L’Australie a battu le Pérou aux tirs au but pour atteindre la Coupe du monde au Qatar

Les fans passionnés et persistants du Pérou ont scandé le refrain pendant une grande partie du match : « Allez, Péruviens, ce soir, nous devons gagner. » Un tollé populaire qui avait la perspective de participer à la deuxième Coupe du monde consécutive. Et la vacance n’est pas venue. L’Australie a gagné aux tirs au but et participera à la Coupe du monde du Qatar en novembre.

Le match à Doha était techniquement d’un niveau bas, avec 0 à 0 de courage pendant 120 minutes, prolongations comprises. Mais le résultat était meilleur pour les Australiens et pour le gardien Redmayne, personnage de la confrontation car il est entré en fin de prolongation et a défendu l’attaque décisive et a repris le but de Valera. Son comportement au moment de l’inculpation a attiré l’attention : il faisait du catimba, provoquait et se déplaçait sans arrêt en laisse.

L’équipe classée entre désormais dans le groupe D, avec la France, le Danemark et la Tunisie comme adversaires. Les débuts sont face aux Français, le 22 novembre, au stade Al Janoub.

La dynamique du jeu

L’Australie est entrée sur le terrain avec une proposition très claire. Une équipe disciplinée, qui a bien marqué et était physiquement supérieure au Pérou. Les lignes compactes lui ont permis de marquer des occupés par moments puis de se positionner rapidement en bloc devant le domaine, rendant difficile l’élevage péruvien. Offensivement en revanche, rien de trop poussé.

La première mi-temps n’était pas très prometteuse pour les deux équipes. Au Pérou, il y a eu beaucoup de problèmes de fluidité de jeu avec Cueva et Carrillo, qui devraient être les plus décisifs. Lapadula a reçu peu de balles et a également disparu. En deuxième mi-temps, le Pérou avait encore plus le ballon à ses pieds pour tenter quelque chose. De mauvaises décisions dans certaines échappées plus proches de la zone ont mis les matchs en péril. À tel point que Carrillo a été le premier à être remplacé.

Le Pérou a commis de nombreuses fautes techniques individuelles, avec des passes et des erreurs de domination. L’Australie a fait quelques fentes dans les extrémités en seconde période. Une équipe froide qui, oui, aurait pu marquer, après avoir attendu la majeure partie des 90 minutes pour voir si les Péruviens rendraient le jeu plus dynamique.

l’extension

Sans buts sur deux mi-temps, la définition du classé à la coupe atteint les prolongations. La première mi-temps a également eu une forte dose de monotonie. Mais le match retour a pris un air de drame plus intense. En trois minutes, le Pérou a eu une chance avec Cueva, qui l’a mal pris dans la surface et l’a envoyé, et une autre avec Flores – la tête après qu’un ballon haut ait explosé sur le poteau.

L’entraîneur australien pensait déjà aux tirs au but et a remplacé le gardien : le capitaine, Mathew Ryan et Andrew Redmayne sont entrés en jeu.

La séance de tirs au but

Le Pérou a même pris les devants après que Gallese ait défendu l’attaque de Boyle dans le premier. Mais Advíncula a frappé le poteau et les Australiens ont réussi à égaliser. Tous les frappeurs ont ensuite touché la cible, jusqu’à ce que Valera, le remplaçant de Cueva pendant le match, soit arrêté par Redmayne.

Le meilleur du Pérou (avec le bal) a raté le penalty

Advíncula a été le meilleur joueur du Pérou pendant les 120 minutes. Défensivement, l’arrière droit a eu une participation très équilibrée et grâce à son jeu rapide et solide, il a réussi à réaliser quelques échappées sur l’aile. Certains efforts semblaient désespérés malgré le manque d’inspiration de l’équipe dans son ensemble. Cependant, il a frappé le poteau aux tirs au but.

le meilleur de l’Australie

Aaron Mooy était le joueur principal de l’équipe nationale australienne. Il a « tamponné » pratiquement toutes les balles de la construction de son équipe, trouvant des passes clés qui ont déclenché des situations prometteuses en attaque. Il est le grand cerveau de l’équipe. Dans tous les cas, la meilleure chance pour l’Australie est venue des pieds de Behich, après un mouvement vers la gauche dans lequel il a remporté deux duels et s’est écrasé près du poteau gauche de Gallese.

Les supporters péruviens en spectacle

Le match à Doha n’avait pas seulement l’atmosphère d’une Coupe du monde, non seulement à cause de la partie décisive du match, mais aussi à cause de la grande présence de supporters péruviens. C’était environ 10 mille. Plusieurs d’entre eux s’étaient déjà associés la veille pour favoriser la sélection à la porte de l’hôtel. Pendant le jeu, l’audio ambiant était la grosse caisse et les autres instruments de musique que les fans péruviens ont apportés avec eux.

Des supporters péruviens dans les tribunes du stade Ahmed bin Ali, au Qatar, lors du choc Australie-Pérou pour les éliminatoires de la Coupe du monde. 13-06-2022

Image : KARIM JAAFAR/AFP

La climatisation fonctionne

Malgré une autre journée chaude de l’été qatari, le système de climatisation du stade a de nouveau fonctionné. Selon les membres des organisateurs du match, la température sur le terrain était de 19°. Grâce à la technologie de refroidissement, la température peut être ajustée et il existe des différences dans les différents secteurs du stade.

L’utilisation du stade à la Coupe du monde

Le stade Ahmad Bin Ali, à Al Rayyan, accueillera sept matches de Coupe du monde, six du premier tour et un des huitièmes de finale. Parmi les affrontements programmés figure le match entre l’Angleterre et le Pays de Galles, aux côtés de la Belgique contre la Croatie.

le poste qui manque

Demain (14) sera connu comme le dernier à se qualifier pour la Coupe du monde au Qatar. Le différend aura lieu entre le Costa Rica et la Nouvelle-Zélande, également à 15h00 (heure de Brasília)

AUSTRALIE 0 (5) X (4) 0 TURQUIE
Éliminatoire Coupe du Monde 2022 – Barrage intercontinental
Lieu : Stade Ahmad Bin Ali, Doha (Qatar)
Date/Heure : 13/06/2022, à 15h00 (heure de Brasilia)
Arbitre : Slavko Vincic (ESL)
Assistants : Tomaz Klancnik et Andraz Kovacic (ESL)
Cartons jaunes : Atkinson (AUS)
Buts: –

Australie: Mathew Ryan (Redmayne), Atkinson (Karacic), Wright, Rowles et Behich (Goodwin); Mooy, Irvine, Boyle et Hrustic ; Mitch Duke (Mabil) et Mathew Leckie (MacLaren). Entraîneur : Graham Arnold.

Pérou: Gallese, Advincula, Zambrano, Callens et Trauco ; Tapia, Peña (Aquino), Gonzalez, Carrillo (Flores) et Cueva (Valera); lapadule. Entraîneur : Ricardo Gareca.

*Le journaliste voyage à l’invitation du Comité suprême pour la livraison et l’héritage

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.