Iliopoulos: Nous avons besoin d’un changement politique pour augmenter les salaires

La nécessité de « renverser le gouvernement de Mitsotakis », a souligné son porte-parole SYRISA-PS Nasos Iliopoulos, en vue du congrès du parti qui débute demain, appelant à la formation d' »un gouvernement progressiste ». Dans son interview à SKAI TV, il a annoncé le début du processus de conférence de demain dans SYRIZA-PS avec le discours d’Alexis Tsipras et a souligné : ».

N. Iliopoulos a tiré la sonnette d’alarme : « Les conséquences graves de l’invasion russe de l’Ukraine pour notre économie ne sont pas encore venues. Et malheureusement, nous ne pouvons pas nous fier à l’exactitude des prédictions du gouvernement Mitsotakis ».

« Le même gouvernement nous avait dit en septembre que les augmentations d’électricité seraient de deux à trois euros, et que nous serions prêts avant Noël. Nous avions déjà dit alors que le problème énergétique nous occuperait pendant au moins un an et demi et que le Les coûts seraient supérieurs à 1 milliard d’euros. « C’est encore pire aujourd’hui », a-t-il déclaré. « Selon la Commission, l’augmentation moyenne des prix de l’énergie aux prix de détail à travers l’Europe est de 30 %. En Grèce, c’est presque 100% ».

N. Iliopoulos a alors déclaré : « Le gouvernement SYRIZA-PS va plafonner le prix de l’électricité. Nous allons augmenter le salaire de base à 800 euros avec effet immédiat. La dernière fois que le gouvernement SYRIZA l’a augmenté, les recettes de l’État se sont également améliorées. très important pour des milliers de petites et moyennes entreprises, le règlement – en annulant une partie importante – de la dette pandémique « Enfin, nous allons taxer les bénéfices qui montent en flèche des grandes entreprises énergétiques. »

Il a noté: « Alors que le gouvernement ND attend que RAE lui parle de ces gains et que PPC augmente le prix de ses tarifs de 36%, un certain nombre de pays – l’Italie, la France, l’Espagne et l’Allemagne – ont imposé ces superprofits qui montent en flèche. »

Entre-temps, il a imputé au gouvernement Mitsotakis le « drame sanitaire » du pays : « Malheureusement, les choses se sont très mal passées pendant la pandémie. Près de 7 500 personnes sont mortes depuis le début de l’année jusqu’à aujourd’hui et pour le gouvernement, c’est comme si c’était arrivé, comme si ces personnes sont invisibles. Nous avons proportionnellement plus de pertes que la Belgique et l’Italie. Cela signifie que le pays a connu un drame sanitaire. Pendant ce temps, la situation dans les hôpitaux n’est toujours pas bonne. Deux ans et demi de pandémie ont causé d’autres maladies laissées pour compte. Cette pression s’ajoute maintenant aux problèmes préexistants du NSS ».

« Ne commettons pas à nouveau l’erreur facile, puisque tout est fini avec la pandémie, nous l’avons déjà payé cher car le gouvernement Mitsotakis n’a jamais cru et ne croit pas au système de santé publique », a conclu Nasos Iliopoulos.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.