Le PAOK dans la première bonne équipe a perdu en double – le parcours de l’Eintracht justifie l’Olympiakos. ne pas

L’exclusion du PAOK de Marseille et la qualification de l’Eintracht contre Barcelone est une bonne raison pour un montant européen.

Jeudi soir, il y avait beaucoup d’histoires grecques. L’exclusion du PAOK face à Marseille et la façon dont il est venu. Qualification de l’Eintracht contre Barcelone a ouvert une discussion sur l’Olympiakos et ce qu’il aurait pu accomplir dans le groupe de la Ligue Europa.

Tout d’abord, résumons l’histoire avec l’importance d’un événement par rapport à un autre. Le classement UEFA le fait une fois pour toutes. Le Ligue des champions est le plus grand événement interclubs d’Europe (et du monde). La Ligue Europa est à la deuxième place et Ligue de conférence Europa le 3ème. Aucune autre explication n’est nécessaire. Il n’y a pas une équipe qui n’ait pas célébré et nommé une Coupe des vainqueurs de coupe ou l’UEFA alors qu’il y avait à nouveau trois compétitions européennes sur le vieux continent.

Le bonbon qui o PAOK atteint les quarts de finale d’un tournoi inférieur est celui qui ne tiendra pas. Il fond rapidement. Bien sûr, les bonbons qui lui ont été soudainement utilisés fondent aussi rapidement décrocher la 15e place au classement UEFA à cause du PAOK. Ce n’est pas la réalité. Le principal coupable est le champion de Grèce. L’Olympiakos a fait le gâteau et le PAOK vient de mettre la cerise sur le gâteau à elle.

PAOK est à juste titre loué

LA PAOK se vante à juste titre de son parcours européen cette saison. C’était la seule équipe grecque à jouer contre l’Europe en avril. Avec μάν manches courtes on disait. En Europa Conference League ? En Europa Conference League. Là, il a été appelé à jouer, là, il a joué et il est allé assez loin. Il est à juste titre fier des points qu’il a accordés à notre pays cette année. En fait, les points apportés par le PAOK sont les plus élevés qu’une équipe grecque ait donnés en un an au cours des cinq dernières années. Dans l’ensemble, cependant, l’équipe de Lutsescu en avait plus de la moitié par rapport à l’Olympiakos.

Eh bien jusqu’à maintenant. Parce que c’est bien de commencer à parler de manière spécifique et réaliste. Le PAOK a dépassé Abel Ferreira l’an dernier† Il a éliminé Besiktas et Benfica. Surpasser, c’est quand il a éliminé Bâle et le Spartak Moscou. Aussi oxymore que cela puisse paraître, cette année, il a juste fait son travail et un peu plus. En route pour les matchs avec Marseille, il a rencontré deux équipes telles que Midtjylland et Gand. Des équipes qui peuvent vous nuire. Il a remporté trois de ces quatre matchs après avoir perdu la première fois. Bonne chance.

PAOK n’a pas dépassé

Le problème, c’est que dans la première très bonne grosse équipe qu’il a rencontrée, il a eu deux défaites. Le football a-t-il été rendu justice à Toumba ? Non. Les biceps du nord ne pouvaient pas supporter d’être battus en fonction des chances qu’ils avaient. Cependant, il a été vaincu, malgré le fait que les Français avaient des lacunes choquantes. Cela valait-il la peine de perdre en France ? Y a-t-il un but qui n’aurait pas dû compter pour « Fokais » – Voir les phases en détail ICI† Mais l’Europa Conference League n’a pas de VAR…

Le PAOK aura le même entraîneur sur le banc l’année prochaine et avec lui l’opportunité de corriger les lacunes du roster et de combler ce qu’il a laissé au milieu. Dépassement…

L’Olympiacos, la Ligue Europa et l’Eintracht…

L’Eintracht Francfort est certainement l’une des surprises de la Ligue Europa de cette année. LA olympique il l’avait dans son groupe et était deuxième derrière elle. Les Eagles ont éliminé Barcelone et font partie des finalistes. Autrement dit, une bonne raison pour les médias « rouge et blanc » de prendre position et de justifier le fait que l’équipe du Pirée… a fait ce qu’elle a pu.

Seulement, le parcours d’Eidracht ne doit pas et ne peut pas être dans la logique du « Regardez qui nous avons perdu », mais « Regardez ce que nous avons perdu ». Ces conversations mettent Olympiakos dans des cercles vicieux du passé qui n’ont aucune substance. Un exemple choquant dans de telles histoires pourrait être la Ligue des champions remportée par Liverpool en 2005. L’Olympiakos a dû concéder trois buts en une mi-temps pour l’omettre. Il les a acceptés. Et si le troisième était un tableau de lui ? Steven Gérardles deux précédents venaient de Sinama Pongol et Neil Mellor… En d’autres termes, il fallait se dire.

Passant à des situations plus récentes, il suffit de mentionner que Ludogorets, qui a éliminé l’Olympiakos des éliminatoires de la Ligue des champions, a été éliminé au tour suivant par Malmö et ses groupes. Ligue Europa obtenu… deux points dans un groupe avec Braga, Red Star et Midtjylland.

L’occasion manquée…

La dure réalité est que l’Olympiacos a perdu la chance de se qualifier dans son « 16 » Ligue Europa dans les jeux avec l’Eintracht. Dans la première moitié de la saison, les « aigles » étaient une équipe qui cherchait (car elle avait un nouvel entraîneur sur le bord du banc), elle n’était pas en forme et dans le jeu de Karaiskakis, elle est venue avec de sérieux lacunes, jouant avec 6/11 de la base. L’Olympiakos n’a pas gagné, ni détenu le match nul qui aurait pu atteindre le parcours et se démarquer Atalante… Parce que l’Eintracht dans le groupe n’a pu battre ni Fener ni Anvers deux fois…

Nouvelles sportives

La SDNA fait même de la propagande avec Kostas Tsimikas !

PAOK a obtenu cet argent de son cours européen !

Cette équipe anglaise veut Pedro Martins !

La défaite à domicile face à l’Eintracht

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.