« Le démon parle de Dieu » • Nouvelles de Grajaú

Reproduction/YouTube – 20.08.2022

Lula s’est exprimé ce samedi lors d’un meeting à Anhangabaú

Le candidat du PT à la présidence, Luiz Inácio Lula da Silva, a défendu l’État laïc samedi (20) en accusant ses opposants d’utiliser les églises comme plate-forme politique.

« La question religieuse est tellement à la mode en ce moment. Et je ne veux pas parler de religion. Il y a beaucoup de fausses nouvelles. Il y a des démons qui parlent de Dieu et il y a des gens honnêtes qu’on appelle des démons. Il y a ceux qui transforment l’église en plate-forme politique. Je défends l’État laïc. L’État n’a pas à avoir de religion. Les églises n’ont pas besoin d’avoir un parti politique », a-t-il dit.

Dans la dernière partie du discours, Lula – qui est désavantagé dans l’électorat évangélique par rapport à son adversaire, le candidat à la réélection du PL, Jair Bolsonaro – a déclaré que les fidèles devraient défier les pasteurs s’ils mentent.

« Si le pasteur dit quelque chose de grave, nous le respectons. S’il ment, nous devons lui faire face. Au nom de Dieu, vous ne pouvez pas mentir ici ou ailleurs dans le monde. »

L’ancien président a également qualifié Bolsonaro, sans mention directe, de « génocidaire » à nouveau. Le PT a défendu l’ancienne présidente Dilma Rousseff (PT) et l’a comparée à son adversaire. « Qu’est-ce qu’une chevauchée contre les motards que ce génocidaire fait aujourd’hui ? », a-t-il demandé.

Lors du deuxième rassemblement depuis le début de la campagne électorale, l’équipe de Lula a choisi d’installer un podium à Vale do Anhangabaú, au centre-ville de São Paulo. C’est à cette adresse qu’une des plus grandes manifestations du mouvement Diretas Já est organisée en avril 1984, avant la fin de la dictature militaire et avec la participation de Lula.

Dans son discours, Lula a adressé des messages directs à Bolsonaro, citant la possibilité que le président ne remette pas la bannière s’il est élu en octobre.

« Je voulais envoyer un message à notre adversaire, à l’homme du palais. Préparez-vous, Bolsonaro. Sois prêt. Ne vous inquiétez pas pour Lula. Ne vous inquiétez pas pour Alckmin. Nous ne vous ferons pas de mal. Qui vous le fera, Bolsonaro, c’est le peuple brésilien qui en a assez de tant de mensonges, d’injustices et de souffrances », a-t-il dit, pointant la possibilité que Bolsonaro ne remette pas l’écharpe présidentielle en cas de défaite. « ‘Oh, si je perds, je ne rendrai pas la bannière’. Livrera, oui. Parce que c’est le peuple qui nous accrochera le drapeau.

Provocation des sondages

Les provocations pour Bolsonaro n’ont pas manqué dans le discours de Lula. L’ancien président a appelé la série de mesures gouvernementales connues sous le nom de portefeuille vert et jaune pour attaquer l’adversaire. Il a également déclaré que Bolsonaro « se ronge les ongles » à chaque nouveau sondage.

« Que Bolsonaro prenne son portefeuille vert et jaune et le glisse où il veut. Nous voulons un contrat signé. C’est ma maison, ma vie. Ne pense pas que je suis nerveux. Celui qui doit être nerveux est mon adversaire. Ces jours-ci, j’ai appris qu’à chaque recherche, il commençait à se ronger les ongles. Elle n’a plus d’ongles, elle a commencé à se ronger les doigts. Louez l’institut que vous voulez, vous pouvez louer. Si les sondages sont comptés le 2 octobre, Lula gagnera avec la chayotte », a-t-il déclaré.

Lula s’est également comparé lui-même, le PT et l’ancienne présidente Dilma à Tiradentes. « Il y avait beaucoup de gens qui pensaient que Lula était mort. Ils ont découpé Tiradentes, mais les idées libertaires de Tiradentes sont toujours là.

Le PT a même réfuté la nouvelle selon laquelle le PT était préoccupé par son vote. Il a dit qu’il « n’a pas besoin de parler » pour se connecter avec les électeurs. La voix de Lula a failli lors de son allocution ce samedi.

Auparavant, le président du PT, Gleisi Hoffmann, avait qualifié les participants au rallye d' »armée ». Il a demandé aux supporters de Lula, arrivés sur scène vêtus d’une veste corinthienne, de devenir des « agents de campagne », contribuant aux actions de rue et sur les réseaux sociaux. En parlant de plateformes Internet, elle a mentionné les « robots » du président Jair Bolsonaro, dit-elle, faisant référence à l’utilisation par les opposants de robots virtuels pour partager de fausses informations.

Cinq écrans diffusent les images de la plateforme. Étaient également présents le candidat à la vice-présidence Geraldo Alckmin (PSB), l’ancienne présidente Dilma Rousseff (PT), le candidat du PT au poste de gouverneur de São Paulo, Fernando Haddad, et le candidat du PSB pour le sénateur de São Paulo, Márcio França. Nouvel allié, notamment pour les réseaux sociaux, André Janones (Avante) a également pris la parole.

La scène de l’événement de samedi a été construite pour Viaduto do Chá. La zone séparée pour le rallye mesure environ 260 mètres de long et environ 45 mètres de large – du Viaduto do Chá à l’Avenida São João.

Des publicités, des images et des jingles de la campagne de Lula, Haddad et Márcio França ont été diffusés sur les grands écrans avant le début des discours. Pendant l’hymne national et le discours de Lula, un drapeau brésilien d’environ 50 mètres de long et 25 mètres de large a été étiré. L’acte a été organisé par le Levante Popular da Juventude. Une autre banderole, ce drapeau rouge de PT, mais de taille similaire, dit « les gens au-dessus des profits ».

Comme pour le premier rassemblement de Lula, jeudi dernier (18) à Belo Horizonte (MG), l’événement a été présenté par le journaliste Chico Pinheiro.

L’événement a commencé à 11 heures, lorsque les thermomètres de São Paulo ont enregistré 12°C. L’accès public a commencé à 8h. Les syndicalistes et les membres des mouvements populaires étaient en force.

La sécurité de l’événement a été organisée par la Police Fédérale. 40 pompiers ont également été envoyés. La zone était entourée et fermée par des plaques de métal d’environ deux mètres de long. Il fallait chercher pour entrer.

Rejoignez la chaîne Last Second sur Telegram
et voir les nouvelles les plus importantes de la journée au Brésil et dans le monde. Suivez également le profil général du Portail iG.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.