Le leader Sérgio Sousa Pinto et les avertissements de Graça Freitas


















La gauche radicale, apparemment plus extrême, réalise ce qu’elle a toujours voulu : créer le chaos dans des pays qui étaient en quelque sorte des références au monde. Les États-Unis comme la France sont aux prises avec une bipolarisation dans laquelle la place se fait rare pour les modérés, épris de démocratie et de liberté.

Et pourquoi est-ce que je dis que la gauche radicale est à blâmer ? Pour une raison très simple : avec leurs rêveries qui n’ont rien à voir avec la vie des simples mortels, ils ont fait monter violemment l’extrême droite. Regardez l’histoire de l’interdiction de l’avortement aux États-Unis ou la possibilité que chaque ville se transforme en un nouveau western, où les citoyens peuvent se promener avec des fusils à la ceinture. L’absurdité des 50 genres et autres – combien d’enseignants n’ont pas été licenciés pour s’être trompés sur le sexe avec lequel l’élève voulait être traité, sans parler du sexe – n’en sont qu’un exemple.

En France, en revanche, le manque d’ordre a fait croître comme jamais l’extrême droite, de huit députés à plus de 80. Force est de constater qu’ici la gauche dite radicale – je n’ai toujours pas compris pourquoi pas considérée comme l’extrême gauche est considérée – creusera de plus en plus la tombe de la démocratie chaque jour en défendant l’indéfendable et en combattant les riches au lieu de combattre les pauvres. Ce que nous devrions vouloir, c’est une société plus riche, ou en d’autres termes, nous devrions vouloir abolir les pauvres et non les riches. La pauvreté doit cesser en mettant l’accent sur la création de richesse. Mais ce n’est pas ce que veulent les Mélechons de la vie. Ensuite, il y a des phénomènes comme le cabotino Jair Bolsonaro, mais le Brésil est à la merci d’un duo déconseillé : ils vont devoir choisir entre un ex-corrompu et un con d’extrême droite.

Et ce sont ces exemples qui se répandent dans le monde, laissant ouvert le retour des guerres civiles, car on pensait que ce n’était pas possible. Espérons que non.

Ici, nous vivons notre petitesse, où un député du parti au pouvoir est le véritable chef de file de l’opposition : Sérgio Sousa Pinto parvient à être plus précis et plus libre que toute la banque PSD réunie. Se pourrait-il que les sociaux-démocrates aient fermé leurs portes et attendent que Rui Rio soit le croque-mort de service ? Marcelo Rebelo de Sousa attend peut-être Luís Montenegro qui, s’il ne prend pas la route, verra Chega s’envoler encore plus aux côtés de Sérgio Sousa Pinto qui commence à s’imposer comme un autre nom pour une future candidature à la présidence de la république . Soit ça, soit passer, dans quatre ans, à un nouveau parti.

Si nous continuons ici, Graça Freitas ne peut-elle pas ouvrir la bouche ? Selon le directeur général de la santé, qu’est-ce qui était un crime ? Attirer l’attention sur les intoxications alimentaires courantes en été est bienvenu plutôt que de « plaisanter » sur la place publique. Comme le président de la république, il a aussi attiré l’attention sur les dangers de tomber malade en août, alors qu’il y a beaucoup moins de médecins. S’il est clair que personne ne tombe malade volontairement, il est également vrai que si nous sommes très prudents, nous pouvons prévenir les accidents, etc.

Deux autres notes. José Rodrigues dos Santos, le seul journaliste de télévision qui refuse d’être au micro dans les soi-disant émissions d’opinion des différents commentateurs – vous vous souvenez de ce qu’il a fait dans l’émission de José Sócrates ? –, est ridiculisé pour avoir annoncé sur Telejornal qu’un de ses livres sera adapté à la télévision. Mais est-ce un problème ? Le Portugal est en effet un pays sombre.

Enfin, je suis rarement, voire jamais, d’accord avec Isabel Moreira, bien que parfois nous défendions même la même chose, mais cette fois, je suis obligé d’être de son côté. Il y a des limites à tout et allumer les caméras de télévision pour faire entendre la haine qui a fait rage lors des funérailles de l’enfant mort est barbare au-dessus de l’acceptable…

vitor.rainho@sol.pt



Les commentaires sont désactivés.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.