La santé informe d’un cas suspect de variole du singe

Un résident de la province de Buenos Aires a consulté aujourd’hui un fournisseur de soins de santé de la ville de Buenos Aires avec des symptômes compatibles avec la variole du singe car il a des pustules sur diverses parties du corps et de la fièvre. Le patient, qui est en bon état général, isolé et recevant un traitement symptomatique, a des antécédents de voyage en Espagne, pays où il s’est trouvé du 28 avril au 16 mai 2022.

Pour réaliser le suivi et l’examen, des prélèvements ont été effectués pour le diagnostic étiologique, qui sont analysés au laboratoire national de référence INEI-ANLIS Dr. Carlos G. Malbran.

En attendant les résultats, une table de travail a été formée avec la province de Buenos Aires et la ville autonome de Buenos Aires, pour coordonner les actions cliniques, diagnostiques et épidémiologiques pour confirmer ou infirmer le cas, fournir des soins cliniques adéquats et mettre en œuvre toutes les mesures. nourrir. concentrer les mesures de contrôle pour prévenir une éventuelle transmission.

Il est à noter que depuis la notification internationale des premiers cas de cette maladie dans les pays non endémiques, une équipe de travail a été constituée au sein du Ministère de la Santé de la Nation dans le but de démarrer la surveillance du nouvel événement et de générer des recommandations spécifiques pour les équipes de santé et la population.

Hier, l’Organisation mondiale de la santé a signalé la notification de 28 cas confirmés en laboratoire et de 12 cas suspects de monkeypox dans 12 pays non endémiques (Australie, Belgique, Canada, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Espagne, Suède, Royaume-Uni et États-Unis). Dans ces cas, une histoire ou un lien avec des zones endémiques n’a pas encore été confirmé. L’étendue de la transmission communautaire n’est toujours pas claire à ce stade et il est donc possible d’identifier davantage de cas. Cependant, il convient de noter que le virus Monkeypox est considéré comme ayant une transmissibilité interhumaine modérée.

La variante ouest-africaine du monkeypox a jusqu’à présent été identifiée dans des cas confirmés par des tests de réaction en chaîne par polymérase par transcriptase inverse (RT-PCR) sur des échantillons vésiculaires. La transmission entre partenaires sexuels, due à un contact intime lors de rapports sexuels avec des lésions cutanées infectieuses, semble être le mode de transmission probable. Compte tenu de la fréquence inhabituellement élevée de transmission de personne à personne observée dans cet événement et de la transmission communautaire probable sans antécédents de voyage dans des zones endémiques, la probabilité de propagation supplémentaire du virus par contact étroit, par exemple lors d’une activité sexuelle, est , très apprécié. La probabilité de transmission entre individus sans contact étroit est considérée comme faible.

Recommandations pour la population

Toute personne qui présente des symptômes compatibles (en particulier des éruptions cutanées) et qui a des antécédents de voyage dans des zones où il y a eu des cas et/ou présente une exposition à risque avec des cas suspects, probables ou confirmés doit prendre des mesures d’isolement social (hors école, travail, événements sociaux, etc.), prendre des mesures de protection respiratoire (utilisation correcte du masque, environnements ventilés et distance des autres personnes) et consulter immédiatement le système de santé.

Le contact étroit avec des personnes infectées est le principal facteur de risque d’infection par le virus.

L’exposition à un cas est considérée si :
– A été exposé sans protection respiratoire (particulièrement pertinent pour les professionnels de santé).
– Contact physique direct, y compris contact sexuel.
– Contact avec des matériaux contaminés tels que vêtements ou literie.

Si une personne a eu un contact à haut risque avec un cas suspect ou confirmé de monkeypox pendant la période de contagiosité, depuis l’apparition des symptômes du cas jusqu’à ce que toutes les croûtes soient tombées des lésions cutanées, les précautions suivantes doivent être observées :

  • Vérifiez votre température deux fois par jour.
  • Tant que vous restez asymptomatique, vous pouvez poursuivre vos activités quotidiennes, mais vous devez rester près de chez vous pendant la surveillance.
  • Un suivi clinico-sanitaire strict sera effectué pendant 21 jours à compter du dernier contact avec le cas
  • Si la personne développe une éruption cutanée, elle doit être isolée et évaluée comme un cas suspect, et un échantillon prélevé pour analyse en laboratoire afin de détecter la variole du singe.
  • Vous ne devez pas donner de sang, de cellules, de tissus, d’organes, de lait maternel ou de sperme pendant que vous êtes surveillé pour détecter des symptômes.
  • Dans le cas des enfants d’âge préscolaire, il est recommandé de ne pas fréquenter les crèches ou autres lieux de groupe.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.