La Russie qualifie la décision d’arrêter la fuite du ministre des Affaires étrangères d' »acte hostile »

La Russie a qualifié aujourd’hui d' »acte hostile » la décision de trois pays européens de fermer leur espace aérien à l’avion du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, l’empêchant de se rendre en Serbie.

« De telles actions hostiles contre notre pays peuvent causer certains problèmes (…), mais elles ne peuvent pas empêcher notre diplomatie de poursuivre son travail », a déclaré le porte-parole du Kremlin (Présidence) Dmitri Peskov, cité par l’agence française.

Peskov a déclaré que les actions de l’Occident ne pourraient pas entraver de manière significative « la poursuite des contacts » entre la Russie et « des pays amis tels que la Serbie », selon l’agence de presse russe TASS.

Les médias serbes et des sources diplomatiques russes ont déclaré que la visite de Lavrov en Serbie avait été annulée parce que la Bulgarie, la Macédoine du Nord et le Monténégro avaient refusé d’autoriser l’avion du ministre russe à survoler leur espace aérien en route vers Belgrade.

Lavrov est l’un des hauts responsables russes visés par les sanctions occidentales imposées à la Russie pour l’invasion de l’Ukraine le 24 février.

Lors d’une conférence de presse à Moscou, Lavrov a déclaré qu’il s’agissait d’une « décision sans précédent de certains membres de l’OTAN ».

Lavrov devait se rendre en Serbie aujourd’hui et mardi pour assurer la liaison avec le président serbe Aleksandar Vucic, son homologue Nikola Selakovic et le patriarche de l’Église orthodoxe serbe, Porfirio.

Vucic a confirmé aujourd’hui que la visite avait été annulée mais sans explication.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.