ultras d’Azov, alors déduire par vous-même comment l’opinion publique est manipulée par les radiodiffuseurs occidentaux. » Et il a ajouté : « Nous n’allons pas justifier nos actions en Ukraine. Nous ne voulons pas la militarisation de l’Ukraine avec ou sans l’OTAN. Nous ne voulons pas que la tendance des gouvernements néonazis se poursuive en Ukraine, avec des traditions néonazies et des bataillons néonazis. Nous voulons que l’Ukraine soit neutre et nous sommes prêts à négocier la sécurité de l’Ukraine, celle de l’UE et bien sûr celle de la Russie. A propos de nos problèmes économiques : nous les résolvons. Nous sortirons de cette crise la tête beaucoup plus claire et sans illusions sur la capacité de l’Occident à être un partenaire fiable. Nous ferons de notre mieux pour ne plus jamais dépendre de l’Occident. » Margaryta Yakovenko

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.