« Le monde a besoin du Brésil dans le débat environnemental »

En tant que fonctionnaire des Nations Unies, Achim Steiner s’abstient de commenter les scénarios politiques nationaux des pays. Quant au Brésil, son pays d’origine, il affirme qu’il est indéniable que l’assouplissement des politiques environnementales ces dernières années a entraîné une augmentation de la déforestation et, avec elle, des émissions de gaz à effet de serre.

Sans nommer Jair Bolsonaro, il dit regretter le manque d’implication du pays, internationalement reconnu par le passé pour ses positions pionnières, dans la discussion mondiale pour faire face à la crise environnementale.

Steiner a dirigé le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), qui a été créé après la Conférence de Stockholm en 1972, et depuis 2017, il dirige le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Dans une interview pour DW lors de la conférence de Stockholm+50, il a déclaré qu’il pensait qu’en tant qu’héritage, la réédition de la réunion de 2022 apporterait davantage de coopération entre les pays. « Bientôt, huit milliards de personnes sur cette planète devront travailler ensemble pour changer la façon dont elles relient l’économie et l’écologie », dit-il.

DW: Selon vous, à quels changements peut-on s’attendre après la conférence Stockholm+50 ?

Achim Steiner: Parce que la conférence n’est pas dans la nature d’un résultat qui est le résultat d’un processus de négociation, ceux qui espéraient que Stockholm+50 lancerait quelque chose de nouveau risquent d’être lents à voir l’impact.

La vérité est que le monde est retourné à Stockholm d’une part pour réfléchir à ce qui s’est passé il y a 50 ans et d’autre part pour voir ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas si bien fonctionné.

Alors que nous sommes profondément préoccupés par la gravité de la crise environnementale actuelle, nous oublions à quel point nous avons réussi à nous appuyer sur le travail de ceux qui étaient visionnaires il y a 50 ans.

La conférence de 1972 a en fait donné naissance au Programme des Nations Unies pour l’environnement. Plus tard, il a également fixé les conditions de la signature du Protocole de Vienne, qui a donné pour la première fois au monde les outils nécessaires pour se rassembler pour réparer le trou dans la couche d’ozone.

Nous avions un trou dans la couche d’ozone ! Imaginez ce que c’était que de gérer cette nouvelle là-bas ! Mais l’ONU, avec une plate-forme environnementale, a pu rassembler les gouvernements, le secteur privé, la science et aujourd’hui nous pouvons dire que nous avons réussi cet accord environnemental.

La conférence de 1972 a eu lieu lorsque les pays européens se sont affrontés sur la pollution de l’air, les pluies acides, le non-respect des frontières et la destruction des forêts dans d’autres pays. Beaucoup de choses se sont passées depuis, nous avons 500 accords multilatéraux. Comprendre que beaucoup a été fait fait partie de la compréhension du pourquoi pas assez n’a été fait.

Pour ceux qui sont au Brésil, il pourrait être intéressant de réfléchir au contexte mondial différent dans lequel nous vivons. En 1972, la conférence était perçue comme un rassemblement de pays industrialisés où les pays en développement arrivaient et disaient qu’ils avaient des problèmes très différents.

Nous voici, en 2022, confrontés aujourd’hui à une menace existentielle. Nous vivons à l’ère de l’anthropocène, lorsque les humains sont devenus si dominants qu’ils modifient le système de base de la survie sur la planète. Atmosphère, biosphère, océans. Bientôt, huit milliards de personnes sur cette planète devront travailler ensemble pour changer la façon dont elles relient économie et écologie. Stockholm, en 2022, a été l’occasion de souligner que nous devons encore nous améliorer pour faire face à ces défis.

Avons-nous 50 ans pour améliorer notre façon de faire face à cette menace existentielle ?

Nous n’avons pas le temps. Dans certains cas, le temps est écoulé. Il y a des espèces qui ont disparu, il y a des rivières qui s’assèchent, des gens sont morts à cause de la pollution de l’air. L’Organisation mondiale de la santé estime que sept millions de personnes meurent prématurément chaque année à cause de la pollution. Nous sommes trop tard pour celui-ci.

La pollution est le résultat de la complaisance de l’humanité à pouvoir lutter contre la pollution, mais nous choisissons de ne rien faire car cela coûte trop cher.

Comment dire cela à quelqu’un qui vit sur l’autoroute et qui a un enfant qui a du mal à apprendre ? La combustion de l’essence au plomb a affecté des milliers et des milliers d’enfants ! Il nous a fallu des décennies pour mettre fin à l’utilisation du plomb dans l’essence. C’est quelque chose qui peut être fait parfaitement, mais pour des raisons que nous ne pouvons qu’imaginer, cela n’aurait pas pu arriver plus vite.

Nous n’avons pas plus de temps, mais nous devons être plus stratégiques dans la façon dont nous avançons. Nous n’avons pas besoin de nouveaux plans. Nous avons la science. Nous avons aussi des contributions déterminées au niveau national (NDC) qui dictent des réductions d’émissions de gaz à effet de serre, nous avons des stratégies de biodiversité.

Les pays doivent maintenant intégrer ces engagements dans le processus économique et d’élaboration des politiques. Et nous, en tant que communauté internationale, devons travailler ensemble, nous soutenir mutuellement et exiger davantage d’investissements dans cette transition. Nous avons besoin de plus d’exécution, plus d’action, plus de collaboration.

Les plus touchés par ces problèmes, comme ceux que vous avez mentionnés qui vivent le long des autoroutes, ne peuvent pas demander plus de vitesse ici. Surtout à Stockholm, qui a des coûts très élevés. Comment les conférences des Nations Unies peuvent-elles jeter ces ponts entre la communauté internationale et les gouvernements au nom de ceux qui sont le plus touchés par les problèmes environnementaux ?

Toute conférence mondiale sera toujours loin de la plupart des gens. C’est la nature de la réunion, c’est pourquoi nous avons choisi des représentants du gouvernement et de la société civile. C’est la nature d’essayer d’amener le monde à en discuter de temps en temps.

Dans ce cas, la Suède et le PNUE ont invité le Programme des Nations Unies pour le développement à organiser des consultations nationales dans 60 pays. Nous avons eu des centaines de ces réunions à travers le monde, où des citoyens de la société civile, des politiciens, des chercheurs, des personnes du monde privé ont discuté de l’agenda environnemental de leur pays et de ce qu’ils aimeraient voir débattre à Stockholm. 46 000 personnes y ont participé. C’est un pont qui peut être construit.

Pourtant, un rassemblement mondial peut finalement sembler abstrait. Vous devez retourner dans les pays, là où se trouvent les gens, dans de vrais endroits et prendre de vraies décisions.

En parlant de politique, le Brésil a toujours eu un poids important dans les conférences environnementales. Ce leadership a maintenant été remis en question. Comment voyez-vous le rôle du Brésil ?

Comme vous le savez, un fonctionnaire de l’ONU ne commente jamais la politique nationale. Ce n’est pas notre rôle de juger les agendas nationaux des pays. Mais le Brésil, juste parce que c’est le Brésil, est pertinent par rapport à ce qui se passe dans le monde. Que ce soit à cause de l’Amazonie, de l’agriculture ou des infrastructures de production d’énergie et du fait que le pays a encore l’une des émissions de CO2 les plus faibles de ce secteur. Ces choses déterminent la pertinence du Brésil pour le monde et pour le programme de durabilité environnementale.

Mais il est également vrai que ces dernières années, par sa propre articulation politique, le gouvernement brésilien a reculé dans la législation environnementale, perdant son engagement à faire face au changement climatique au niveau mondial, ainsi qu’à la perte de biodiversité. Tout cela a clairement eu un impact sur les niveaux de déforestation et, par conséquent, sur les émissions de CO2 résultant du défrichement de la forêt.

Tout cela est, en un sens, le produit d’un gouvernement élu avec un programme qui disait que l’environnement n’était pas important, qui ne croyait pas que la législation environnementale était en faveur de la majorité. Ce sont les citoyens brésiliens qui doivent juger si le Brésil est plus riche, meilleur, en meilleure santé ou plus pauvre aujourd’hui…

Je dois également mentionner qu’en 2021, le Brésil a soumis une CDN révisée et a relevé de dix ans l’objectif de zéro émission nette. Même un gouvernement qui a été clairement sceptique est considéré comme très réel que la menace du changement climatique est réelle. L’économie du Brésil est tellement dépendante du succès du monde dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Si vous regardez simplement l’Amazonie, dont je dis toujours qu’elle est la plus grande pompe à eau du monde, non seulement le Brésil, mais toute l’Amérique du Sud en dépend pour sa survie hydrologique.

Outre les incendies en Amazonie, les précipitations extrêmes qui ont récemment tué tant de personnes au Brésil, principalement les plus pauvres, illustrent la nécessité de penser à l’environnement, à la durabilité dans l’agenda du développement.

Le monde a besoin du Brésil. Il est très grand, très important, il a surtout été un précurseur dans la réflexion sur l’environnement et le développement durable. En ce sens, j’espère que le Brésil continuera à trouver sa voix, car sans le Brésil, nous sommes tous plus pauvres.

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.