Jeu de pouvoir dans le cadre d’une nouvelle guerre froide

Le sentiment que l’Europe dérive vers une guerre générale après l’invasion de l’Ukraine par la Russie grandit d’heure en heure alors que 17 jours se sont écoulés depuis le début des opérations militaires. La situation paraît compliquée à de nombreux observateurs militaires. Ce qui se passe réellement après le déploiement de 125 000 soldats russes en Ukraine est beaucoup plus important qu’il n’y paraît, à savoir le siège de trois grandes villes ukrainiennes – Kharkiv, Marioupol, Mykolaïv – Kiev, la capitale , c’est-à-dire où une population de près de 1,5 millions de personnes sont parties. Vladimir Poutine a cherché l’effondrement de l’Ukraine par un coup de foudre qui déstabiliserait le gouvernement de Kiev et conduirait au départ de Volodymyr Zelensky. Et même si la tentative du président russe a échoué, Moscou semble avoir des plans élaborés pour prendre l’Ukraine par la force et assurer son contrôle là où elle l’entend. Villes assiégées Les prétendues consultations diplomatiques ukraino-russes donnent à Poutine le temps de stabiliser la présence militaire de ses troupes alors qu’il se réorganise pour intensifier la répression contre les villes brutalement bombardées afin de forcer le gouvernement de Kiev à se rendre. Renforcés par les systèmes d’armes proposés par les pays de l’OTAN, tels que les armes antichars et les armes légères utilisées contre les avions et les hélicoptères, les défenseurs ukrainiens semblent prêts à résister jusqu’au bout. Mais les Ukrainiens ne semblent pas avoir suffisamment de réserves pour inverser le cours des opérations alors que les forces russes prennent d’assaut trois des plus grandes villes du pays pour briser le moral des habitants. Nul, même les analystes militaires ou diplomatiques les plus crédibles, ne se risque à faire une prévision d’activité.

L’OTAN et les Russes semblent sonder les frontières de l’autre. Poutine a émis un avertissement menaçant qu’il pourrait même utiliser régulièrement des armes nucléaires, avertissant les forces nucléaires stratégiques de la Russie, arguant qu’elles doivent être préparées à une éventuelle attaque américaine.

Washington, en revanche, se satisfait de la politique de sanctions économiques étouffantes pour « l’étranglement » de Moscou et rejette la possibilité d’imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine, car cela obligerait l’armée de l’air à mener à bien sa mission de vol à un avion de chasse russe ou abattre un hélicoptère au-dessus de l’Ukraine, ce qui reviendrait à proclamer la Seconde Guerre mondiale.

De plus, la possibilité de renforcer les défenses ukrainiennes avec des avions de combat MIG-29 de Pologne s’est arrêtée après que le président américain Joe Biden s’est retiré de son premier mouvement, anticipant le danger d’une escalade incontrôlée. Dans la tension accumulée qui a surgi, les choses peuvent conduire à une séquence mathématique d’événements d’un piège d’escalade. Il est clair que dans le conflit en cours en Ukraine, la frontière entre l’Occident et la Russie est une guerre nucléaire.

L’OTAN semble permettre à la Russie de poursuivre ses opérations en Ukraine sans intervenir, mais marque des lignes de partage marquant la nouvelle guerre froide. L’implication des forces militaires supérieures de l’ensemble des États membres de l’OTAN dans une guerre sur le terrain avec la machine militaire russe apparaît comme une possibilité que l’Alliance atlantique veut éviter tout sacrifice.

Blocs d’alliance

Des blocs d’alliances très durs entre pays coopérants ont été reconstruits en quelques jours seulement. Les États-Unis sont dans le même camp que l’UE, la Grande-Bretagne, la Grande-Bretagne, les membres de l’OTAN à l’exception de la Turquie et du Canada, et imposent des sanctions sévères à la Russie.

Le président Biden tente d’augmenter le taux d’acceptation du public américain alors qu’il voit l’Europe s’affaiblir financièrement, à la fois en raison de l’effondrement de transactions de plusieurs milliards de dollars, comme la suspension de Nordstream 2, et du besoin d’aide financière pour des millions d’Ukrainiens. réfugiés. parallèlement à la préparation de la recherche de nouvelles sources d’énergie qui marqueront l’indépendance de la Russie et compte tenu de la décision de réarmer les pays de l’UE. en investissant des centaines de milliards dans l’achat d’armes.

Au sein de l’Europe, une bataille invisible pour la suprématie a commencé entre la France, la seule puissance nucléaire de l’UE, et l’Allemagne, qui prévoit de débourser 100 milliards d’euros pour la défense.

Pékin

Dans les nouveaux équilibres mondiaux, la Chine semble en désaccord avec la logique des tensions galopantes entre la Russie et l’Occident, même si l’OTAN dénonce ouvertement le fait de forcer Poutine à envahir l’Ukraine, s’oppose aux sanctions contre Moscou et prévient que Taïwan fera à nouveau partie de la Chine territoire.

Alisverisi ne pouvait pas passer à côté de la Turquie, qui est indirectement reconnue par les puissants comme une puissance régionale. Recep Tayyip Erdogan vend des drones Bayraktar en Ukraine, n’applique pas les sanctions de l’OTAN et de l’UE contre la Russie, se présente comme un négociateur honnête et gère la communication téléphonique avec le président américain, qu’il a informé des pourparlers Lavrov-Kuleba-Tsavousoglu à Antalya, pour être restauré.

Ankara demande apparemment des compensations : légalisation de l’achat de S-400 russes, levée de l’embargo américain sur la fourniture de 100 F-35 à l’armée de l’air turque et appel à l’adhésion immédiate de la Turquie à l’UE. Dans le même temps, il rétablit les relations avec Israël, dont le Premier ministre était le seul dirigeant étranger (autre que le président de la Biélorussie) à avoir eu une rencontre étroite avec Poutine, apparemment avec la bénédiction de Washington. Un jeu de pouvoir qui bat son plein, les Ukrainiens payant le premier avec les morts, les blessés, les millions de réfugiés et le nivellement de leurs terres.

suis le protothema.gr sur Google Actualités et soyez le premier informé de toutes les nouveautés

Voir toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde, au fur et à mesure, sur Protothema.gr

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.