Israël et la France expriment leur volonté de travailler ensemble sur le Liban et l’Iran – International

Le président français Emmanuel Macron et le nouveau Premier ministre israélien Yair Lapid ont exprimé mardi (5) leur volonté de travailler ensemble pour contrebalancer les ambitions régionales de l’Iran et promouvoir un accord gazier israélo-libanais.

Lors de son premier voyage à l’étranger, Lapid a souligné la convergence de vues avec Macron sur la nécessité de « répondre » à ce qu’il considère comme la menace que représente l’Iran au Moyen-Orient.

« En 2018, vous avez été le premier dirigeant mondial à parler de la nécessité d’un nouvel accord plus efficace avec l’Iran (…) Vous aviez raison », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au palais de l’Élysée, siège de l’administration française. présidence.

« La situation actuelle ne peut pas continuer. Elle conduira à une course aux armements au Moyen-Orient qui menace la paix mondiale », a-t-il ajouté.

Israël s’oppose aux pourparlers internationaux visant à relancer l’accord sur le nucléaire iranien, craignant que Teer ne gagne en capacité pour financer le Hezbollah libanais et le mouvement palestinien Hamas si les sanctions contre l’économie iranienne sont assouplies.

L’accord sur le nucléaire vise à les soulager du fardeau en échange d’un engagement à concentrer leur programme nucléaire sur un usage civil. Les dialogues lancés à Vienne en avril 2021 visent à réintégrer les États-Unis dans l’accord de 2015.

Mais selon Washington, les pourparlers indirects tenus à Doha fin juin entre les Etats-Unis et l’Iran, parrainés par l’Union européenne, n’ont permis « aucune avancée ».

Macron a déploré le rejet continu par l’Iran de l’accord proposé et s’est engagé à poursuivre « tous les efforts » pour que le pays « revienne à la raison ».

Il a également insisté sur la nécessité de « compléter » [o acordo] avec des négociations encore plus fortes sur les activités balistiques et régionales » de l’Iran, qui a étendu son influence du Liban au Yémen.

Avant de se rendre en France, Lapid, qui a pris la relève après l’éclatement de la coalition au pouvoir, a déclaré qu’il souhaitait également demander à Macron « d’intervenir » pour sauver les négociations sur le gaz avec le Liban.

Le Hezbollah – l’ennemi juré d’Israël – a lancé vendredi trois drones dans le champ gazier maritime de Karish, dans l’est de la Méditerranée, au lendemain de la prise de fonction de Lapid aux commandes du gouvernement.

« Les deux pays ont intérêt à parvenir à un accord qui permette l’exploitation de l’énergie au profit des deux peuples », a déclaré le dirigeant français.

Israël et le Liban reprendront les négociations sur leur frontière maritime en 2020, bien que la zone spécifique du camp de Karish soit hors du dialogue car elle a été délimitée comme israélienne sur une carte de l’ONU.

Ces dialogues parrainés par les États-Unis sont au point mort depuis que le Liban a demandé de modifier la carte de l’ONU.

« Nous avons eu une longue discussion sur le Liban, nous avons présenté des informations de renseignement sur le Hezbollah et ses activités », a déclaré Lapid à un groupe de journalistes. Il n’a pas fourni de détails, mais a déclaré que les informations étaient « liées aux attaques sur la plate-forme gazière ».

Louvel Lucas

"Praticien de la bière primé. Étudiant sympathique. Communicateur passionné. Fanatique de l'alcool."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.