La nièce de Marine Le Pen suggère de soutenir Zemmour et la scission de l’extrême droite en France – 02/04/2022 – Monde

Psychodrame, trahison, coup d’état. Tels étaient quelques-uns des termes utilisés en France pour désigner le possible soutien de Marion Maréchal, nièce de Marine Le Pen, au journaliste Eric Zemmour lors des élections présidentielles prévues le 10 avril.

Dans un pays largement divisé depuis 2017 entre le centrisme d’Emmanuel Macron et la droite radicale, représentée lors de ces élections par Le Pen, la déclaration de l’ancien député a fait grand bruit dans ce domaine.

D’autant que l’extrême droite elle-même s’est effondrée en 2022, avec l’entrée en scène du polémiste connu pour évoquer la théorie xénophobe du soi-disant « Grand Remplacement », selon laquelle les Français de souche auraient été remplacés par des musulmans et des Noirs africains. migrants – il a déjà été reconnu coupable d’incitation à la haine contre ce groupe.

Il y a quelques jours, Marion a déclaré aux journalistes qu’il pouvait pencher vers Zemmour et a promis de prendre une position définitive après la trêve hivernale d’ici la fin de ce mois, lorsque la campagne commencera à prendre forme – Macron a jusqu’au 4 mars pour s’exprimer. candidat.

Les derniers sondages pointent une légère avance du chef de file du Rassemblement national (RN) pour une place au second tour face à l’actuel président. Un sondage Ifop pour le magazine Paris Match publié jeudi (3) montrait Macron en tête avec 25% des intentions de vote et, derrière lui, Marine Le Pen (18%), la candidate de centre droit Valérie Pécresse (Républicains, 15,5%) et Zemmour (14%).

La tante a déclaré que ne pas avoir le soutien de sa nièce serait « un coup brutal et violent », et le patriarche Jean-Marie a tenté de calmer les esprits des deux sur Twitter, affirmant qu’il aimerait retrouver sa fille et sa petite-fille dans les prochains jours. , avant de donner son avis sur les élections. Zemmour, quant à lui, a réagi joyeusement. « Marion Maréchal est une vieille amie, une femme formidable », a-t-il déclaré dans le plateau de TV France 2. Pour lui, la jeune héritière du clan Le Pen n’est pas adepte de la perfidie : « Ce n’est pas de la trahison, c’est de la politique. »

L’analyste politique et directeur du programme Ipsos Flair à l’institut de recherche Ipsos, Yves Bardon, est plutôt d’accord. « Je ne vois pas de trahison, mais les désaccords extrêmement forts de Marion avec sa tante et la ligne idéologique de l’Assemblée nationale », dit-il. « Des points de vue très opposés sur des choses comme l’avortement, le mariage homosexuel, l’Union européenne, l’économie. »

Pour lui, tout soutien de l’ancien adjoint de Zemmour serait cohérent avec sa trajectoire. « Une trahison serait comme un coup de poignard dans le dos, vous prenant par surprise. Dans ce cas, il y a une énorme quantité de désaccord qui s’est accumulée et a augmenté les blessures émotionnelles – par exemple, la tante a déjà dit qu’elle était trop inexpérimentée pour être un ministre qui ne lui devait aucune faveur. »

Bardon rappelle également que ces dernières années, Marine Le Pen s’était engagée dans un processus de « diabolisation » de son parti – notamment en changeant le nom du Front national en Rassemblement national – en promouvant une certaine modernisation de ses positions et en essayant de lever des objections telles que l’antisémitisme. . En attendant, Marion Maréchal est restée fidèle aux valeurs traditionnelles d’extrême droite, que Zemmour veut faire revivre.

Marion, née en décembre 1989, est la petite-fille du fondateur du FN Jean-Marie Le Pen. Élevée et élevée dans sa petite enfance par sa mère et sa tante, Marine, elle a ensuite été adoptée par son beau-père, dont elle a hérité son patronyme actuel. Elle est entrée en politique en 2008 et quatre ans plus tard, à l’âge de 22 ans, elle est devenue la plus jeune députée française, avec le pourcentage de voix le plus élevé dans le parti de son grand-père.

A la fin de son mandat, lorsque sa tante a atteint le second tour de l’élection présidentielle contre Macron, l’ultraconservatrice a déclaré qu’elle quitterait la vie politique. Les élections de 2022 sont donc désormais influencées par une jeune femme sans mandat et sans prétention électorale – du moins pour l’instant.

Lorsqu’on lui a demandé si le soutien probable à Zemmour, que d’autres salariés du RN ont déjà rejoint, serait une stratégie pour devenir le vainqueur des futures élections présidentielles en unissant leurs champs politiques, Bardon pense que Marion n’attendra même pas et acceptera de se présenter aux élections. législature cette année la même année.

Et il ajoute : dans cinq ans, à 37 ans, il pourrait bien devenir le visage de la droite radicale. « Elle rejoint cette droite presque maurrassienne [referência ao poeta Charles Maurras, um antissemita virulento]contre-révolutionnaire, dit-il. Elle dit qu’on ne peut pas réduire la France à la République, alors que la France est la République pour tous, surtout pour ses adversaires.

Professeur et chercheur à Sciences Po à Grenoble, Florent Gougou qualifie Marion Maréchal d’illisible, mais la voit alignée avec le parti de droite qui ne voit pas Marine Le Pen comme une candidate ayant de réelles chances de l’emporter.

« La tension au RN vient de 2017, quand Le Pen n’a pas réussi à dépasser un palier au second tour qui lui permettait d’être compétitif avec Macron. » Elle a perdu l’élection avec 34 % des voix, contre 66 % pour l’actuel président. « Ce diagnostic, dont s’est servi la campagne de Zemmour, est partagé par une grande partie de la droite radicale », analyse Gougou.

Il aurait plutôt ses militants et son appareil politique de parti plus robustes que ceux de la Reconquista nouvellement fondée, la légende de Zemmour. « Mais avec sa stratégie provocatrice, il a mis les questions d’identité et d’immigration au cœur de la vie politique française », dit-il. « Les partis de droite radicale ont contrôlé l’agenda électoral, obligeant tout le monde à prendre position, y compris le candidat communiste Fabien Roussel, qui parle du vin et de l’art de vivre à la française. »

Une autre chose que Zemmour et Le Pen contredisent est leur relation avec des dirigeants étrangers dans leurs domaines politiques – à l’exception du Hongrois Viktor Orbán, acclamé par les deux. Le candidat RN dit ne pas s’identifier à la méthode de Jair Bolsonaro (PL), alors que le journaliste a déjà été comparé par les médias français à Donald Trump et au Brésilien.

« Bien que les profils de Zemmour et de Bolsonaro soient différents, ils ont des similitudes dans le discours de haine très radical que la société cherche à diviser », a déclaré Paris Gaspard Estrada, professeur à Sciences Po. « Le Pen réfute les comparaisons avec Bolsonaro car il y a unanimité contre lui à l’étranger, notamment en France. Tout rapprochement avec le président brésilien serait négatif pour sa campagne. »

Non seulement elle évite les contacts, mais elle critique également Bolsonaro à plusieurs reprises, se souvient Estrada. « Ce qui n’est pas le cas de Zemmour, qui a même accordé une interview à Feuille à la fin de l’année dernière, signe d’une certaine proximité avec le chef de l’État brésilien. »

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.