La « droite » de ND déconstruit la politique étrangère de Mitsotakis : la « haute » diplomatie psorokotainas

Une attaque féroce contre le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis par l’extrême droite de la Nouvelle Démocratie pour la politique étrangère via un article sur le site antinews.gr exprimant sa position.

Il semble que la « droite » de la droite n’ait pas été séduite par les festins de Kyriakos Mitsotakis pour l’accueil de Rafale et la politique étrangère de Mitsotaki-Dendia incite à parler de « haute » diplomatie comme psorokostainas.

Il note aussi des événements au même moment, avec Erdogan se promenant dans les Balkans et la Grèce faisant passer ses intérêts avant la France et au-delà !

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, et le président serbe Aleksandar Vucic retirent leurs masques de protection avant de poser pour des photos lors d’une cérémonie d’accueil, à Ankara, Turquie, le mardi 18 janvier 2022. Vucic est arrivé à Ankara mardi pour rencontrer et assister à Erdogan sont le troisième Conseil de coopération de haut niveau entre la Turquie et la Serbie. (photo AP)

« Tant que la Turquie développe des alliances multilatérales dans les Balkans, dont elle essaie de profiter par tous les moyens, le gouvernement grec célèbre au mieux Rafal et les frégates. Dans un rôle que lui veulent ses grands alliés : soit applaudir, soit soit silencieux. » Noter.

Lire l’article tel que publié dans antinews.gr :

Quand le sultan prend un rôle de premier plan dans les Balkans, Dendias découvre le charme du désert en Afrique sub-saharienne

Alors qu’Erdogan « laboure » les Balkans, un jour il visite Tirana et le lendemain il reçoit Vucic à Ankara, Nikos Dendias « fait la promotion » des vues grecques et multiplie les rencontres avec les ambassadeurs américain et français à Athènes. et la souveraineté de l’Ukraine !

Peskesia « ottomane »

Le jour où Tayyip Erdogan s’est rendu en Albanie, a signé 7 accords, inauguré une mosquée à Tirana et une colonie de 522 maisons dans la ville albanaise de Laci (donnée par Ankara), Nikos Dendias s’est rendu à des démarches diplomatiques à basse altitude. Il a rencontré l’ambassadeur de France à Athènes à l’occasion de la présidence française de l’UE et s’est entretenu avec les ambassadeurs auprès de l’UE du fort intérêt de la Grèce pour l’Afrique subsaharienne et des grandes ouvertures que la Grèce réalise dans la région. Cependant, il les a informés des « défis directs de la Turquie à la souveraineté grecque dans les îles orientales de la mer Égée et des défis auxquels notre pays est confronté dans les problèmes des Balkans », comme il se doit.

Les intérêts africains d’Athènes

Alors que le sultan signait des accords à Tirana, M. Dendias a préféré faire plaisir à l’ambassadeur de France, en évitant de parler des relations de la Grèce, mais de son rôle dans les Balkans, affirmant que « j’ai souligné les ouvertures que la Grèce a faites en matière de politique étrangère, qui sont suivies par l’ordre du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, avec mon voyage en Afrique ainsi que dans plusieurs autres pays, mais aussi avec le grand intérêt que la Grèce porte désormais à l’Afrique subsaharienne, dans laquelle « la France est extrêmement active dans la protection des intérêts européens ».

Le syndrome du micro-mégalisme et le citoyen au seigneur, dans toute sa splendeur. D’une part, parce qu’elle perçoit l’importance d’une France forte au Sahel comme l’importance de la Grèce, chose difficile à imaginer, et d’autre part, par un saut logique « explicatif », mais dangereux, elle baptise la France protectrice de tout Intérêts européens en Afrique!!!

Erdogan c. Skanderbeg

Et tandis que M. Dendias exerçait la « haute » diplomatie psorocostina à Athènes, la place principale de la ville albanaise de Laci a été rebaptisée Place Recep Tayyip Erdogan, la présence du président turc, qui avait également inauguré plus tôt le Bey à Tirana, sept accords de coopération dans l’information, l’éducation et les sports pour les jeunes. La sémiologie de la visite a aussi ce sens, puisque tout cela se déroule le jour de la célébration de la mort du héros national de l’Albanie, Skanderbeg, contre l’Empire ottoman !

Le lendemain, Tayyip Erdo .an a reçu le président serbe Aleksandar Vuτςi με lors d’une cérémonie officielle à Ankara, et a immédiatement posté sur le compte Twitter du président turc une distinction du président serbe en la personne du président turc à l’occasion de l’anniversaire. du président turc.

Vucic à Ankara

Pendant le chant des hymnes nationaux, les vents violents ont soulevé les tapis sur lesquels les deux dirigeants allaient marcher et immédiatement un caméraman et un photographe qui ont enregistré la cérémonie sont intervenus.

Mais le plus important dans cette affaire est que lors de cette visite, le président de la Serbie, en tant que médiateur Erdogan, a mis un front très « sensible » pour Belgrade : la Bosnie-Herzégovine. « J’ai dit ça à Erdogan » La Serbie soutient l’intégrité de la Bosnie-Herzégovine et l’intégrité de la Republika Srpska en Bosnie-Herzégovine. Nous devons travailler ensemble pour rétablir la confiance», a déclaré M. Vuτςiτς à la fin des discussions.

Outils électriques

Dans ce contexte, le fait que Behiç Çelik, député du parti d’opposition İYİ (parti à l’odeur des loups gris), a souligné dans une interview au journal Yeni Çağ intitulée « Nous devons transférer notre pouvoir balkanique à Caucase », en termes d’intolérance ottomane la présence de la Turquie dans les Balkans

« Bien que les États-Unis, la Russie et les pays de l’UE soient des puissances mondiales, ils n’ont pas autant d’influence que la Turquie dans les Balkans. Une Turquie efficace dans les Balkans influence les puissances mondiales. Elle a une plus grande influence sur la question de la Grèce. Si La Turquie est prudente, poursuit sa politique et connaît sa position, elle ne perdra pas son pouvoir dans les Balkans. Elle transfère également ce pouvoir dans d’autres régions.

Payat : « Soutenir l’Ukraine »

Au lendemain de la rencontre Erdogan-Vucic, M. Dendias a rencontré l’ambassadeur américain à Athènes, Jeffrey Payat. Ils ont accepté de poursuivre la discussion, mais le post général du Département d’Etat sur Twitter, après la première rencontre entre les deux hommes, s’est installé dans l’atmosphère de silence qu’a occupée le gouvernement après avoir innocenté les Américains dans l’affaire East Med, quel stigmate.

Au stade actuel, cependant, comme prévu, l’ambassadeur des États-Unis semblait « brûler » davantage pour le soutien à la souveraineté de l’Ukraine que pour la provocation de la Turquie contre la Grèce, surtout ces derniers temps.

« C’est formidable de commencer une année de coopération ambitieuse avec Niko Dendia, soulignant l’importance de la solidarité et de la stabilité en Europe, y compris le soutien à la souveraineté de l’Ukraine (!) », a-t-il déclaré après leur rencontre.

Conclusion : Tant que la Turquie développe des alliances multilatérales dans les Balkans, dont elle essaie de profiter de toutes les manières possibles, le gouvernement grec ne fait au mieux que célébrer Rafal et les frégates. Dans un rôle que les grands alliés veulent pour elle : applaudir ou se taire.

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.