Le profil moyen d’un candidat aux élections législatives est un homme, noir, marié et titulaire d’un diplôme d’études secondaires | L’élection en chiffres

Le candidat moyen aux élections générales de cette année vient de : homme (66,6%), a 49 ans, marié (52,7%), lycée (54,9%) et première fois noir (49,7%). Les données proviennent du Tribunal supérieur électoral (TSE).

Profil moyen du candidat aux élections 2022 — Photo : Arte/g1

Jusqu’aux dernières élections, en 2018, le candidat moyen était blanc, malgré le fait que la majorité de la population brésilienne se déclare noire. Selon les données de 2021 de l’Enquête nationale par sondage auprès des ménages (Pnad) de l’IBGE, 56,1 % des Brésiliens se déclarent noirs – et 43 % se considèrent comme blancs.

Ivan Mardegan, chercheur au Centre d’études sur la politique et l’économie du secteur public, à la Fundação Getúlio Vargas (FGV) et au Centre pour la justice et le droit raciaux de la FGV, affirme que bien que les Noirs et les femmes constituent la majorité de la population , ce sont des groupes sous-représentés aux postes de pouvoir.

« Quand on parle de ces groupes qui ne sont peut-être même pas des minorités, comme les Noirs et les femmes, mais au sein des postes de direction, des postes de pouvoir, ils deviennent sous-représentés. C’est le résultat d’un contexte historique d’inégalités structurelles », dit-il. dire. .

Par conséquent, la croissance des candidatures noires devrait « naturellement » être considérée comme le résultat d’une pression sociale croissante et d’une mobilisation politique historique, explique le chercheur.

L’une des raisons de la croissance de ces applications, cite Michael França, chercheur à l’Insper :

  • un meilleur accès à l’enseignement supérieur pour les Noirs ;
  • l’élargissement du débat racial au Brésil ;
  • créer des politiques électorales pour encourager la participation des minorités, telles que l’allocation des ressources et du temps publicitaire et la proportionnalité entre les candidats blancs et noirs ;
  • La présence de plus de candidats noirs encourage d’autres personnes noires à postuler également.

« C’est toute une gamme de situations où il nous est très difficile de déterminer laquelle a un impact plus pertinent que l’autre, mais dans l’ensemble, chacune jouera un rôle », dit-il.

Malgré l’augmentation du nombre de candidats noirs, les Noirs et les Bruns ne sont majoritaires qu’aux postes de moindre poids politique – député d’État et de district dans le District fédéral.

Mardegan explique que, dans la logique d’une carrière politique, les postes les plus élevés sont plus ciblés. Par conséquent, il est plus facile d’entrer dans cet espace par des positions moins compétitives.

« C’est comme une entreprise : postes au conseil d’administration, présidence, tout le monde veut y arriver. Au milieu de ce chemin, il y a des barrières, et ces barrières sont plus grandes pour certains groupes », dit-il.

« Elle [candidaturas de minorias] apparaîtra d’abord là où il est le plus perméable, dans les positions les plus petites, les moins importantes », dit-il, ajoutant :

« Une fois que les groupes minoritaires commencent à faire tomber les barrières à ces niveaux inférieurs, vous commencez à accéder à des niveaux plus élevés. »

Les hommes sont majoritaires à tous les postes.

Les candidats masculins sont majoritaires à tous les postes, en particulier le gouverneur dont le pourcentage de candidats masculins est de 83 %. Les postes comptant le plus de candidatures féminines sont lieutenant-gouverneur (60 %) et vice-président (58 %).

Les données électorales vont à l’encontre de la réalité brésilienne. Selon les données 2021 de l’IBGE, 51,1 % des Brésiliens étaient des femmes, tandis que les hommes représentaient 48,9 % du total.

Cependant, la participation des femmes a augmenté depuis 2018. Lors de cette élection, les candidates représentaient 31,6% du total et maintenant c’est 33,4%.

En termes d’éducation, les candidats ayant fait des études supérieures constituent une large majorité dans tous les postes contestés, notamment gouverneur (86%), président (83%) et sénateur (80%).

Les candidats mariés sont également majoritaires dans toutes les coupes. Les pourcentages les plus élevés se retrouvent parmi les candidats à la présidence (75 %) et au sénateur (66,4 %). Les candidats mariés au poste de vice-président sont à égalité avec les célibataires (41,7%).

La profession la plus courante parmi les candidats est celle d’entrepreneur, suivie de celle d’avocat. Ensemble, les deux professions représentent 20 % du total.

Alors que les avocats, les hommes d’affaires, les policiers et les journalistes ont augmenté le nombre de candidats à ces élections, l’occupation des femmes au foyer (-23%), des enseignants du primaire (-24%) et du lycée (-38%), en plus des employés fédéraux , en hausse (- 27 %) montrent une baisse.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.