La Turquie intensifie ses défis : installez un nouveau Navtex au cœur de la mer Égée

La Turquie prépare un nouveau challenge au cœur de la mer Egée, avec une information exclusive de MEGA sur l’émission d’un Navtex turc illégal ce vendredi.

En particulier, Navtex sera délivré par Ankara pour des exercices de recherche et de sauvetage dans la zone maritime entre Lesbos, Chios, Psara et Skyros.

L’objectif constant et le désir fervent de la Turquie est de priver la Grèce de son droit à la recherche et au sauvetage.

Dans le même temps, à l’occasion d’un exercice grec, la Turquie soulève à nouveau la question de la démilitarisation de Psara et de Chios, remettant ainsi en cause la souveraineté des îles grecques.

Nouvelles menaces Akar

Pendant ce temps, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a ouvert le feu sur la Grèce, accusant le pays d’être responsable des tensions et d’un manque de solidarité au sein de l’OTAN.

Se référant à des allégations infondées contre notre pays, disant que la Grèce soigne des terroristes dans un camp à Lavrio, tout en lançant un nouveau message menaçant pour Chypre, notant qu’une armée turque se tient prête à intervenir.

Restaure les zones grises

A noter que ces derniers jours, à partir de l’îlot inhabité de Zourafa, à l’est de Samothrace, la Turquie a réinstauré avec force la théorie des « zones grises » avec des survols successifs. La cible principale est également l’îlot de Kandelioussa, à l’ouest de Nisyros – avec quatre survols depuis le début de l’année et tous par des drones turcs, dont le dernier à midi hier – ainsi que Panagia avec Oinousses.

On rappelle qu’après avoir reçu les six premiers Rafale, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoλουlu a fait des déclarations similaires à celles de Hulusi Akar, proférant de fortes menaces lorsqu’il a souligné que « la Grèce paiera un lourd tribut ».

Dendias : aucun défi ne reste sans réponse

« Il y a en effet une escalade dans la rhétorique du gouvernement turc, qui même sur le plan verbal ne préserve plus les prétextes et remet en cause les acquis des décennies, avec des objections scandaleuses, au-delà de tout sens de la logique et, bien sûr, de la légitimité internationale », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias.

Nikos Dendias souligne à cet égard qu’il est absolument clair que la Grèce ne laisse aucun défi sans réponse et affirme que personne n’a le droit de se faire d’illusions sur la volonté de notre pays de défendre sa souveraineté et ses droits souverains.

De même, le ministre des Affaires étrangères précise une fois de plus que la Grèce souhaite un dialogue constructif et la promotion d’un « agenda positif », mais toujours sur la base du droit international et en particulier du droit international de la mer.

Défendre les droits souverains, mais aussi une fenêtre sur le dialogue

Il est rappelé qu’en ce qui concerne les relations gréco-turques, Kyriakos Mitsotakis, dans un discours aux ambassadeurs et représentants permanents grecs à l’étranger, a réitéré « la Grèce est prête pour un dialogue, fondé sur la légitimité internationale », tout en soulignant que notre pays est également prêt pour la souveraineté et les droits souverains, un objectif servi par les accords de la Grèce avec des pays de la région, tels que l’Italie et l’Égypte, les alliances tripartites en Méditerranée orientale et l’approfondissement des relations avec les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, ainsi que les accords de défense avec la France et les USA.

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.