« Je suis à 80% », déclare Calderano, le 4e meilleur joueur de tennis de table au monde

Depuis 2016, Hugo Calderano poursuit un parcours de pionnier dans le tennis de table. A 25 ans, le carioca prend l’habitude de briser les barrières du tennis de table brésilien et latino-américain, autrefois dominé par un homonyme : Hugo Hoyama. Après les Jeux olympiques de Rio 2016, au cours desquels il a réalisé la meilleure campagne d’un athlète brésilien de l’histoire du sport – s’arrêtant en huitièmes de finale (un résultat déjà dépassé par lui-même) – Calderano a atteint la meilleure position d’un athlète latino-américain au classement mondial : 31e place. Actuel numéro 4 mondial, après être apparu dans troisième du classement« Calderano n’a aucune idée de jusqu’où il peut aller.

« Je ne sais pas exactement quel pourcentage je suis, je pense que je ne suis pas encore si proche de ce que je peux obtenir », déclare Hugo. « Je pense que mon meilleur tennis de table sera dans quelques années, peut-être même quand j’aurai 30 ans. Alors peut-être que j’y serai à environ 80%. [do que pode ser] », dit Calderano, dans une interview avec Agence du Brésil.

Médaillé en 2014, aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Nanjing (Chine), alors qu’il n’avait que 18 ans, Calderano continue de chercher des exploits encore inédits pour le Brésil. Un podium mondial ou olympique. Aux Jeux de Tokyo, en juillet dernier, il a connu deux moments opposés : lorsqu’il a atteint les quarts de finale, il s’est automatiquement assuré un nouveau meilleur résultat pour lui et pour le pays. Cependant, la déception de la défaite qu’il a subie face à l’Allemand Dimitrij Ovtcharov, après avoir remporté les deux premiers sets. À l’époque, la défaite l’avait rendu très émotif, à cause de la façon dont cela s’est passé. Aujourd’hui, il reconnaît l’importance de surmonter les traumatismes passés et d’atteindre quelque chose de plus grand dans la sphère individuelle et collective.

« Je suis conscient de l’importance d’une médaille olympique pour notre tennis de table. Je crois que cette pression pour atteindre ce temps, cette motivation, tout cela ne fera que m’aider à grandir pour avoir plus d’opportunités à Paris », déclare Caldernano, qui a été vivant depuis des années à Ochsenhausen, une petite ville du sud de l’Allemagne.

L’idée exacte de la relation de responsabilité et de représentation qu’il a pour le sport national – il est l’un des Brésiliens les mieux placés dans les classements individuels des modalités olympiques – a été cultivée à distance. Hugo était récemment à Rio pour une période d’entraînement avec l’équipe nationale et un match amical contre des athlètes français. Avant cela, il n’avait pas concouru dans son pays d’origine depuis décembre 2018. Alors qu’il parlait couramment la langue allemande, il s’est habitué à manquer les choses les plus élémentaires au Brésil : la famille, le climat et la nourriture. Mais il est venu profiter du petit séjour à la maison pour recharger la batterie.

« Chaque fois que je viens au Brésil en vacances, je retourne aux compétitions en Europe avec beaucoup plus d’énergie. »

Pour rester en bonne santé et se concentrer sur le perfectionnement du tennis de table, Hugo – qui n’a actuellement plus de club après son départ d’Orenbourg (Russie) mi-2021 – a dû pratiquer l’équilibre et la concentration, des atouts qu’il a appris de deux personnalités européennes : l’entraîneur français Jean René Mounie, qui l’a accompagné sur le vieux continent, et l’une de ses idoles, le tennisman espagnol Rafael Nadal.

« Sa concentration et sa force mentale sont impressionnantes. Il est très contrôlé et donne tout sur le terrain, à chaque instant. C’est ce que j’essaie de faire et je réussis généralement. »

Le retour de Nadal lors de la finale de l’Open d’Australie de cette année – l’Espagnol a renversé une défaite 2-0 en finale contre le Russe Daniil Medvedev pour remporter le titre – est l’un des exemples qui ont inspiré Calderano à réaliser des performances sans précédent.

« Je ne pense pas qu’il croyait que ce serait possible, mais il a continué d’essayer et de se battre. Si vous continuez à essayer, de bonnes choses se produisent », a conclu Calderano.

Julienne Rose

"Défenseur indépendant d'Internet. Passionné de café extrême. Passionné de culture pop. Gourou de la cuisine générale."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.