L’autonomie hospitalière ne résout pas le manque de compétitivité des salaires dans le SNS

« L’autonomie n’a pas résolu le problème des salaires (…). Nous serions coincés de toute façon. Pour le moment, notre problème n’est même pas les licences gouvernementales, que nous avons, notamment pour les infirmières, mais nous ne pouvons pas les remplacer car le travail est lourd et la rémunération n’est pas attrayante », a déclaré João Oliveira.

Interrogé par Lusa, le responsable a rappelé que le problème du manque de médecins, d’infirmières et d’autres professionnels de la santé « n’est pas nouveau, ni exclusif à l’IPO de Lisbonne, mais à l’ensemble du Service national de santé », soulignant qu’il s’agit d’un sujet « le trop discuté ces dernières années ».

« Nous soulevons nous-mêmes cette question depuis plusieurs années, en soulignant les difficultés qui existent dans la fonction publique pour retenir les professionnels, à savoir les plus qualifiés, et les graves problèmes que cela pose », a-t-il ajouté.

Le manque d’agents de santé à l’IPO de Lisbonne a été rappelé aujourd’hui par TSF, qui a indiqué que « la pénurie chronique d’infirmières conditionne l’activité », ajoutant que l’unité de soins intensifs, qui compte huit lits, fonctionne. trois en raison du manque d’infirmières.

S’adressant à Lusa, João Oliveira a rappelé que le problème n’est pas seulement portugais, ce qui est un exemple : « Si on fait attention aux nouvelles de l’étranger, on verra que c’est un problème qui se pose aussi en France, avec exactement les mêmes contours comme au Portugal, avec des prestations extérieures très peu satisfaisantes ».

« Vous vous mettez en Italie et mettez en danger le ministre de la Santé lui-même ; est placé en Belgique et est en Angleterre depuis de nombreuses années, et en reste au point que (…) le National Health Service anglais, qui avait les meilleures caractéristiques, est actuellement pratiquement une centrale d’achat, acquérant des services externes pour effectuer le service public, avec l’insatisfaction des citoyens et une baisse notable de la qualité du service », a-t-il expliqué.

C’est donc une idée qui vient du fait qu’un Etat doit être petit et confondre le service public et le profil des services publics avec les services que peuvent rendre les services privés.

Le président de l’IPO de Lisbonne a souligné que le service public n’a pas à concurrencer le service privé, car il a un caractère différent : « Satisfaire le citoyen est une chose, l’accumulation des avantages commerciaux de la fourniture de soins de santé en est une autre. « et, qui peuvent être complémentaires à certains égards, l’essence des services publics doit avoir une dimension, une échelle, une qualité complètement différente des services privés ».

« Il ne s’agit pas seulement d’une évaluation subjective des conditions de travail. C’est essentiellement une question de rémunération (…) Nos professionnels au Portugal quittent la fonction publique principalement pour des raisons de salaire inférieur et nous parlons de professionnels cliniques et non cliniques. Et tous les services de soutien dans les hôpitaux ont le même problème », a-t-il déclaré.

João Oliveira a souligné le paradoxe selon lequel les techniciens différenciés sont très bien payés dans le service privé, contrairement à ce qui se passe dans le service public.

Il a également expliqué qu’un hôpital est « une entreprise complexe avec de multiples activités qui doivent être combinées pour que le résultat soit le meilleur possible pour le citoyen » et que le SNS a donc besoin des meilleurs professionnels.

« Si nous démissionnons et si nous pensons que tout est susceptible d’être externalisé, alors nous avons le résultat qui est malheureusement déjà visible en Angleterre », a-t-il ajouté.

Le responsable de l’IPO à Lisbonne a également souligné que le Portugal a des particularités dont il pourrait bénéficier : « Malgré tout, nous sommes relativement petits. Nous sommes très fiers du National Health Service et il y a une confluence d’opinions favorables à travers le spectre politique.

« Je pense que malgré tout, nous avons eu une chance de résister à ce mouvement mondial d’une manière différente (…) Le Portugal a la preuve que le Service national de santé est bon et pourrait l’apprécier », a-t-il conclu.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.