La prochaine décision de la Cour suprême des États-Unis devrait changer la carte des lois sur l’avortement

La Cour suprême des États-Unis statue sur de nouvelles restrictions à l’avortement (Photo : TheAgency (CJStumpf), CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Depuis que la Cour suprême des États-Unis a statué en 1973 que l’accès à l’avortement était un droit constitutionnel, plus de 50 pays ont modifié leurs lois pour les rendre moins restrictives.

Avec un précédent historique susceptible d’être inversé, les partisans de règles plus libérales craignent un effet d’entraînement, avec de plus en plus de pays restreignant l’avortement, tandis que les groupes anti-avortement voient une opportunité d’inverser une tendance vieille de plusieurs décennies.

La Cour suprême devrait rendre une décision d’ici la fin de ce mois ou début juillet sur l’opportunité d’annuler ou non le soi-disant précédent Roe v. Wade, qui a fait de l’avortement une prérogative fédérale.

La fuite récente du projet de décision indique qu’il faut changer. Ainsi, les États seraient libres de définir une législation plus restrictive, mais ne seraient pas conditionnés à le faire. Les gouvernements dirigés par des républicains ont tendance à changer la loi, avec des règles qui pourraient servir de modèle à des pays plus conservateurs.

Selon les données du Center for Reproductive Rights, qui examine les lois sur l’avortement dans le monde, plus de 70 pays autorisent la procédure – uniquement avec des restrictions sur l’âge gestationnel. En revanche, 24 pays l’interdisent totalement, même en cas de risque pour la femme.

Rayonnement
Bien avant que Roe v. Wade ne devienne un sujet de discussion aux États-Unis, certains pays avaient déjà des lois autorisant l’interruption de grossesse, la plupart dans le bloc soviétique. Avec l’approbation de la justice américaine, peu à peu, d’autres lois se sont inspirées du précédent.

« Ce mouvement aux États-Unis est très important, car le pays est projeté comme un phare mondial. Par conséquent, son rôle est crucial dans la diffusion de cette idée selon laquelle les droits sexuels et reproductifs des femmes doivent être respectés à l’étranger », a déclaré Almudena Cabezas González, professeure à l’université. Université Complutense de Madrid.

« Il y a eu une extension de cette lutte, dans les années 60 et 70, puis est venue cette décision importante des États-Unis. Puis, en quelques années, des lois ont également été votées aux Pays-Bas (1984), en France (1975) et dans d’autres pays », ajoute Gonzalez. La Tunisie a été le premier pays musulman à libéraliser l’avortement en 1964, mais seulement sous certaines conditions, comme la santé et le contrôle de la population. Quelques mois après Roe vs Wade, le pays a autorisé la procédure jusqu’à 3 mois de grossesse.

limites
En 1994, 179 pays se sont engagés à prévenir les avortements à risque dans le cadre de la Conférence internationale sur la population et le développement. Depuis lors, 15 pays ont réformé leurs lois pour autoriser la procédure presque complètement, dont l’Espagne, l’Afrique du Sud, l’Uruguay et le Népal. Et 18 lois abandonnées qui la rejetaient en toutes circonstances, pour faire des exceptions.

L’Afrique concentre les plus grands changements de législation. Alors que la région a toujours les lois les plus restrictives au monde, la moitié des pays qui ont assoupli les restrictions au cours des dernières décennies sont des Africains. Viennent ensuite l’Europe et l’Amérique latine, qui connaissent une « vague verte » de libéralisation.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les pays en développement sont responsables de 97 % des avortements à risque dans le monde. C’est sur eux, notamment en Afrique et en Amérique latine, qu’une modification de la législation américaine aura le plus d’impact. Les deux régions connaissent le processus de libéralisation que les États-Unis et l’Europe ont connu dans les années 1970 et 1980.

« Lorsque l’avortement a été légalisé aux États-Unis et en Europe, en Amérique latine, nous avons traversé différents processus politiques, nous avons vécu sous des dictatures militaires ou des guerres civiles, ce qui a rendu impossible de soulever une question comme celle-ci », a déclaré Cora Fernandez Anderson. , professeur au Mount Holyoke College dans le Massachusetts.

Ouverture
L’Amérique latine vit son moment le plus libéral, portée par le mouvement « Ni Una a Menos ». L’Argentine a légalisé l’avortement en 2020, la Colombie a autorisé la procédure jusqu’à 24 semaines d’âge gestationnel en février, et le Chili, qui avait une loi restrictive, a inscrit l’agenda dans sa réforme constitutionnelle.

Outre-Atlantique, l’Union africaine (UA) a adopté le Protocole de Maputo en 2003, qui garantit aux femmes plus d’autonomie dans leurs décisions. Sur les 55 États membres de l’UA, 49 ont signé le protocole et 42 l’ont ratifié.

L’impact d’un changement dans l’orientation de la Cour suprême ne se limite pas à l’aspect juridique. Cela affecte également le financement des groupes qui luttent pour des lois plus libérales. « Dans de nombreux pays africains, les initiatives en faveur des droits des femmes ne sont soutenues que par des financements occidentaux », déclare Stephanie Musho, avocate et collègue de l’Aspen Institute. « Au Kenya, 95 % de l’aide à la santé sexuelle et reproductive vient des États-Unis. C’est pourquoi les gouvernements africains s’inspirent des décisions prises à Washington.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.