La Russie pourrait reconnaître l’indépendance de Donetsk et de Lougansk. La tension monte en Ukraine | nouvelles du monde

Deux propositions de résolution ont été approuvées par l’une des commissions de la Douma lundi et mises aux voix mardi. Cela ne veut pas dire qu’ils sont définitivement acceptés et envoyés au président. Cependant, ce sera un pas sérieux dans cette direction, et il est commode que le Kremlin coïncide avec d’autres événements.

Un humble appel au président

Le premier projet a été déposé en janvier par le Parti communiste, qui est en théorie une opposition mais qui, dans la pratique, assiste régulièrement le pouvoir. Entre autres, en faisant ouvertement ce que le Kremlin n’est pas encore prêt à faire. C’est, par exemple, la soumission d’un projet controversé, signalant à l’Occident qu’il peut être adopté à l’avenir.

Lundi, des représentants du parti Russie unie du Kremlin ont déposé une motion au contenu très similaire. Il a une différence importante. Il est basé sur une consultation avec le ministère des Affaires étrangères, entre autres, avant que l’appel final ne soit envoyé à Poutine. – Je suppose que le projet communiste sera probablement rejeté, et le projet du Kremlin sera renvoyé pour consultation et sera de retour à l’ordre du jour dans un moment – dit Gazeta.pl, Dr. Dariusz Materniak, rédacteur en chef du portail Polukr .net.

Le projet des députés de Russie unie stipule que l’Ukraine ne mettra pas en œuvre les accords de Minsk signés en 2014 et 2015. Ils seraient une voie vers une solution pacifique au conflit dans le Donbass, mais en raison de divergences dans leurs interprétations, ils restent à ce jour non réalisés. Par conséquent, selon le projet des délégués russes, la Russie doit reconnaître l’indépendance des deux républiques séparatistes pour « des raisons humanitaires et de sécurité ». C’est aussi pour leur donner une plus grande capacité à se défendre contre les attaques extérieures. Ukrainien, standard.

Biden a passé plus d’une heure à parler à Poutine. Effets? « Pas de grand changement »

Une autre marche de l’échelle

Bien sûr, Poutine n’a pas à tenir compte de l’appel de la Douma. Seulement peut-être, mais c’est quand même beaucoup, car cela donne l’apparence de la légalité du processus. Poutine décrit non seulement les républiques séparatistes comme indépendantes, mais le fait à la demande des représentants démocratiquement (au moins officiellement) élus de la nation russe. La prochaine étape serait d’annoncer une alliance avec Donetsk et Louhansk, voire de les inclure en Russie après un éventuel référendum parmi leurs habitants. De la même manière qu’avec Crimée

– Je suppose que même s’il y avait effectivement un vote là-bas, la plupart des habitants des républiques séparatistes voteraient pour rejoindre la Russie. Ceux qui y sont restés sont, pour la plupart, véritablement pro-russes. De plus, pendant des années, ils ont été coupés des sources d’information autres que la propagande locale, qui décrit invariablement les autorités de Kiev comme des fascistes ou des nazis, explique le Dr Materniak.

Rien n’est joué d’avance car le Kremlin peut facilement piloter ce processus en fonction de ses besoins. Pour l’instant, il pourrait être en mesure d’augmenter encore plus la pression sur l’Ukraine, ce qui, selon lui, est nécessaire après l’échec des pourparlers à Berlin jeudi et vendredi. Ils se sont déroulés dans le format dit normand c’est-à-dire France-Allemagne-Russie-Ukraine. Il s’agissait de la mise en œuvre des accords de Minsk, sous la pression des Russes. La visite du président français Emmanuel Macron à Moscou lundi a donné à Poutine l’espoir que la France et l’Allemagne forceraient l’Ukraine à faire des concessions. Cependant, les négociateurs ukrainiens ont été catégoriques lors des pourparlers de Berlin et la réunion s’est terminée en vain.

Quelques heures plus tard, les Américains ont de leur côté accru la pression, très probablement avec des fuites contrôlées dans la presse, sur les prétendus derniers préparatifs des Russes pour l’invasion. Peut-être qu’après les événements de Berlin, Poutine a ordonné à l’armée de commencer la prochaine étape des préparatifs, comme l’ont noté les services de renseignement américains. Cependant, il n’est pas vraiment certain que l’invasion soit vouée à l’échec, comme le dit officiellement la Maison Blanche.

Selon certains commentateurs américains, par une telle pression et un tel discours sur ce que Poutine, Biden et son administration peuvent faire, ils veulent priver le Kremlin d’un élément de surprise. Que personne ne croie à une provocation. Cependant, tout le monde ne l’aime pas. Généralement ceux qui sont à l’épicentre de ces événements. – Du point de vue des Ukrainiens, ce que les Américains font depuis vendredi, ou en fait depuis des mois, c’est un fort réchauffement de l’atmosphère dans l’intérêt de leurs propres intérêts, mais pas nécessairement au profit de l’Ukraine – dit le Dr . maternité .

– Oui, à partir de samedi, vous pouvez voir le mouvement de l’armée russe vers la frontière avec l’Ukraine, mais ce n’est toujours pas la même situation que celle que nous avons vue en mars et avril 2014 – dit l’expert. Il fait référence à la période au cours de laquelle, d’une part, l’armée russe a annexé la Crimée et les combats ont commencé dans le Donbass, mais en même temps, d’importantes troupes à la frontière ukrainienne étaient prêtes pour une invasion à grande échelle. – Ensuite, ils étaient presque littéralement dessus, et non à quelques ou plusieurs dizaines de kilomètres, comme maintenant – dit le Dr. maternité.

Vadym, PrystaïkaL’Ukraine pourrait renoncer à ses rêves d’adhésion à l’OTAN. « Nous sommes flexibles »

Il n’y aura pas de retour en arrière

Utiliser l’option de reconnaître l’indépendance des deux républiques séparatistes et leur éventuelle intégration à la Russie compliquera certainement considérablement la situation déjà compliquée de l’Ukraine. – Au moins en ce qui concerne les perspectives d’adhésion à l’OTAN, car il serait difficile de faire une partie aussi importante du territoire avec un statut non réglementé – dit le Dr. maternité.

Kiev sera également confrontée au problème de savoir quoi faire de sa politique envers le Donbass. – Officiellement, l’Ukraine tente de rétablir le contrôle total sur Donetsk et Lougansk. Du point de vue de Kiev, ce sont des zones sous occupation hostile, dit l’expert. Le statut des deux républiques séparatistes reste largement flou aujourd’hui. Ils sont en fait sous le contrôle de Moscou, pas officiellement. Lorsqu’ils deviendront des États indépendants, du moins aux yeux des Russes, ils les protégeront certainement formellement. Après tout, depuis 2021, les passeports russes ont été délivrés en masse à leurs résidents. D’autre part, le Kremlin déclare défendre à tout prix les citoyens russes et russophones.

– Les « Etats indépendants » de Donetsk et Louhansk peuvent être utilisés comme un outil utile par la Russie pour obtenir un prétexte pour envahir l’Ukraine. Vous pouvez imaginer une provocation lorsqu’un quartier résidentiel près de Donetsk est bombardé. Ce sera « l’attaque non provoquée de l’Ukraine contre un État indépendant allié à la Russie ». Et maintenant, nous avons une raison d’attaquer « pour protéger les civils » – dit le Dr. maternité.

L’option d’accepter les faits de Kiev et d’écrire Donbass pour les pertes n’est pas une option. – Aucun politicien ukrainien sérieux ne le permettra. Pour une raison fondamentale. Tout le monde suppose que si l’on donne la priorité à la Russie dans le Donbass, elle atteindra immédiatement Kharkov, puis Odessa et ainsi de suite, dit l’expert.

D’autre part, reconnaître l’indépendance des républiques séparatistes et les intégrer à la Russie, ou du moins former une alliance avec elles, peut servir au Kremlin de succès pour les besoins internes. Peut-être sera-t-il utilisé comme un moyen de couvrir le retrait de la situation tendue actuelle, bien que du point de vue des dirigeants russes, bien sûr, rien de spécial ne se passe. Ce sont les exercices militaires et l’hystérie de l’Occident.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.