L’Académie brésilienne des lettres célèbre son 125e anniversaire ; se souvenir des histoires et des curiosités | Fantastique

La Maison de la littérature brésilienne a son propre drapeau et sa propre devise : « Ad Immortaltam », ou « vers l’immortalité » en portugais. Le temps peut passer, mais les pages déjà écrites ont une vie propre, des chemins infinis et ne meurent jamais. Et préserver notre langue et notre histoire est exactement l’un des objectifs de l’académie.

« Nous ne faisons pas de politique, mais nous défendons des valeurs et ces valeurs sont la liberté d’expression et de pensée », explique Merval Pereira, président de l’ABL.

Quand a été fondée en 1897, inspirée de l’Académie française, l’ABL n’a toujours pas de siège. Les écrivains se réunissaient au même endroit toutes les heures. Le premier président était Machado de Assis.

Depuis le début, il y a 40 membres. A chaque nouvelle vacance de poste, les universitaires entrent dans une salle, déposent leurs votes dans l’urne, et après le dépouillement, les votes sont brûlés.

Après l’annonce du nom, les préparatifs commencent pour la cérémonie d’inauguration, un grand événement.

L’honneur est si grand que même de grands noms de la littérature, comme Guimarães Rosa, étaient nerveux avant et pendant l’inauguration. En 1963, il a reporté l’inauguration de trois ans, car il pensait qu’il allait mourir d’émotion. Lorsqu’il a finalement décidé de participer à la cérémonie, il est mort d’une grave crise cardiaque trois jours plus tard.

Une cérémonie d’introduction comporte différentes phases. L’un se déroule dans un endroit appelé la « salle de réflexion ». Juste avant de devenir immortel, le nouveau membre de l’académie se tient là seul, pensant. Jusqu’à ce que, au bon moment, trois académiciens viennent le chercher pour se rendre à la salle noble.

Dans la salle principale, les places sont numérotées. Chacun porte le nom d’un mécène. Une ode aux autres écrivains.

Une autre tradition de l’ABL est le thé du jeudi, une invitation qui ne se refuse pas.

« C’est un moment pour nous de nous rencontrer de manière informelle, sans avoir à avoir un ordre du jour tout fait », déclare l’immortel Antônio Cicero.

Au moins 38 œuvres écrites par des membres de la GLA se sont déjà transformés en feuilletons, séries, mini-séries et films. ‘O Auto da Compadecida’, d’Ariano Suassuna; ‘Grande Sertão Veredas’, de Guimarães Rosa et ‘Tieta’, de Jorge Amado, en sont quelques exemples.

Et, dans le cadre de l’hommage des 125 de l’académie, ce lundi (18) le séminaire « De Folhetim à Telenovela » se tiendra aux Studios Globo. L’événement compte sur la participation d’artistes et de membres de l’ABL. Regardez le rapport complet dans la vidéo ci-dessus.

Écoutez les podcasts de Fantastico

le balado C’est fantastique est disponible sur g1, Globoplay, Déezer, Spotify, Podcasts Google, Podcast Apple et Musique Amazone grands reportages, enquêtes et histoires fascinantes dans un podcast avec le sceau du journalisme Fantástico : profondeur, contexte et information. Suivez, aimez ou abonnez-vous à C’est fantastique sur votre lecteur de podcast préféré. Il y a un nouvel épisode chaque dimanche.

Le podcast ‘Prazer, Renata’ est disponible sur g1, sur Globoplayau Déezerau Spotifyau Podcasts Googleau Podcast AppleAbeille Musique Amazone ou dans votre application préférée. Suivez, abonnez-vous et likez « Amusez-vous, Renata » sur votre plateforme préférée. Il y a un nouvel épisode chaque lundi.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.