La Nouvelle-Calédonie décide de rester en France ; les séparatistes boycottent le référendum – International

Les électeurs de la région insulaire française de Nouvelle-Calédonie ont choisi de faire partie de la France, lors d’un référendum boycotté par les forces indépendantistes et étroitement surveillé à travers le Pacifique Sud.

Les résultats officiels ont montré que 96% des participants ont voté pour rester en France. Moins de 44% de la population a voté. L’année dernière, un précédent référendum sur l’indépendance avait presque doublé le nombre d’électeurs. occasion 46,7% des participants ont voté pour le divorce.

Le faible taux de participation est intervenu après que les dirigeants séparatistes ont exhorté leurs partisans à boycotter le référendum. Ils avaient demandé le report du vote en raison de la pandémie et étaient en colère contre ce qu’ils considéraient comme les efforts du gouvernement français pour influencer la campagne.

Le vote a été suivi par l’ONU et les puissances régionales, au milieu des efforts mondiaux de décolonisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Colonisée par le neveu de Napoléon au 19ème siècle, la Nouvelle-Calédonie est un immense archipel de quelque 270 000 habitants à l’est de l’Australie, 10 fuseaux horaires avant Paris – et abrite une base militaire française.

Le président français Emmanuel Macron a salué le résultat comme une confirmation retentissante du rôle de la France dans l’Indo-Pacifique et a annoncé des négociations sur le futur statut de la région. « Ce soir, la France est plus belle parce que la Nouvelle-Calédonie a décidé de rester », a déclaré Macron dans un discours diffusé à la télévision nationale.

Il n’a pas répondu au boycott. Constatant que l’électorat « reste profondément divisé », Macron s’est engagé à « respecter tous les Calédoniens », y compris ceux qui ont voté pour le départ.

Le vote de dimanche était le troisième et dernier d’un processus de plusieurs décennies visant à résoudre les tensions entre les Kanaks indigènes en quête d’indépendance et ceux qui veulent que la région reste une partie de la France.

Mais le processus ne s’arrête pas avec le dernier référendum. L’État, séparatistes et non séparatistes ont désormais 18 mois pour négocier un nouveau statut du territoire et de ses institutions en France.

« Nous entrons dans une nouvelle phase », a déclaré Macron, poussant à négocier de nouveaux cadres pour faire face aux crises sanitaires, relancer l’économie, améliorer les droits des femmes et protéger l’environnement du changement climatique – une préoccupation majeure sur le territoire insulaire.

Le parti indépendantiste FLNKS a menacé de recourir à des moyens internationaux pour tenter d’invalider les résultats et a déclaré qu’il n’entamerait pas de négociations tant qu’il n’aurait pas le temps d’analyser les prochaines étapes.

« Le droit à l’autodétermination du peuple kanak ne s’arrête pas dimanche soir ou lundi matin », a déclaré Jean-Philippe Tjibaou, fils d’un leader séparatiste assassiné, à la chaîne publique France-Info. Parlant d’une ville qui a voté à 100% pour l’indépendance lors des deux derniers référendums mais qui a boycotté le vote de dimanche, il a déclaré : « Nous suivons le travail de nos aînés. Et nos enfants nous suivront ».

La campagne et le jour du scrutin ont été exceptionnellement pacifiques en raison de l’appel au boycott, bien que l’État ait mobilisé 1 750 policiers et forces de sécurité en cas de troubles.

Le résultat est un coup de pouce pour Macron à la fois au niveau national – il est susceptible de faire face à un défi difficile de la part des nationalistes d’extrême droite lors de l’élection présidentielle d’avril – et au niveau international.

La France tente de consolider sa présence dans la région indo-pacifique après avoir perdu un contrat sous-marin de plusieurs milliards de dollars sur un partenariat que l’Australie a conclu avec les États-Unis et le Royaume-Uni.

Certains pays de la région « pourraient apprécier la position équilibrée de la France dans ce qu’on pourrait appeler la guerre froide sino-américaine », a déclaré Caroline Gravelat de l’Université de Nouvelle-Calédonie. D’autres trouvent le rôle de la France dans le Pacifique Sud dépassé.

La Nouvelle-Calédonie est l’une des 17 anciennes colonies du monde que l’ONU classe toujours comme non autonome et programmée pour les efforts de décolonisation. Les autres sont principalement des îles administrées par le Royaume-Uni ou les États-Unis.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.