Le Parlement européen demande au Conseil une convention pour réviser les traités

Dans une résolution adoptée aujourd’hui à l’issue de la session plénière à Strasbourg, en France, par 355 voix pour, 154 contre et 48 abstentions, l’Assemblée déclare que, « compte tenu de la variété des crises en cours », les traités devraient être modifiés modifié en a pour « renforcer la capacité d’action de l’Union européenne ».

L’un des principaux amendements préconisés par le Parlement est une « réforme des procédures de vote au Conseil », l’institution dans laquelle les 27 États membres sont représentés, « incluant le passage du vote à l’unanimité au vote à la majorité qualifiée, dans des domaines tels que les sanctions et dans situations d’urgence.

Les députés souhaitent également, à travers une révision des traités, que les compétences de l’Union soient alignées, « notamment dans le domaine de la santé et des menaces transfrontalières pour la santé, dans la construction de l’Union de l’énergie basée sur l’efficacité et les sources d’énergie renouvelables, conformément aux normes internationales accords sur le changement climatique, la défense et les politiques économiques et sociales ».

D’autres objectifs mentionnés par le Parlement comprennent « le renforcement des procédures pour protéger les valeurs fondamentales de l’UE et clarifier l’identification et les conséquences des infractions » et « assurer la pleine mise en œuvre du socle européen des droits sociaux et intégrer le progrès social, lié à un protocole de progrès, dans les Traités ».

Une autre des ambitions du Parlement est d’obtenir le droit d’initier, de modifier ou d’abroger la législation, ainsi que les pleins droits en tant que co-législateur du budget de l’UE.

Aujourd’hui encore, le Parlement européen a approuvé un autre rapport, rédigé par le député portugais Paulo Rangel, du PSD, qui défend précisément le droit d’initiative et souligne qu’il est « le seul parlement du monde démocratique qui n’a pas de droit d’initiative » , qui, en vertu des traités actuels, appartient exclusivement à la Commission européenne.

Dans la résolution adoptée sur les modifications des traités, le Parlement demande au Conseil de se prononcer « dans les meilleurs délais » sur la tenue d’une convention, espérons-le lors du prochain sommet des 27 chefs d’État ou de gouvernement, prévu les 23 et 24 juin.

Une convention, comme le demandent aujourd’hui les députés européens, réunira des représentants des États membres, des parlements nationaux, du Parlement européen et de la Commission européenne pour rédiger une proposition de révision des traités, que tous les pays de l’UE doivent approuver à l’unanimité.

Lire aussi : Les eurodéputés vont revoir les traités de l’UE

Soyez toujours le premier informé.
Choix du consommateur pour la sixième année consécutive et prix cinq étoiles pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.