Le 14e titre de Jesualdo met en lumière la tendance portugaise en Égypte

Zamalek de Jesualdo Ferreira devient champion d’Egypte pour la 14ème fois

Esualdo Ferreira a de nouveau été couronné champion de football égyptien huit ans plus tard par Zamalek, soulignant le « sceau » partagé avec quatre autres entraîneurs portugais dans les succès de haut niveau de ce pays.

Avec la défaite de Pyramids lors de la visite à Future (0-1), lors d’un match en 32e et avant-dernier tour, les « blancs » ont déjà fêté leur 14e sceptre, et le deuxième d’affilée, à la veille de la réception d’Al Ittihad, un mois après avoir remporté la Coupe d’Egypte 2020/21.

Zamalek compte 75 points, contre 68 pour Pyramids, qui n’a plus qu’un match à jouer et ne peut ajouter que six points à la fin, sur un podium fermé par Al-Ahly, le recordman des titres, avec 42, qui compte 64 points et a été formation depuis juin par le portugais Ricardo Soares.

Jesualdo Ferreira, dont le retour aux commandes du club de Gizeh a eu lieu en mars, a réinventé le succès de 2014/15 – dans une campagne alors lancée par son compatriote Jaime Pacheco – pour promouvoir la relation fructueuse des entraîneurs portugais avec l’Egyptien pour respirer. nouvelle vie au football.

Dans un pays dont l’équipe principale est actuellement dirigée par Rui Vitória, Nelo Vingada a porté ses rivaux Zamalek (2003/04) et Al-Ahly (2008/09) au sommet, au milieu de la « dynastie » aux six titres de Manuel José (2004/09). 09) 05, 2005/06, 2006/07, 2007/08, 2008/09 et 2011/11) au Caire, où José Peseiro a également remporté un championnat des « aigles rouges ».

Jesualdo Ferreira, 76 ans, a ajouté son 14e titre en carrière à son palmarès, dont un « triple championnat » portugais avec le FC Porto (2006/07, 2007/08 et 2008/09), et un Qatar par Al-Sadd (2018/19 ), en plus de plusieurs coupes nationales.

L’homme de Mirandela suit plus de quatre douzaines de compatriotes victorieux à travers les frontières et a contribué à faire de l’Egypte le pays où le plus de championnats sont remportés par des entraîneurs portugais (11), dans un continent africain aux 21 cas de réussite.

Alors que Bernardino Pedroto a célébré cinq fois en Angola – trois pour l’ASA et deux pour Petro Luanda – sept entraîneurs ont dirigé le Mozambique et réalisé des exploits au Cap-Vert, en Libye, au Maroc et en Tunisie, Carlos Gomes s’imposant comme le premier Portugais victorieux à l’extérieur du pays. , en 1970/71, par les Algériens du MC Oran.

En Europe, les entraîneurs portugais ont déjà gagné dans 13 pays, sans compter le Portugal, dont des réalisations dans quatre des cinq principaux championnats du « vieux continent », outre la Bulgarie, Chypre, la Grèce, Israël, le Luxembourg, la Roumanie, la Russie, la Suisse. et Ukraine.

Le plus responsable de ce CV est José Mourinho, qui reste le seul à avoir triomphé en Espagne, pour le Real Madrid (2011/12), en Angleterre, où il est devenu triple champion de Chelsea (2004/05, 2005/ 06 et 2014/15), et en Italie, « bisando » à l’Inter Milan (2008/09 et 2009/10).

L’actuel entraîneur des joueurs de la Roma n’a jamais travaillé en Allemagne ni en France, pays où ils ont déjà battu Artur Jorge, pour le Paris Saint-Germain, en 1993/94 et 1994/95, et, plus récemment, en 2016/17, Leonardo Garden, employé de Monaco.

En Asie, il y a des « drapeaux » portugais dans neuf pays – Arabie Saoudite, Chine, Corée du Sud, Hong Kong, Macao, Malaisie, Maldives, Qatar et Vietnam – surtout José Morais, après deux sceptres chez les Coréens de Jeonbuk et un par les Saoudiens d’Al-Hilal.

Le Brésil et l’Équateur, tous deux en Amérique du Sud, ont récemment été ajoutés au tableau des 32 pays qui ont vu des entraîneurs portugais couronnés de succès, via Jorge Jesus, vainqueur avec Flamengo (2019), et Renato Paiva, vainqueur avec Independiente del Valle (2021).

S’il n’y a pas de victoire en Océanie, l’histoire en Amérique du Nord se résume au « bi » de Guilherme Farinha au Costa Rica, qui a représenté Alajuelense, en 1999/00 et 2000/01, et au titre mexicain de Pedro Caixinha avec Santos Laguna, en 2014/15. .

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.