Le pape François souligne la vie exemplaire de la bienheureuse Marie River

Le pape François a encouragé à suivre l’exemple de Marie Rivier en « ouvrant l’esprit des petits aux choses de Dieu, en prenant soin des autres et en admirant la création ».

C’est ce qu’a dit le Saint-Père le 14 mai, à la veille de la canonisation de la bienheureuse Mary River, qui sera déclarée sainte le dimanche 15 mai, en compagnie de Charles de Foucauld et de 8 autres bienheureux, reçus d’une délégation du diocèse de Viviers (France), sa patrie.

Après avoir mis l’accent sur les trois clés de la spiritualité de Charles de Foucauld »Evangile, Eucharistie et EvangélisationLe pape François a souligné le modèle de Marie Rivier.

Marie Rivier s’est engagée dans l’éducation des enfants et a fondé la Congrégation des Sœurs de la Mission de Marie.

« J’espère que vous ouvrirez l’esprit des petits aux choses de Dieu, au souci du prochain et à l’admiration pour la création », a déclaré le pape.

Dans cette ligne, le Saint-Père a souligné « combien c’est important ! J’espère qu’il y aura beaucoup plus de femmes de cette stature, humbles et courageuses pour faire connaître l’amour de Dieu aux petits qui ne demandent qu’à apprendre » et a ajouté admettre que « ce désir s’enracine dans une espérance qui ne déçoit pas ».

« Je le confie à la Vierge Marie, la mère de cette congrégation qui est aujourd’hui dispersée dans le monde entier et qui continue à travailler inlassablement pour les enfants, les jeunes et les exclus », a déclaré le Pape, priant pour qu’en quittant Rome « une plus grande l’amour de l’église ».

Le pape François a ensuite évoqué la cérémonie de canonisation du dimanche 15 mai, qui « donnera une image de l’universalité de l’Église et de ses multiples visages, tous centrés sur l’unique Rédempteur ».

« Je vous recommande tous à l’intercession spéciale de « vos » futurs saints, Marie Rivier et Charles de Foucauld. Puissent-ils toujours être un encouragement et une inspiration pour vous. De tout cœur, je vous bénis et, à travers vous, tous les fidèles de votre diocèse. Et s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi », a conclu le pape.

Courts détails biographiques

Anne Marie Rivier est née le 19 décembre 1768 à Montpezat-sous-Bauzon (France). Alors qu’elle n’avait que 16 mois, elle a eu un accident : elle est tombée de son lit et s’est cassé la hanche.

Cet accident lui a causé de graves problèmes de santé et l’a mis à rude épreuve durant son enfance, au point qu’il a dû se traîner avec ses mains pour se déplacer. Cependant, cette expérience l’a également amenée à découvrir sa vocation religieuse des années plus tard.

En 1774, la petite Marie River parvient à se relever à l’aide de béquilles, mais subit une autre chute qui l’empêche de se relever pendant encore deux ans. Puis, en 1777, à l’âge de 8 ans, sa détermination et sa foi en Dieu la conduisent à un rétablissement complet.

Après avoir surmonté cette situation difficile et découvert au milieu de ses souffrances sa vocation à la vie religieuse, River demande à être admise dans la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de Pradelles ; cependant, elle a été rejetée en raison de son état de santé « inapte ».

En 1786, alors qu’il n’avait que 18 ans, il fut autorisé à ouvrir une école et à se consacrer à la visite et aux soins des malades et des pauvres. La jeune Marie devient tertiaire dominicaine et franciscaine et ouvre un salon pour former au travail les jeunes chômeuses de la paroisse.

En 1789, lorsque la Révolution française éclate, il s’installe à Thueyts (France), où il rassemble quelques jeunes femmes. Malgré le fait que les révolutionnaires aient fermé les ordres religieux dans le pays, le 21 novembre 1796, fête de la Présentation de Marie au Temple, la petite communauté de River est née.

En 1801, sa communauté religieuse reçut l’approbation diocésaine et la congrégation se répandit dans le monde entier. Au total, la religieuse a fondé 141 foyers et accueilli plus de 350 sœurs pour poursuivre sa mission.

La bienheureuse Marie River est décédée le 3 février 1838 à Bourg-Saint-Andéol (France).

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.