Le sénateur élu Flávio Dino dit qu’il sera « l’ambassadeur du peuple du Maranhão dans la politique brésilienne » et maintiendra un bon dialogue avec les parlementaires de Bolsonaro | Élections 2022 dans le Maranhão

  • Partagez cette nouvelle sur WhatsApp
  • Partagez cette nouvelle sur Telegram

Dans une interview avec Bonjour LookoutFlávio Dino a remercié les électeurs pour sa victoire et Carlos Brandão, qui a été réélu gouverneur du Maranhão.

« Je commencerai bien sûr par remercier tous les électeurs du Maranhão pour leur confiance, pour leur vote, pour leur soutien, pour leur solidarité avec moi et avec notre camarade Carlos Brandão », a déclaré Dino.

Flávio Dino est interviewé dans ‘Backstage’

Interrogé sur ses premiers pas au Sénat fédéral, Flávio Dino a déclaré qu’il allouerait des investissements publics à l’État, assisterait le gouverneur Carlos Brandão et attirerait des investissements privés dans le Maranhão. Il a également déclaré qu’il serait « l’ambassadeur du peuple du Maranhão dans la politique brésilienne ».

« Nous sommes maintenant très impliqués dans les élections présidentielles, nous avons le second tour. Nous avons déjà fait une marche pour soutenir le président Lula car je pense que c’est un élément fondamental pour comprendre comment le jeu se jouera dans la législature, car les majorités parlementaires au Brésil dépendent fortement de la configuration des autres pouvoirs. Quoi qu’il en soit, quel que soit le scénario qui définira la souveraineté populaire, les lignes d’action sont déjà tracées. Premièrement, le Maranhão, en aidant notre État et le gouverneur Brandão, à allouer des investissements publics avec des amendements parlementaires, des projets et des programmes, contribue à la diffusion positive du Maranhão, dans l’économie, le social, le tourisme et l’attractivité des investissements privés. C’est pourquoi être ambassadeur du peuple du Maranhão dans la politique brésilienne. Et, d’autre part, s’engager dans des activités législatives », a-t-il déclaré.

Relation avec la banque bolsonariste

Le PL, le parti du président et candidat à la réélection Jair Bolsonaro, disposera de la plus grande banque du Sénat fédéral. L’acronyme a choisi huit sénateurs et occupera par conséquent 15 des 81 sièges du Sénat lors de la prochaine législature, qui commence en 2023.

Lorsqu’on lui a demandé quelle serait sa relation avec les sénateurs bolsonaristes, Dino a déclaré qu’il prévoyait de maintenir un bon dialogue avec les parlementaires car, selon lui, le Congrès est une chambre multiple, où différentes pensées devraient coexister.

« J’ai été au Congrès et je sais que c’est une maison multiple, vous devez vivre avec des pensées différentes. J’ai de bonnes relations personnelles avec certains des élus de la probable banque bolsonariste, citant l’exemple de Marcos Pontes, qui était le ministre de la Science et de la Technologie élu par São Paulo. Bien sûr, je voulais que Márcio França soit élu, mais j’ai toujours eu une bonne relation avec lui. [Marcos Pontes], bon dialogue, je crois que nous pouvons travailler ensemble dans le domaine de la science et de la technologie. Nous avons le général Mourão, vice-président élu par Rio Grande do Sul. J’ai un bon dialogue avec lui, qui préside le Conseil de l’Amazonie, et j’étais membre de ce conseil. Il n’y aura pas d’obstacles au dialogue visant à la formation de majorités au parlement. En tant que démocrate, bien sûr, je pense qu’il est très important que le président Lula gagne, car nous devons éviter de concentrer le pouvoir entre ses mains. [Bolsonaro]. Ses alliés parlent déjà « d’emmurer » le pouvoir judiciaire et le Suprême, de déposer des ministres du Très-Haut, c’est-à-dire une dictature. Ainsi, la victoire éventuelle de Bolsonaro, à qui Dieu ne plaise et qui évitera San Francisco de Assis, conduirait à une concentration des pouvoirs dans la figure présidentielle », a-t-il expliqué.

Relation avec le gouvernement du Brandão

Au cours de l’interview, Flávio Dino a déclaré qu’il maintiendrait un dialogue avec le gouverneur Carlos Brandão. Dino a souligné que le gouverneur réélu du Maranhão l’écoutera non seulement, mais aussi les autres dirigeants du groupe.

« Une relation toujours empreinte de dialogue. Il est clair que la direction de la politique d’État lui appartient, et je comprends parfaitement le rôle de chacun d’eux à chaque instant. Il a l’opportunité de former son équipe depuis le mois d’avril, et il l’a fait selon ses propres critères. Bien sûr, il continuera à consulter les partis, car nous avons des dirigeants très importants de notre groupe qui ont été élus à la fois à l’Assemblée et à la Chambre. Je suis sûr que le gouverneur Brandão, avec son expérience, m’écoutera non seulement, car je n’ai pas de rôle prioritaire à cet égard, mais aussi les autres dirigeants du groupe », a-t-il expliqué.

Polarisation dans la course présidentielle

Le résultat de l’élection du président de la République dimanche (2), rendu public par le Tribunal supérieur électoral (TSE), a confirmé la polarisation de la campagne. L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) et le président Jair Bolsonaro (PL) régleront le différend au second tour.

Interrogé sur cette division actuelle du pays, Flávio Dino a déclaré que les régions du nord et du nord-est avaient longtemps été « oubliées », et ce n’est que lorsque Lula était président qu’elles ont été appréciées avec la mise en place de diverses politiques sociales.

« Le Brésil est un pays très inégal sur le plan social et régional. Lorsque les sondages se manifestent, cette disparité revient au premier plan. Nous avions deux divisions très claires, d’abord régionales. Sur la carte du Brésil, vous pouvez voir que le Nord et le Nord-Est soutiennent très fortement le président Lula. Mais pourquoi cela ? Parce que ce sont des régions qui ont été oubliées pendant des décennies et qui, lorsque Lula était président, étaient valorisées par des politiques sociales, telles que Luz para Todos, Minha Casa Minha Vida, Bolsa Família, Prouni et Fies. Cela vaut aussi pour les inégalités sociales, quand on voit que les couches les plus démunies ont voté très fortement pour Lula parce qu’elles savent que l’inflation alimentaire a pénalisé les familles, elles savent que le prix du carburant a augmenté et donc des opportunités se sont fermées. Les gens ont de la sagesse et je suis très indigné quand je vois des analyses aristocratiques, élitistes et biaisées qui ne sont pas seulement sur Internet », a-t-il déclaré.

Flávio Dino a critiqué le soi-disant « budget secret » pendant sa campagne. Interrogé sur la manière dont il abordera la question au Sénat fédéral, Dino a déclaré qu’il présenterait un projet de loi visant à abroger la loi sur les lignes directrices budgétaires et à interdire tout amendement au rapporteur qui pourrait impliquer la pratique d’un budget secret.

«Je crois que lorsque j’arriverai au Sénat le 1er février 2023, cette question sera déjà résolue, car nous aurons une décision de la Cour suprême à mi-parcours. Je pense qu’il y a une position juridique très claire aujourd’hui selon laquelle le budget secret est mauvais pour le pays, et qu’il a même largement perturbé les élections à travers le pays. Et c’est contraire à la Constitution. Si cela n’est pas résolu d’ici le 1er février, je déposerai dès le premier jour un projet de loi pour abroger la loi de directives budgétaires et interdire tout amendement au rapporteur qui pourrait indiquer la pratique d’un budget secret », a-t-il expliqué.

Ministère dans le gouvernement de Lula

Lors d’une visite au Maranhão, l’ancien président Lula a indiqué que, s’il était élu, il donnerait un ministère à Flávio Dino. Interrogé sur l’éventuelle invitation, Dino a déclaré que cette question est « un débat pour novembre ou décembre » et qu’il est désormais « important de mener le président Lula à la grande victoire ».

« Si la victoire du président Lula est confirmée et s’ils font enfin l’invitation, le critère sera : puis-je aider le Maranhão ou non ? C’est le point. Je me suis fait un devoir de faire connaître ces discours du président Lula tout au long de la campagne. Mais je dirige ma vie selon des critères très pratiques, je pense que c’est un débat pour novembre ou décembre. Le plus important maintenant est de mener le président Lula à la grande victoire », a-t-il souligné.

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *