Le Pérou rencontre l’Australie au Qatar pour une place dans le groupe français de la Coupe du monde

Le Pérou et l’Australie décideront lundi prochain à 15 heures qui pourra participer au groupe D de la Coupe du monde de cette année, aux côtés des champions en titre, la France, le Danemark et la Tunisie. Le match valable pour le repêchage intercontinental aura lieu au Qatar, pays hôte de la Coupe du monde, au stade Ahmad bin Ali d’Al Rayyan. Contrairement aux autres années, avec des matchs aller et retour entre les deux équipes, cette coupe est classée en un seul match.

Les équipes péruvienne et australienne étaient dans le même groupe lors de la Coupe du monde 2018. À cette occasion, elles se sont affrontées à la fin de la phase de groupes. Le match s’est terminé par une victoire 2-0 pour les Sud-Américains, avec des buts de Carrillo et Paolo Guerrero, un attaquant bien connu du football brésilien, champion du monde avec les Corinthians en 2012. Fait intéressant, celui qui avance dans ce barrage édite à nouveau deux affrontements qui ont eu lieu en Russie, contre les Français et les Danois. Les Tunisiens sont les « envahisseurs » du groupe.

Pour atteindre cette étape, le Pérou s’est qualifié cinquième des qualifications sud-américaines, battant des rivaux avec une plus grande tradition. Les Australiens ont terminé troisièmes du groupe B des Éliminatoires Asie et ont dû battre les Émirats arabes unis 2-1 mardi dernier pour rêver d’une place au Qatar.

L’Australie et le Pérou ont l’expérience des résumés. En 2018, les deux équipes ont également dû relever ce défi pour se qualifier pour la Coupe du monde. Les Péruviens ont éliminé la Nouvelle-Zélande, tandis que les Australiens ont battu le Honduras. Depuis que la Coupe a adopté le format à 32 équipes, l’Australie seule n’a pas eu besoin des repêchages en 2010. En fait, c’est le manque de sièges directs pour l’Océanie et la nécessité de passer par le match revanche qui a poussé les Australiens à migrer vers la Confédération asiatique de football (CFA).

VACANCES ET SURPRISE

L’exploit d’amener l’équipe péruvienne à deux Coupes du monde consécutives a fait de l’entraîneur argentin Ricardo Gareca une idole. Les espoirs du pays sont si grands que le gouvernement a décrété lundi une fête nationale. « Le Pérou sait que nous allons gagner », a assuré le président Pedro Castillo. Le Pérou a participé à quatre Coupes du monde (1970, 1978, 1982 et 2018). L’Australie, quant à elle, a participé à cinq Coupes du monde (1974, 2006, 2010, 2014 et 2018) et se bat pour accéder à la Coupe du monde pour la cinquième fois consécutive.

« (Australie) C’est une équipe qui attaque beaucoup et qui attaque avec beaucoup de monde. Tant en attaque qu’en défense, nous devons y aller avec beaucoup de détermination et de concentration. Nous sommes une équipe très convaincue de ce que nous voulons le vit et nous nous y préparons », a déclaré l’entraîneur Ricardo Gareca lors d’une conférence de presse à Doha.

L’entraîneur de l’équipe australienne Graham Arnold espère surprendre ses rivaux avec un jeu physique et technique. « Le football sud-américain en général est techniquement bon et imprévisible, vous devez donc être prêt à tout ce que le Pérou peut faire. Mais nous croyons vraiment en nos joueurs et ils sont prêts », a-t-il déclaré. « C’est un match unique, c’est une finale. Les joueurs connaissent leur travail, ils le feront à la manière australienne : 90 minutes de combat et d’être très physique. Techniquement, les Péruviens seront surpris de voir à quel point le football australien s’est amélioré. »

Louvel Lucas

"Praticien de la bière primé. Étudiant sympathique. Communicateur passionné. Fanatique de l'alcool."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.