La baisse de la production nucléaire française alimente la hausse des prix de l’électricité en Europe – Energie

Electricité de France (EDF) est revenue pour la deuxième fois en un mois abaisser ses objectifs de production d’électricité nucléaire, déclenchant ce mardi une envolée des prix de l’électricité en Europe.

La France est le plus grand producteur d’énergie du bloc européen, produisant 70% de son électricité à partir d’un réseau de plus de 50 réacteurs à travers le pays, mais beaucoup arrivent en fin de vie utile.

EDF a indiqué que sa production nucléaire pourrait chuter cette année à des niveaux jamais vus depuis 1990, de l’ordre de 295 à 315 térawattheures d’ici 2022, inférieurs aux prévisions antérieures de 300 et 330 térawattheures. La dernière fois que la production nucléaire de l’entreprise est tombée en dessous de 300 térawattheures, c’était il y a plus de trois décennies. Un rapport de Morgan Stanley, cité par Bloombergindique que de nouvelles réductions de production sont prévues pour l’année prochaine, lorsqu’EDF annoncera les résultats à la fin de ce mois.

Suivant l’indication de la compagnie d’électricité française, qui a chuté de pas moins de 4,5 % à la Bourse de Paris, les prix de l’énergie allemande pour l’an prochain, une référence pour le bloc européen, ont augmenté de 4,7 % à 147 euros le mégawattheure. , tandis que le contrat de mars a augmenté de 5,5 %. Les prix en France pour l’année prochaine ont augmenté de 7% à 162 €, le plus haut niveau jusqu’à présent en 2022.

D’autre part, les prix de l’électricité en Europe réagissent également aux derniers développements de la crise ukrainienne. Le président américain Joe Biden a assuré lundi que le gazoduc Nord Stream 2 serait compromis si la Russie envahissait le pays voisin.



Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.